Selon Yaïr Lapid, Netanyahou est en train de faire d’Israël un pays comme l’Iran

0
264

Le député Bleu Blanc, Yaïr Lapid, a critiqué mardi le Premier ministre Benyamin Netanyahou après qu’il a révélé avoir accepté, le mois dernier lors des pourparlers pour former la coalition, à la demande d’un parti ultra-orthodoxe d’autoriser la ségrégation sexuelle dans les espaces publics, affirmant qu’il faisait d’Israël un pays comme l’Iran.

Un brouillon de l’accord entre le Likoud et le parti Judaïsme unifié de la Tora, qui a été divulgué lundi par le radiodiffuseur public de Kan, indiquait que « dans un délai de 90 jours, le gouvernement modifiera la loi de manière à ce que dans les services publics, pendant les conférences et les manifestations publiques les hommes et femmes sont séparés ».

« Cette séparation ne constituera pas une discrimination au sens de la loi », peut-on encore lire.

Yaïr Lapid, le numéro deux du parti et un militant de longue date contre la coercition religieuse en Israël, a déclaré que la volonté de Netanyahou d’accepter une telle condition était « incompréhensible ».

« Le fait que Bibi se soit plié aux exigences du Judaïsme unifié de la Tora pour présenter une loi sur la ségrégation des hommes et des femmes dans les espaces publics n’est rien de moins qu’une folie », a tweeté Lapid. « L’homme qui s’oppose à l’Iran depuis 20 ans veut maintenant l’importer (en Israël) », a-t-il déclaré à propos de la théocratie islamique de Téhéran.

Dans le même temps, le député israélien Betzalel Smotrich, chef d’une formation nationaliste religieuse qui convoite le poste de ministre de la Justice, a déclaré lundi que le pays devrait être régi par la loi juive, comme au temps de la Bible.

LIRE  A partir du 17 juin : des interventions de Yad Lea'him dans les communautés juives de Paris

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a répondu en déclarant qu' »Israël ne serait pas un Etat religieux ».

Incapable de former une coalition après les élections du 9 avril dernier, Benyamin Netanyahou a obtenu que le nouveau parlement vote sa dissolution. Un nouveau scrutin sera organisé le 17 septembre.

Source www.i24news.tv

Aucun commentaires

Laisser un commentaire