São Paulo : Andor Stern, seul survivant de l’Holocauste né au Brésil, célèbre sa Bar-Mitsva à l’âge de 91 ans

0
272

Andor Stern, le seul survivant connu de l’Holocauste né au Brésil, a célébré sa bar-mitsva à l’âge de 91 ans lors d’une cérémonie émouvante à Kehilat Israël, la plus ancienne synagogue juive de São Paulo.

chabad.org / Par Rachel Schwartz

La célébration a eu lieu exactement 81 ans après la Nuit de Cristal («Nuit du verre brisé») du 9 au 10 novembre 1938, dans l’Allemagne nazie, lorsque les troupes et les civils allemands se sont déchaînés dans les quartiers juifs, détruisant 267 synagogues, 7 000 entreprises appartenant à des Juifs et l’incarcération de 30 000 hommes juifs dans des camps de concentration – un contraste frappant avec la joie et la fierté juive qui pouvaient être ressenties de façon tangible lorsque Stern a mis des Tefilines pour la première fois, entouré d’êtres chers, d’amis et de membres de la communauté.

La bar-mitsva avait ses racines quelques mois plus tôt lorsque le comité du Mémorial de l’Holocauste de São Paulo a contacté Stern, lui demandant de participer à une vidéo présentant des interviews de survivants de l’Holocauste. Au cours de l’entretien, il a été découvert qu’Andor était le seul survivant né dans le Brésil des camps de la mort nazis.

« Comment un jeune Brésilien s’est-il retrouvé dans un camp d’ extermination en Pologne? », s’est demandé le rav Toive Weitman, Chalia’h du Rabbi et directeur du Mémorial de l’Holocauste de São Paolo. « L’histoire fascinante de Stern, qu’il a racontée au cours du temps que nous avons passé avec lui, était assez poignante », a-t-il déclaré à Chabad.org.

En 1930, à l’âge de 3 ans, la famille de Stern a déménagé du Brésil en Inde, où le père de Stern a travaillé pour une société minière. Six ans plus tard, ils ont déménagé en Hongrie, où vivaient ses grands-parents. Lorsque le Brésil est entré dans la Seconde Guerre mondiale en 1942 et a envoyé des soldats se battre pour les Alliés en Italie, le jeune homme de 15 ans était considéré comme un ennemi de l’État et envoyé travailler dans un camp de travail dans la région des Basses-Carpates. Voyant une chance de s’échapper, Stern a fui le camp. En avril 1944, il est arrêté et placé dans un train de marchandises vers Auschwitz, où quelques mois plus tard sa mère et ses grands-parents sont tués dans les chambres à gaz du camp de la mort.

LIRE  IRAN: un homme d'affaire iranien avoue, sous la torture, être un espion israélien

« J’ai vu ma mère sortir de la cheminée le 6 octobre 1944. Je me souviens de tout », a-t-il déclaré dans une récente interview au journal Folha de S. Paulo. «J’étais hors du monde jusqu’au 1er mai 1945, lorsque nous avons été libérés par les soldats américains. J’avais 17 ans et pesais 27 kilos. »

« Après avoir entendu une histoire aussi déchirante, nous avons été vraiment émus », a déclaré Weitman. Au cours de l’entretien, Stern a déclaré qu’il n’avait pris que récemment la décision de renouer avec ses racines juives, et a noté qu’avec sa famille se cachant en Hongrie pendant la guerre, puis interné dans les camps, il n’avait jamais mis les Tefilines et n’avait donc jamais a officiellement célébré sa bar-mitsva.

«Nous avions prévu un grand événement pour la communauté brésilienne marquant 60 ans depuis Krstallnacht, et nous avons pensé: «Quelle belle idée ce serait pour M. Stern de mettre les Tefilines pour la première fois de sa vie lors de l’événement », a déclaré Weitman.

En effet, quelque 60 ans après la libération d’Auschwitz, Stern était fier de mettre les Tefilines, symbole de la fierté et de la force juives. Père de cinq filles, neuf petits-enfants et «trop d’arrière-petits-enfants pour être comptés», Stern dit qu’il a finalement pu accomplir cette mitsva spéciale, se liant ainsi que tous ses ancêtres et descendants dans un lien éternel avec D’.

« L’événement était en effet magnifique », dit Weitman, « et incarnait la résilience du peuple juif. C’est notre réponse à Hitler et au nazisme », a déclaré le rav. «L’objectif d’Hitler n’était pas seulement un massacre physique du peuple juif, mais aussi une extermination spirituelle. Il a échoué. M. Stern continue, connecté à son essence, célébrant la vie avec sa famille.»

Le président du conseil du musée, Breno Krasilchik, a pris la parole lors de l’événement et a partagé certains de ses sentiments à propos de la célébration: «Le bonheur n’a pas d’âge et ne vieillit pas, il apparaît toujours dans les meilleurs moments de la vie. Nous sommes honorés de célébrer la vie de M. Andor Stern aujourd’hui lors de cette importante célébration de la Bar Mitzva. Je lui souhaite Mazal Tov. »

Stern, d’autre part, se considère comme un homme simple, reconnaissant pour la vie.

LIRE  Le terroriste isolé – tel qu'il est traité en Israël

«Un psychiatre m’a dit un jour que tous ceux qui traversent ce que j’ai fait pendant la guerre ne seront plus jamais entiers, ne quitteront jamais le camp de concentration. Je l’ai laissé derrière moi», a déclaré Stern lors de la cérémonie. « J’ai de la chance. Je ne suis pas un héros. Malgré tout, je suis très reconnaissant de tout.»

Source hassidout.org

Aucun commentaires

Laisser un commentaire