Villes et quartiers – généralités

0
836

A l’étranger, nous habitions n’importe où – même si souvent, pour nombre d’entre nous, la proximité d’une synagogue comptait tout de même, à un kilomètre près…

En Erets Israël, on voit les choses autrement : on préférera vivre dans une ville à haute concentration du public pratiquant, et notamment dans un quartier à population majoritairement religieux.

Pourquoi ?

Disons simplement qu’à l’étranger, la présence de non-Juifs avait moins d’impact sur nous et nos enfants, que celle d’un entourage de jeunes Juifs laïcs éloignés du judaïsme (nombreux sont ceux à même, malheureusement, d’en témoigner…).

Sans oublier les avantages d’un quartier où l’on peut tout trouver sur place, selon nos exigences de kacherouth et de conduite (Chabbath et autres).

 

Alors, vers où se tourner ?

Voilà une question à résoudre avec les gens sur place, à même de nous guider.

Les villes, hors Jérusalem et Bené Brak, sont assez nombreuses, et répondent à l’attente de personnes pratiquantes. Néanmoins, chacune a ses nuances, ses appartenances, ses particularités.

Pour un public engagé sur le plan religieux, les grandes adresses sont bien entendu Ashdod, Beth Chémech, Modi’in ‘ilith, Elad et Bétar, puis Afoula, Carmiel, Netivoth et ‘Haïfa (dans son quartier religieux).  Mais n’oublions pas Telz-Stone (Qiriat Ye’arim), Tsfat, Tibériade, Ofakim – aujourd’hui aussi Kiriat Gat et autres.

Le choix dépendra des possibilités financières, du caractère de la famille, de sa pratique, et de nombre d’autres critères.

Des personnes plus traditionnalistes se dirigent en général vers ‘Hadéra, Netanya, Achdod ou Hertsélia. Nous conseillons, dans ce cas, de bien questionner nos conseillers, ou des acqui déjà installés, ou nos conseillers.

LIRE  Koupath 'holim - généralités
Partagez
Article PrécédentLe logement
Prochain articleEcoles – généralités

Aucun commentaires

Laisser un commentaire