Le tribunal rabbinique de Beer Sheva a autorisé un homme à prendre une deuxième épouse

0
301

Le tribunal rabbinique de Beer Sheva a autorisé un homme dont la femme est atteinte de la maladie d’Alzheimer à prendre une deuxième épouse, avec le consentement de la sœur de sa femme, qui est sa tutrice, bien que cela soit strictement interdit par la loi…

Photo by Miriam Alster/FLASH90

Il s’agit d’un cas inhabituel et triste. Après environ huit années de mariage et la naissance de deux garçons âgés aujourd’hui de dix et six ans, la jeune femme de 38 ans a été diagnostiquée avec un cas rare de maladie d’Alzheimer précoce. Son état s’est très rapidement détérioré en l’espace de deux ans. Il y a six mois, après dix ans de mariage, elle a été hospitalisée parce qu’elle était incapable de prendre soin d’elle-même. Sa mère et deux de ses frères sont décédés à un jeune âge d’un syndrome génétique rare.

Dans une lettre envoyée par un psychiatre expert du centre médical, il est stipulé qu’A. est incapable de s’acquitter des tâches de base quotidiennes telles que se laver, s’habiller, préparer à manger et servir le repas. Sa capacité de jugement est particulièrement entravée, elle est incapable de distinguer le bien du mal et elle reconnaît à peine sa famille. En raison de la nature de sa maladie, il n’y a aucune probabilité d’amélioration. « En outre, il a été noté qu’en raison de son état de santé, elle est incapable d’être traduite en justice ou de comprendre l’importance de recevoir le gett (divorce religieux).

Depuis l’écriture de la lettre, son état s’est encore détérioré et lors de sa comparution devant un tribunal, il est devenu évident qu’elle était incapable d’identifier ses enfants plus de quelques minutes. En raison de son état, la sœur de A. a été désignée comme tutrice devant la cour. Elle a confirmé l’état de santé de sa sœur et a accepté que son mari soit autorisé à prendre une deuxième épouse.

LIRE  Pologne: deux Belges accusés de vol à Auschwitz acquittés par un tribunal

« Notre cœur saigne et nos yeux débordent de larmes devant la souffrance de cette femme qui ne guérira pas de sa maladie de manière naturelle. Nous devons agir pour son bien-être et sa protection et permettre à son mari d’élever ses deux fils. » En outre, il a été clairement expliqué au mari que l’autorisation d’épouser une deuxième femme n’annulerait pas ses obligations envers sa première épouse, ce qu’il a accepté.

Dans la longue décision qui a été autorisée à la publication plusieurs mois après son approbation, les dayanim ont discuté de l’interdiction « ‘Herem DeRabenou Guershom », qui permet à un homme de n’épouser qu’une seule femme et interdit la polygamie. Finalement, ils ont décidé que l’interdiction ne s’appliquait pas à cet homme puisqu’il était d’origine géorgienne et qu’il pratiquait les coutumes des communautés orientales sur lesquelles le boycott ne s’appliquait pas.

Ils ont également déclaré qu’elle n’était pas obligée de tripler le montant inscrit sur la ketouba (contrat de mariage), d’un montant de 520 000 NIS.

En raison de la décision exceptionnelle approuvée par les trois juges – le rabbin Eliyahu Ariel Edri, le rabbin Aviran Moshe Spanier et le rabbin Avraham Zvi Gauftman -, elle a également été approuvée par le grand rabbin Yitzchak Yossef, toujours président du tribunal. Le rabbin Yossef a validé cette décision inhabituelle à la fin du mois de juillet, ouvrant la voie au second mariage du mari, alors que sa femme était encore en vie.

Source : Israel HaYom – www.tel-avivre.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire