Provocation anti-israélienne d’Erdogan à l’ONU

0
202

Le premier jour de l’Assemblée générale annuelle de l’ONU a déjà été le théâtre d’une provocation anti-israélienne de la part du président turc Recep Erdogan. Le dictateur a d’abord dénoncé le Plan Trump en l’accusant de « vouloir définitivement liquider la Palestine ». Puis, avec des cartes historiques il a voulu dénoncer « la mainmise progressive d’Israël sur la Palestine depuis 1947 ». Il a naturellement omis de dire que les cartes qu’il montraient correspondaient à la partie amputée de la Palestine mandataire destinée au Foyer national Juif. « Jusqu’où vont les frontières d’Israël ? » a lancé celui qui rêve de rétablir l’Empire ottoman…

Recep Erdogan a également repris ses accusations « d’atteinte à Jérusalem » et de « massacres de Palestiniens », n’hésitant pas à établir des parallèles avec la Shoah. Enfin, il évoqué la question nucléaire, mais au lieu de dénoncer la course à l’arme atomique de l’Iran il a appelé à un « désarmement nucléaire général » estimant qu’il y avait une « inégalité » entre les pays qui possèdent la bombe et ceux qui ne la possèdent pas. L’allusion était claire.

Dans un court message filmé, le Premier ministre Binyamin Netanyahou a donné une réponse cinglante: « Ce n’est pas celui qui nie le génocide des Arméniens qui va nous donner des leçons de morale. M. Erdogan, cessez une fois pour toutes de mentir ! »

A l’opposé, le président américain Donald Trump, du haut de la tribune de l’ONU a sévèrement dénoncé le « désir de sang » du régime iranien, et l’agressivité de l’Iran au Moyen-Orient. Il a rappelé les propos de l’ayatollah Khamenei qualifiant Israël de « tumeur cancéreuse qu’il faudra extirper » a a averti que les Etats-Unis ne toléreront jamais l’antisémitisme et la haine d’Israël qui émanent de l’Iran. « Ceux qui utilisent la haine d’Israël le font souvent pour masquer leurs propres échecs », a rajouté à juste titre le président américain.

LIRE  Jérusalem : la France empêche les Juifs de prier au Tombeau des Rois

Donald Trump a appelé les pays de la région à faire la paix avec Israël au nom de la tolérance religieuse et des intérêts communs. Le président américain a une nouvelle fois appelé la communauté internationale à le suivre dans son combat contre l’entreprise iranienne de déstabilisation et a annoncé un renforcement des sanctions suite aux preuves de la responsabilité de Téhéran dans les attaques contre les raffineries saoudiennes.

Source Lphinfo.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire