Un photographe AFP met en scène « une jeune fille fuyant des tirs israéliens » à Gaza

0
533

Khatib travaille à Gaza comme photographe pour l’Agence France-Presse (AFP). Il est depuis quelques jours tourné en dérision sur les réseaux sociaux après la diffusion d’une photo manifestement mise en scène censée montrer des manifestants palestiniens fuyant sous les tirs israéliens.

Le photographe affirme que le cliché représente « des manifestants palestiniens qui se donnent la main pour protéger une jeune fille des tirs alors qu’ils courent se mettre à l’abri durant des heurts avec les forces israéliennes après une manifestation près de la frontière avec Israël, à l’est de Khan Yunis, Gaza ».

 

 

On peine déjà à voir l’expression d’une grande détresse sur les visages des cinq « manifestants » aux mines plutôt paisibles. Mais il y a plus : d’autres photos de la même scène existent. Elles montrent, autour des cinq figurants, des badauds tranquillement assis dans l’herbe. Inutile de dire que des gens qui craindraient pour leur vie ne se comporteraient pas ainsi.

 

 

 

La photo de Saïd Khatib est un « fake » destinée à diaboliser Israël. Rien d’étonnant quand on parcourt les pages Facebook et Twitter du photographe.

 

 

On peut y voir Saïd Khatib posant fièrement devant une carte de Gaza ensanglantée commémorant « l’agression israélienne de Gaza en 2012 », qui fut en réalité l’une des opérations qu’Israël a dû mener pour se défendre contre les roquettes envoyées depuis le territoire sur les habitations israéliennes.

 

 

Saïd Khatib pose même tout sourire devant une grande banderole du Hamas, en train de se voir remettre un papier officiel orné du logo du parti islamiste.

LIRE  Lafarge en Syrie: la partie civile accuse Lafarge de «nettoyage de preuves» dans l'enquête

 

 

Le photographe fournit à l’AFP des livraisons régulières de photos qui permettent d’apitoyer l’opinion occidentale sur tous les maux qui touchent Gaza, du délabrement à la guerre. Des problèmes dont Israël sera plus facilement accusé, si besoin en créant des mises en scènes, que le Hamas…

 

 

Pas d’inquiétude cependant. Gaza est un tout petit territoire et du décor de guerre à la belle vie, il ne faut que quelques minutes en voiture. Le chômage et la misère ne touchent pas tout le monde à Gaza.

 

 

Le menu du restaurant Level Up de Gaza a l’air appétissant…

 

 

… et le cadre très agréable.

 

 

Si Gaza est une « prison à ciel ouvert », ce n’est pas le cas pour tous ses habitants…

 

 

Les clichés AFP de Saïd Khatib sont prisés par la presse

La mise en scène a été photographiée le 31 mars, au lendemain de la « marche du retour » (un « retour » synonyme de souhait d’invasion d’Israël) organisée par les mouvements islamistes Hamas et du Jihad islamique palestinien qui ont envoyé des milliers de civils marcher sur la frontière entre Gaza et Israël. Mélangés à la foule, des terroristes de ces mouvements ont notamment tenté de créer des brèches dans la clôture pour aller commettre des attentats en Israël. Israël a répliqué, tuant plusieurs d’entre eux. La majorité a été identifiée par l’armée israélienne comme des membres d’organisations terroristes ; le ‘Hamas lui-même (classé, il faut le rappeler, organisation terroriste par l’Union européenne) a reconnu que 5 des personnes décédées faisaient partie de ses membres.

LIRE  Poutine : sa tête est mise à prix

Certaines informations, comme le bilan des blessés, ont été reprises directement de la bouche du Hamas par l’AFP : « Outre les 17 morts, plus de 1.400 Palestiniens ont été blessés, dont 757 par des tirs à balles réelles, selon le ministère de la Santé. » Le « ministère de la Santé » de Gaza est bien entendu aux mains du ‘Hamas, qui a tout intérêt à gonfler les chiffres pour passer pour une victime d’Israël, quand bien même c’est lui qui a orchestré la provocation. L’AFP a fidèlement rapporté ces bilans sans jamais prendre de précautions. Ils ont ainsi pu se propager à travers la presse.

L’agence fait preuve du même manque de précautions en faisant confiance à des photographes comme Saïd Khatib. Elle emploie d’ailleurs toute une équipe de photographes aux profils similaires,

Les quelques exemples qui suivent, tirés uniquement de la dernière semaine, montrent que la presse française, si elle n’a pas choisi de relayer la mise en scène, a cependant largement recours aux clichés de Saïd Khatib pour illustrer ses articles. Que vaut une source capable de telles manipulations ? Comment prendre le reste de son travail comme autre chose que de la propagande ?

 

Marianne

 

Le Monde

 

TV5 Monde

 

CNews Matin

 

A Gaza, l’AFP n’est bien évidemment pas libre. Le Hamas a le pouvoir et aucun journaliste ne peut opérer sans son aval. Mais doit-elle à tout prix fournir des images, quitte à ce qu’elles soient produites par les promoteurs d’une cause politique (en l’occurence celle du Hamas, dont on rappelle qu’il a pour objectif l’éradication de l’Etat d’Israël) ? Les médias ne gagneraient-ils pas en crédibilité s’ils se passaient des illustrations fournies par de tels propagandistes ?

LIRE  Les prix des appartements continuent à grimper…

Source infoequitable.org

Aucun commentaires

Laisser un commentaire