Un discours remarqué de la députée religieuse de Kakhol Lavan

0
91

Le premier, et peut-être dernier, discours de la nouvelle députée de Kakhol Lavan, Tehila Friedmann. Une telle personne n’aurait évidemment pas été acceptée dans des partis orthodoxes, mais là il faut lui laisser le mérite d’avoir dit des choses que l’on entend guère en ces lieux…

Ynet

Ces dernières semaines, depuis que je suis arrivé dans cette maison, je n’ai cessé de penser à Rabbi Yo’hanan ben Zakkai, l’un des Juifs les plus importants de l’histoire. Au dernier moment il a réussi à sauver le peuple juif de Jérusalem du Temple en feu – le faisant passer au Beth haMidrach de Yavné, permettant la reprise.

Je pense à ce chef, qui a vécu à l’intérieur de Jérusalem, dans une terrible guerre civile, avec les Romains se dressant à l’extérieur, attendant le bon moment pour entrer et tout détruire. Une guerre civile qui a commencé à cause d’un débat sur la conduite à avoir face aux Romains, mais qui est très vite devenue une guerre d’identité fondamentale. L’identité de chacun était fonction de sa position personnelle face aux Romains. Selon ce que l’on pensait qu’il fallait faire, Ce que vous croyez devoir être fait est devenu qui vous êtes. Si je ne suis pas d’accord avec vous, je suis contre vous. Complètement. Jusqu’à l’effusion de sang. La haine a tout emporté. Au nom de la haine, des couteaux étaient tirés dans le Temple. Au nom de la haine, les entrepôts alimentaires qui pouvaient assurer la nourriture de la ville assiégée ont été incendiés. Au nom de la haine est venu la faim, et avec la faim est venu le désespoir.

Au cœur de l’époque du corona, en une crise sanitaire, économique et sociale dont on ignorait l’existence, il y a encore ceux qui veulent qu’un homme s’accroche aux pompons de son frère. Qu’à nouveau nous en arrivions aux luttes intestinales. Et qu’encore une fois, nous prenions chaque blessure et cicatrice sociale et la frottions jusqu’à ce qu’elle saigne. Qu’à nouveau nous ridiculisions et méprisions les douleurs des autres.

Rabban Yo’hanan ben Zakkai ne faisait pas partie de l’ONU. Lui et ses étudiants étaient partie prenante dans cette lutte. Ils ont combattu contre les fanatiques et le fanatisme d’alors. Mais à un moment donné, il a choisi la voie inverse. Il se rend compte que dans la guerre civile, tout le monde a perdu, il fait un geste surprenant et se tourne vers son ennemi acharné, Aba Sikra le chef des fanatiques de Jérusalem. Aba Sikra sait aussi que la guerre civile est plus dangereuse que l’ennemi extérieur. Mais cet homme, qui a mis le feu, constate qu’il ne peut plus le contrôler. Son peuple ne l’écoute pas. Ensemble, le chef des fanatiques et le chef des modérés parviennent à faire sortir en contrebande Rabban Yo’hanan ben Zakkai de Jérusalem. Non pas pour faire marcher la roue en arrière – mais pour commencer quelque chose de nouveau. Pour poser les bases du lendemain.

Les discours d’ouverture des nouveaux membres de la Knesset ont des règles. Je suis censé parler des stations de ma vie, remercier ceux qui m’ont amené jusque-là et partager certains des rêves et des aspirations en leur nom et au nom de quoi je suis venu dans cette maison. Mais mon discours d’ouverture pourrait très bien être aussi le discours de clôture, et la pertinence des rêves et des plans que j’ai élaborés est discutable, au milieu de ce chaos de galop vers l’abîme et la destruction d’une quatrième élection. J’abandonne donc les règles de la cérémonie, en m’excusant auprès de papa et maman qui sont assis ici et vraiment m’ont accompagnée jusqu’à ce jour, des parents de mon mari, et de tous les nombreux partenaires que je devrais mentionner. Mais je veux dire autre chose. Il me semble que cela sera également en leur nom.

LIRE  Poutine n’est pas le sauveur d’Israël au Moyen-Orient

Deux mille ans se sont écoulés depuis Rabban Yo’hanan. Nous sommes retournés à Jérusalem, avons construit un pays. Mais maintenant, nous passons par une crise énorme – nous nous retrouvons à nouveau au même endroit effrayant. Un fléau mortel fait rage à l’extérieur et à l’intérieur – le même désir destructeur de vaincre ! Le même aveuglement et la même folie, la même haine maligne qui nous pousse à investir la grande partie de notre énergie dans des luttes intestinales. Et là, comme alors, les entrepôts de confiance sont incendiés. Le système de gouvernement s’effondre. Nous mettons en danger, avec une irresponsabilité insensée, l’existence même de la maison commune.

Je suis venue ici pour faire partie d’une équipe engagée à faire tenir le miracle appelé l’État d’Israël. Un leadership qui cultive d’excellents systèmes de gouvernement, qui œuvre pour la réconciliation. Un leadership qui ne veut supprimer personne. Qui ne cherche pas à ecnourager des tueurs. J’attends et je prie pour un leadership des guérisseurs au cœur des vagues de corona, dans une crise sanitaire, économique et sociale inédite. Dans une crise de régime, après un an et demi de paralysie sans budget, un déficit sévère et une récession, il y a encore ceux qui veulent que l’on revienne aux anciennes conduites, que nous nous opposions les uns aux autres. Encore une fois, que nous prenions chaque blessure et cicatrice sociale et la frottions jusqu’à ce qu’elle saigne. Qu’à nouveau nous nous moquions des autres et méprisions leurs douleurs.

Trois fois, en un an et demi, vous avez essayé de gagner. De plier, de maîtriser, de dominer. Cela doit s’arrêter. Il faut cesser d’essayer de gagner. Le premier Israël ne doit pas soumettre le second Israël. Mais il est également interdit au deuxième Israël de soumettre le premier Israël. Nous ne devons pas tenter de vaincre les uns les autres.

Je suis juive, religieuse, sioniste-religieuse, nationale, féministe et de Jérusalem. J’ai grandi dans une certaine langue et tradition. J’ai grandi dans une maison, une communauté et une tradition qui m’ont façonnée. Il y a beaucoup de vérité, de beauté et de bonté dans mon monde. Mais pas toute la vérité. Pas toute la beauté. Pas du tout le meilleur. Je ne veux pas que tout le monde devienne comme moi. Je ne veux pas que tout le monde croie les mêmes choses que moi. Parce que je sais que même dans d’autres communautés et mondes, il y a la vérité, la beauté et le bien. Et j’ai quelque chose à apprendre d’eux.

LIRE  Macron dit à Lapid de reprendre les pourparlers avec l'AP

J’ai quelque chose à apprendre de la tradition orientale, des Juifs de l’Union soviétique, des Juifs éthiopiens. Des descendants des pionniers de la colonie ouvrière, des libéraux individualistes, des ultra-orthodoxes, des ultra-orthodoxes. J’ai quelque chose à apprendre des Arabes, j’ai quelque chose à apprendre des Druzes, des Bédouins, j’ai quelque chose à apprendre des Juifs de la diaspora.

J’ai quelque chose à apprendre de la tradition orientale; Juifs de l’Union soviétique; Des juifs éthiopiens. Des descendants des pionniers de la colonie ouvrière, des libéraux individualistes, des orthodoxes, des sionistes-religieux. J’ai quelque chose à apprendre des Arabes, j’ai quelque chose à apprendre des Druzes, des Bédouins, j’ai quelque chose à apprendre des Juifs de la diaspora.

Certes, certains de ces groupes et secteurs ont des principes, des valeurs et des actions auxquels je m’oppose fermement et certains me menacent en tant que femme, en tant que juive, en tant que sioniste, en tant que religieuse. Mais je me souviens et je sais que dans chacun des groupes, dans à peu près chacun d’entre eux, il y a ceux qui se considèrent comme la seule et juste voie, que bientôt tout le monde reconnaîtra sa justice, voudra être comme lui et qu’il dirigera et régnera, mais il y a aussi ceux qui comprennent que notre différence n’est pas temporaire. Nous devons vivre ensemble et c’est le défi de nos vies. Je cherche avec eux à forger une «alliance des modérés»: avec toutes les forces de tous les secteurs qui comprennent ce défi appelé «vivre ensemble». Ramenez le pouvoir des bords qui rendent la vie de nous tous fous – et créez un centre commun.

Je parle d’un ton doux, je sais, et on peut se tromper et penser que mon message est aussi doux et compromettant. Mais c’est juste le contraire: mon centre de pensée est un centre jaloux, peu disposé à faire des compromis sur sa centralité. Pour sa responsabilité envers tous les habitants du pays. Sur la place qu’il a pour tous ceux qui veulent vraiment vivre ensemble, là où il y a une limite au fanatisme, où il y a des limites à l’égoïsme. Un centre qui a un dévouement à la modération, à la démocratie, au judaïsme qui fait de la place. Un centre qui protège dans son corps les règles du jeu qui nous permettent de mener une dispute sans se décomposer en morceaux.

Le rav Avraham Yitz’hak HaCohen Kook a écrit il y a de nombreuses années au sujet de «trois forces» qui «luttent maintenant dans notre camp… la sainteté, la nation et l’humanité». Nous aurions dit : religiosité, nationalisme et humanisme. Le rav Kook lui-même était un homme entièrement saint. Mais il savait à quel point la sainteté absolue, le nationalisme absolu ou l’humanisme absolu étaient dangereux. Personne n’a raison seul. Une société saine est une société qui a ces trois forces. Non seulement pour nous secouer, mais parce que nous avons besoin les uns des autres.

Pendant les six semaines que j’ai passées dans cette maison, j’ai entendu des moqueries et du venin sans fin envers des groupes entiers de la société israélienne. J’ai entendu l’espoir qu ‘«ils» disparaîtraient d’ici. Et « nous » pouvons régner sans limite. Je veux vous dire quelque chose – ils ne disparaîtront pas. Allez à autant d’élections que vous le souhaitez – personne ne disparaîtra.

LIRE  Élections présidentielles : Herzog et Peretz se présentent ; Glick se retire

Si nous continuons d’essayer de nous battre les uns les autres, celui qui sera vaincu sera l’avenir de l’État d’Israël. Celui qui est vaincu sera la garantie mutuelle. La capacité de continuer à accomplir ce miracle a appelé l’État d’Israël.

Nous vivons dans un miracle. Je suis fille d’un parachutiste qui a fait partie des libérateurs de Jérusalem, le père de mon mari est un parachutiste des libérateurs de Jérusalem et je vis et élève mes enfants à Jérusalem. Ma vie quotidienne la plus simple et la plus élémentaire est l’accomplissement des plus grandes prophéties des prophètes d’Israël : des hommes et des femmes âgés dans les rues de la ville, des garçons et des filles jouant. Ce qui était pour mes grands-parents un rêve difficile à imaginer, c’est ma simple réalité de la vie. Mais je ne l’ai jamais pris pour acquis.

Yehuda Ami’hai nous a appris: « De loin, tout ressemble à un miracle – mais de près, un miracle ne ressemble pas à ça non plus. Même ceux qui ont traversé la mer Rouge n’ont vu devant eux que le dos en sueur de celui qui marchait devant lui et ses larges cuisses. » Je fait partie des gens qui ont eu droit à un miracle et le reconnaissent. Je remercie D’ pour le droit de vivre dans ce miracle et surtout je m’en sens responsable, pour son bien-être et son intégrité.

Je suis venu ici pour faire partie d’une direction engagée à accomplir le miracle appelé l’État d’Israël. Un leadership qui ne veut pas venger les injustices, prendre soin de notre bien-être ou avoir raison, mais qui veut se réhabiliter et soigner. Un leadership qui veut prendre soin de ceux qui l’ont choisi autant que de ceux qui ne l’ont pas fait. Ne pas se moquer de la douleur du perdant. Qui croit en la fraternité. Un leadership qui cultive d’excellents systèmes de gouvernement, qui œuvre pour la réconciliation interne et la réhabilitation. Un leadership qui ne veut supprimer personne. Pas l’introduction de tueurs. J’attends et prie pour le leadership des guérisseurs.

J’ai forcément cru en un gouvernement d’unité. Je crois toujours que c’est la seule façon de jeter les bases de la prochaine étape de la vie du pays. De nous sauver de la destruction. J’ai consacré une grande partie de ma vie professionnelle et publique à des essais destinés à créer un nouveau centre israélien et juif. Je crois que notre responsabilité et notre devoir sont de faire comme Rabban Yo’hanan ben Zakkai. Faire une alliance de modérés. Créer un nouveau centre israélien qui se définit en fonction de ce qu’il est, et non en fonction de ce qu’il n’est pas.

Ce sont les jours du Troisième Temple. Et tout comme les deux qui l’ont précédé – ils sont fragiles. Inflammables. Cela ne va pas de soi. Sa stabilité est notre responsabilité. Son existence dépend de nous. C’est là le plan de notre garde.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire