Des milliers de djihadistes chinois partent combattre en Syrie

0
917
Assad a déclaré que les services syriens et chinois travaillaient ensemble pour combattre les Ouïghours

Environ 3.000 membres de la minorité musulmane de la région autonome Ouïgour du Xinjiang ont rejoint les rangs d’Al-Qaïda et de l’Etat islamique (EI) dans la guerre en Syrie, selon un rapport rédigé par le Centre de Recherche Politique du ministère des Affaires étrangères israélien, communiqué à Ynet.

La Chine, qui craint leur retour et ses conséquences pour la sécurité des citoyens chinois, a déjà approché Bashar Al-Assad à ce sujet pour s’assurer de leur neutralisation, selon le site d’information israélien.

Ces ressortissants chinois partis combattre en Syrie sont des Ouïghours, un peuple turcophone et musulman sunnite habitant la région autonome Ouïghoure du Xinjiang, ancien Turkestan oriental, en Chine et en Asie centrale.

Si la Chine accorde très peu d’importance à sa politique en Syrie, les circonstances actuelles ont changé les priorités de Pékin.

« L’arrivée de dizaines de milliers de citoyens chinois combattant et vivant dans le pays accélère la nécessité de les surveiller. Et nous comprenons qu’ils préfèrent les neutraliser sur le sol syrien, afin d’empêcher leur retour sur le territoire chinois », a révélé le rapport, mené conjointement par l’un des trois corps de renseignements israéliens, les renseignements militaires et le Mossad.

Entraide avec le régime syrien

Pour parvenir à cet objectif, Pékin doit chercher le soutien de ceux qui sont actifs sur le terrain et avec qui il entretient de bonnes relations, c’est-à-dire la Russie, l’Iran et le régime d’Assad.

Le président Assad a déclaré récemment que les services de renseignements syriens et chinois travaillent ensemble pour combattre les Ouïghours présents en Syrie.

LIRE  Lyon: à 14 mois, la fille du rabbin brûlée au white spirit

Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois a affirmé que la Chine est prête à coopérer avec les parties concernées, dont la Syrie, pour lutter contre les activités transfrontalières des Ouïghours.

Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères chinois, Zhai Jun, et le président syrien, Bachar Al-Assad.
AFP/Syrian Arab News Agency (SANA)

De plus, la diplomatie chinoise a fait savoir que Pékin était intéressé à prendre part à la reconstruction de la Syrie dès que possible. Parallèlement, Assad a fait savoir que de nombreux experts chinois sont déjà sur place pour aider à la réhabilitation.

Le rapport relève que les services de sécurité chinois ont fait un effort considérable pour stopper la sortie illégale des Ouïghours, et malgré le blocage de la route du Pakistan, des dizaines de milliers d’entre eux ont réussi à s’enfuir par la frontière sud, cherchant à atteindre la Turquie.

En raison de leurs origines turques, la Turquie aide ceux qui veulent se rendre sur leur territoire, ce qui crée des tensions grandissantes entre Ankara et Pékin.

Le TIP (Parti Musulman du Turkestan), à l’origine de cette fuite de Ouïghours vers la Syrie, a partagé des vidéos de combattants en Syrie en juin 2013 et a appelé la minorité musulmane au djihad.

Le TIP est une organisation séparatiste ouïgour qui procède principalement en dehors du territoire chinois.

Au début de la guerre civile syrienne, la Chine avait fait un principe de ne pas se positionner en faveur d’une des parties. Une position qu’elle a reconsidérée en 2015 pour se ranger derrière le leader syrien.

LIRE  Netaniahou bloqué par Facebook !

Les délégations chinoises, dont l’armée, ont commencé à arriver à Damas pour étendre leur aide en Syrie.

Source .i24news.tv

Aucun commentaires

Laisser un commentaire