Le nombre d’incidents antisémites serait en hausse au Canada

0
552

L’organisation Bené Brith du Canada soutient que les incidents à caractère antisémite sont en hausse au pays.

La presse canadienne

Le groupe de défense des droits des Juifs a enregistré plus de 1700 incidents antisémites au Canada en 2016, soit le nombre le plus élevé jamais enregistré depuis qu’il compile ce genre de données, en 1982. Ces chiffres s’appuient sur les données de la police et les plaintes transmises au Bené Brith par téléphone.

Des 1728 incidents recensés par le Bené Brith, 22% étaient liés à la négation de la Shoah, une hausse importante comparativement à cinq pour cent l’année précédente. Onze des 1728 incidents sont qualifiés de violents, alors que 158 sont liés à du vandalisme; les autres incidents, qui comptent pour 90%, sont à classer dans la catégorie « harcèlement », selon le rapport.

D’après le rapport, 490 incidents sont survenus en Ontario (28% du total national), 249 dans la région Québec-Maritimes, 121 en Alberta et en Colombie-Britannique, et 74 dans les Prairies. À l’ouest de l’Ontario, il s’agit de hausses importantes, qui sont peut-être attribuables au fait que les gens connaissent davantage l’existence de la ligne téléphonique de plaintes, croit le Bené Brith local.

Le Québec et les provinces maritimes ont vu une baisse proportionnelle, avec 14%du total des incidents, contre 21% en 2015. Le rapport note par ailleurs que « comme dans les années précédentes, le Québec abrite un pourcentage disproportionné d’incidents violents, avec 27% du total national ». L’organisation suggère que ce chiffre est peut-être attribuable au fait « qu’un nombre disproportionné de manifestations et de rassemblements publics (à la fois pro et anti-israéliens) ont lieu au Québec ». Or, les rassemblements « ont tendance à être le contexte le plus propice aux affrontements violents », note l’organisation.

LIRE  Lettre ouverte à l'exilé inapte au bonheur

La plupart des incidents liés au négationnisme ont par ailleurs été signalés dans des médias arabes, et ce sont des arabophones qui auraient porté plainte au Bené Brith. L’organisation signale cependant que chaque incident n’a été dénoncé que par une seule personne parlant arabe.

Le Benéi Brith du Canada n’attribue pas la hausse importante des incidents en 2016 à la politique américaine — on signale même que les incidents antisémites au Canada ont été moins fréquents pendant la campagne présidentielle aux États-Unis. L’organisme soutient plutôt que l’antisémitisme au Canada est un phénomène purement canadien. Source ici.radio-canada.ca

Aucun commentaires

Laisser un commentaire