Le nouveau « sherpa » de l’Élysée, Philippe Etienne, a apporté assistance au terroriste franco palestinien Salah Hamouri

0
1189
Salah Hamuri, a French-Palestinian who was convicted of plotting to assassinate a Jewish religious leader and had been due to complete his seven-year sentence in March, flashes the victory sign outside his home in Dahyat al-Barid near the West Bank city of Ramallah on December 19, 2011 a day after he was released from Israeli jail. Israel freed 550 on December 19 Palestinian prisoners, completing the second phase of a deal which saw Israeli soldier Gilad Shalit freed in October, Israeli and Palestinian officials said. AFP PHOTO/AHMAD GHARABLI (Photo credit should read AHMAD GHARABLI/AFP/Getty Images)

L’équipe du président élu Emmanuel Macron a annoncé dimanche la nomination du diplomate Philippe Etienne au poste de conseiller diplomatique du chef de l’Etat.

Philippe Etienne, 61 ans, ambassadeur de France en Allemagne, est ancien élève de l’Ena (promotion Voltaire). Il a été en poste à Belgrade, Bonn, Moscou, Bucarest, Bruxelles et a travaillé dans des cabinets ministériels (Bosson, De Charrette, Kouchner).

En 2007, interpellé par les organisations anti-israéliennes françaises, le diplomate, alors directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, avait assuré du soutien diplomatique de la France au terroriste franco-palestinien Salah Hamouri.

« Nous avons demandé à notre ambassade en Israël et à notre Consulat général à Jérusalem, qui sont, comme, vous le savez, en contact direct avec les parents de M. Hamouri, d’effectuer toutes les démarches utiles pour inciter les autorités israéliennes à lui assurer un traitement équitable et à accélérer son passage en jugement. Le Consulat général à Jérusalem a mis en œuvre l’ensemble des dispositions de la protection consulaire destinée à nos compatriotes. Je suivrai avec la plus grande attention l’évolution de cette affaire », avait-il déclaré dans un courrier adressé à l’Association France Palestine Solidarité.

Né à Jérusalem de mère française et de père palestinien, le membre de l’organisation terroriste du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), arrêté le 13 mars 2005, a été reconnu coupable en 2008 par un tribunal militaire israélien de projet d’assassinat du rav Ovadia Yossef, le défunt dirigeant spirituel du parti ultra-orthodoxe Shass.

Transféré à la prison de Shata quelques semaines avant sa libération, il a été libéré le 18 décembre 2011 de manière anticipée dans le cadre d’une libération de 1 027 prisonniers palestiniens contre Gilad Shalit, grâce aux pressions de Nicolas Sarkozy sur l’ancien Grand rabbin d’Israël.

LIRE  Un tag antisémite fait scandale à HEC

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Aucun commentaires

Laisser un commentaire