Meurtre de Mireille Knoll : un des deux suspects avait fait l’apologie des attentats

0
161

L’enquête révèle que Yacine Mihoub, un des deux hommes incarcérés pour le meurtre de Mireille Knoll, avait une fascination pour les attentats terroristes, selon nos informations. Autre révélation : Yacine Mihoub se concerte avec sa mère au téléphone depuis sa cellule.

enquête menée depuis presque un an par les enquêteurs de la 2ème division de police judiciaire de Paris sur le meurtre de Mireille Knoll, une octogénaire de confession juive sauvagement poignardée à Paris le 23 mars 2018, révèle qu’un des deux suspects, Yacine M., 29 ans, est fasciné depuis plusieurs années par la violence terroriste, selon les éléments consultés par RTL.

Un des anciens compagnons de cellule de Yacine Mihoub, incarcéré à Fleury Mérogis jusqu’en septembre 2017 pour une autre affaire, a expliqué aux policiers que son codétenu avait inscrit sur le mur de la cellule des propos faisant l’apologie des attentats contre Charlie Hebdoet l’Hypercasher. 

Un autre ancien codétenu s’est rappelé que Yacine Mihoub avait prétendu que son frère était également en prison car il « revendiquait » Daech, ce qui était d’ailleurs faux. D’autres témoignages enfin, notamment celui de son ancien conseiller pénitentiaire d’insertion et de

probation, établissent que Yacine M. parlait souvent des attentats, parfois avec des propos confus, expliquant qu’il pouvait « les comprendre » puisque lui-même avait été victime de viol dans son adolescence et qu’il était donc capable de faire des « choses mal ». Dernier élément dénotant un mélange de mythomanie et d’obsession pour les attentats : Yacine Mihoub a également prétendu, devant les clients d’un bar de son quartier, connaître Amedy Coulibaly, auteur de l’attentat de l’Hypercasher, disant que ce n’était pas quelqu’un de « mauvais ».

LIRE  L’Autriche en pointe dans la lutte contre l’antisémitisme

Des éléments d’enquête qui semblent confirmer la fragilité psychiatrique du suspect, d’ailleurs qualifié d' »inquiétant » par son ancien conseiller d’insertion et de probation, et réputé alcoolique. En revanche, aucun témoignage recueilli à ce stade par les enquêteurs ne font état de penchant racistes ou antisémites. Ni d’ailleurs pour l’autre suspect du meurtre, Alex Carrimbacus, lui aussi toujours incarcéré.

Les juges ont fait placer sur écoute Yacine Mihoub

Autre révélation de l’enquête : dans l’incapacité à ce stade de déterminer lequel des deux suspects, qui s’entre-accusent, a porté la dizaine de coups de couteau ultra-violents à Mireille Knoll, les juges ont fait placer sur écoute Yacine Mihoub. Et cela de sa cellule, où il dispose vraisemblablement d’un portable clandestin. Dans ces écoutes, il apparaît que le suspect communique avec sa mère, pourtant placée sous contrôle judiciaire avec interdiction de parler avec son fils, soupçonnée de l’avoir aidé à dissimuler des preuves et de l’avoir aidé à nettoyer le couteau.

Les échanges interceptés par les policiers établissent que le fils et la mère se concertent sur la version que Yacine Mihoub doit donner aux juges et à son avocat, et cela pour se disculper du meurtre. Mais l’écoute fait également apparaître cette phrase confuse « je sais j’aurai du laisser les la vie, la bouffer ». « Voilà », répond sa mère. « Mais moi ce que j’avais l’intention de faire à la base », répond Yacine Mihoub.

Les deux suspects ont été mis en examen le 27 mars pour homicide volontaire en raison de « l’appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion. Mais le scénario du crime reste encore trouble. D’après les déclarations de Yacine, c’est Alex qui aurait porté les coups mortels à Mireille Knoll et qui aurait « mis le feu ». Mais Alex Carrimbacus dit avoir vu son compagnon « lui porter deux coups de couteau à la gorge en criant Allah Akbar », avant de l’étrangler.

Source www.rtl.fr

Aucun commentaires

Laisser un commentaire