Mer Rouge: menaces iraniennes sur les navires israéliens

0
248

Les renseignements israéliens ont mis en garde le gouvernement sur une nouvelle catégorie de menaces en provenance de l’Iran. Téhéran envisagerait de s’en prendre à la navigation commerciale israélienne dans la mer Rouge. L’Iran pourrait à cet effet employer des missiles ou des mines sous-marines. Selon les informations, cette menace ne concernerait pas uniquement Israël mais aussi des Etats occidentaux qui empruntent la mer Rouge pour le transport de marchandises.

Ces menaces sont devenues plus réalistes après que des pétroliers saoudiens qui circulaient dans le secteur de Bab El-Mandab (Golfe persique) aient été visés par des groupes ‘houthis depuis le Yémen.

Ceci arrive dans un contexte de tensions grandissantes entre les Etats-Unis et l’Iran. Les dirigeants iraniens ont annoncé récemment qu’ils se réserveront le droit de fermer le détroit d’Ormuz si les Etats-Unis maintiennent leur intention d’embargo international sur les exportations de brut iranien. Le général Qassem Suleimani, commandant de la force Al-Quds – chargée des “opérations extérieures” de Gardiens de la Révolution, avait menacé les Etats-Unis: “Si les États-Unis déclarent la guerre à l’Iran, Téhéran va la terminer. Nous sommes près de vous, là où vous ne pouvez même pas l’imaginer (….) Venez. Nous sommes prêts. Si vous déclarez la guerre, nous allons la terminer (…). Vous savez que cette guerre va détruire tout ce que vous possédez (…).  Vous devez être prudents quand vous insultez le peuple iranien et le président de notre République », poursuit-il, cité par le site de la chaîne de télévision Al Alam.

Washington a rapidement répondu à ces menaces. Lors d’un point de presse depuis l’émirat d’Oman, le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis a d’abord rappelé que des bâtiments de guerre de plusieurs pays occidentaux sont déjà présents dans la région du détroit d’Ormuz. Il a ensuite déclaré: “Où que cela mène, la communauté internationale interviendra, car l’économie mondiale est liée à l’approvisionnement énergétique qui passe par cette zone”.

Le président américain Donald Trump n’a pas caché ses intentions face à l’Iran. Contrairement à l’Administration Obama qui avait reculé sur tout pour convaincre l’Iran à négocier, Donald Trump compte poursuivre et amplifier la pression économique sur ce pays jusqu’à ce que ses dirigeants, à défaut de changement de régime, s’agenouillent et acceptent de négocier un nouvel accord beaucoup plus strict et efficace que celui concédé par Barack Obama. Le conseiller à la Sécurité nationale John Bolton a précisé que si nouvel accord il y a un jour, il empêchera pour toujours l’Iran de se doter de l’arme atomique.

Pour l’instant, la politique américaine porte ses fruits: le rial iranien continue à s’effondrer et s’échange officiellement à près de 100.000 rials pour un dollars (87.500 il y a une semaine). Depuis le début de l’année, la monnaie iranienne a perdu 50% de sa valeur. Cette dégringolade entraîne une flambée des prix des produits importés et une augmentation du mécontentement populaire. Le régime a commencé à faire arrêter les changeurs d’argent du marché noir qui se multiplient.

Sur le plan géopolitique, le président américain travaille sur une structure d’alliance sécuritaire et politique entre les pays sunnites du Proche-Orient, sur le modèle de l’OTAN, afin de contrer l’influence de l’Iran dans la région. On ne sait pas si Israël tiendrait une place dans cette configuration.

Source www.lphinfo.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire