New York Times : une rencontre secrète entre le prince héritier saoudien et Abbas pour imposer une paix favorable à Israël

0
691
A handout picture released by the Palestinian Authority's press office (PPO) on November 11, 2015 shows Palestinian president Mahmud Abbas (R) meeting with Saudi Crown Crown Prince Mohammed bin Salman bin Abdul Aziz in Riyadh on the sidelines of the 4th Summit of Arab States and South American countries in Saudi Arabia. AFP PHOTO / PPO / THAER GHANAIM === RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / PPO / THAER GHANAIM" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS === / AFP PHOTO / PPO / THAER GHANAIM

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas aurait rencontré le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman à Riyad en novembre dernier pour évoquer un plan de paix plus favorable à Israël que l’initiative de paix arabe de 2002 avec la ville d’Abu Dis près de Jérusalem comme capitale d’un futur Etat palestinien, les implantations juives de Judée-Samarie qui, pour la plupart, ne seraient ni détruites ni déplacées et pas de « droit au retour » palestinien, a rapporté le New York Times. 

A handout picture released by the Palestinian Authority's press office (PPO) on November 11, 2015 shows Palestinian president Mahmud Abbas (R) meeting with Saudi Crown Crown Prince Mohammed bin Salman bin Abdul Aziz in Riyadh on the sidelines of the 4th Summit of Arab States and South American countries in Saudi Arabia. AFP PHOTO / PPO / THAER GHANAIM === RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / PPO / THAER GHANAIM" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS === / AFP PHOTO / PPO / THAER GHANAIM

Le nouveau plan, présenté à Abbas par Mohammed bin Salman à Riyad, énonce les fondements sur lesquels reposerait tout futur État palestinien selon le royaume saoudien et suggère que la banlieue de Jérusalem-Est, Abu Dis, puisse être une future capitale palestinienne a rapporté ce dimanche dans ses colonnes le New York Times. En outre, ce plan ne prendrait aucune disposition sur « un droit au retour des Palestiniens » et ne découperait pas les frontières non contiguës de Judée Samarie. Enfin, la proposition laisserait la majorité des implantations israéliennes intactes. Dans ce cadre Mohammed bin Salman aurait offert une énorme somme d’argent et deux mois à Abbas pour accepter l’offre.

Plus tard, la Maison-Blanche par l’intermédiaire de son porte-parole Joshua Raffel, ainsi que le gouvernement saoudien par son ambassadeur aux Etats-Unis, le prince Khalid bin Salman, auraient tous deux nié la véracité de tels accords.

Tel-Avivre – 

LIRE  Attentat au couteau à Paris: la Tchétchénie, grande pourvoyeuse de terroristes de l'État islamique

Aucun commentaires

Laisser un commentaire