Une arme mystérieuse apparaît sur un terrain irakien après une frappe israélienne

0
55

Les responsables occidentaux et iraniens ont déclaré que la frappe israélienne contre Ispahan avait endommagé les systèmes de défense aérienne iraniens sans identifier quelle arme avait été utilisée, tandis que des images satellite exclusives ne montraient aucun dommage sérieux à la base aérienne iranienne, qui, selon eux, était la principale cible de l’attaque israélienne contre l’Iran.

Le New York Times  a cité des responsables affirmant que l’attaque israélienne visait à envoyer le message selon lequel Israël pouvait contourner et désactiver les systèmes de défense iraniens sans être détecté.

Les sources ont ajouté que l’attaque israélienne a causé des dommages à un système de défense chargé de surveiller et de détruire les menaces aériennes à proximité du réacteur nucléaire de Natanz.

Deux responsables iraniens ont déclaré au journal que l’attaque israélienne avait touché le système de défense aérienne S-300 d’une base militaire à Isfaya.

Selon le journal, on ne sait toujours pas exactement quel type d’arme Israël a utilisé pour frapper le système de défense aérienne iranien. Mais trois responsables occidentaux et iraniens ont déclaré au journal qu’Israël avait utilisé des drones et au moins un missile lancé depuis un avion de combat.

Auparavant, des responsables iraniens avaient déclaré que l’attaque contre la base militaire avait été menée par de petits drones, apparemment lancés depuis le territoire iranien.

Deux responsables occidentaux ont déclaré que le missile avait été lancé depuis un avion de combat loin de l’espace aérien israélien ou iranien et qu’il contenait une technologie qui lui permettait d’échapper à la protection radar iranienne.

Des sources occidentales ont indiqué que ni le missile ni l’avion qui l’a lancé n’ont pénétré dans l’espace aérien jordanien, un geste visant à maintenir le royaume à l’écart du conflit après avoir contribué à abattre l’arme iranienne lancée sur Israël la semaine dernière.

Deux responsables iraniens ont déclaré que l’armée iranienne n’avait rien détecté vendredi dans l’espace aérien iranien, y compris des drones, des missiles ou des avions de combat. L’agence de presse officielle iranienne, IRNA, a rapporté qu’il n’y avait pas eu d’attaques de missiles et que le système de défense aérienne iranien n’avait pas été activé.

Des responsables occidentaux ont déclaré que l’utilisation par Israël de drones lancés depuis l’Iran et d’un missile que les défenses aériennes ne pouvaient pas détecter visait à donner à l’Iran une idée de ce à quoi ressemblerait une attaque à grande échelle dans le futur.

Ils ont ajouté que l’attaque visait à faire réfléchir l’Iran à deux fois avant de lancer une attaque directe contre Israël à l’avenir.

Au lendemain d’une étrange attaque israélienne contre des intérêts iraniens, soi-disant centrée sur l’aéroport d’Ispahan, bien que d’autres sites en Iran auraient pu être également visés, nous voyons une relique très intéressante qui semble avoir été abandonnée en Irak. Nous avons examiné les images disponibles de la carcasse du missile et, même si nous trouvons des similitudes avec plusieurs armes israéliennes, l’identité exacte de ce missile reste floue, même si nous avons une bonne idée de ce dont il s’agit probablement.

L’élément le plus visible sur les images est la disposition des pattes, où le missile se fixe au pylône de l’avion. Il s’agit souvent d’un identifiant clé de différents missiles et bombes, en particulier ceux avancés qui peuvent utiliser des saillies uniques de la cellule pour renforcer cette zone pour le transport aérien. Dans ce cas, nous voyons deux pattes standards, mais si vous regardez attentivement, vous verrez qu’elles sont montées sur deux renflements dans la cellule du missile. Les zones de crampons renforcés conformes ne sont pas rares, mais elles peuvent avoir des configurations quelque peu distinctes.

Après avoir visionné les images, la première chose qui m’est venue à l’esprit est le Rampage d’Israël – notre photo -, une adaptation aérienne de la fusée d’artillerie guidée EXTRA que nous avons profilée dans le passé.

Dans les termes les plus simples, Rampage revient à prendre une célèbre fusée d’artillerie américaine M31 Guided Multiple Launch Rocket System (GMLRS), tirée par les lanceurs HIMARS et M270, et à l’attacher à un avion de combat. L’altitude et la vitesse de l’avion de lancement peuvent considérablement étendre la portée de la fusée et ses performances cinématiques globales par rapport à son ancêtre lancé au sol. En mode de lancement à basse altitude pour éviter les défenses aériennes ennemies, un avion survolant la terre  peut surgir et la lancer, après quoi elle peut effectuer un arc de type balistique optimisé pour éliminer rapidement des cibles clés telles que les défenses aériennes ennemies. Le Rampage est une arme « tirer et oublier » : après son lancement, l’équipage peut se retourner et courir.

Rampage dispose d’une zone de renforcement conforme allongée pour ses cosses, ce qui faisait partie de son adaptation aux applications lancées par air. Rampage a également des ailerons arrière en forme de ce que nous voyons sur l’image de l’empennage de l’arme écrasée. À première vue, cela ressemblait donc à Rampage, mais il y a un problème : la zone de renflement allongée ne correspond pas et ne dépasse pas suffisamment en arrière de la patte arrière. Le missile sur la photo a deux renforts de pattes distincts et semble également plus court et plus gros que le Rampage, avec des pattes plus éloignées vers la queue que ce que l’on voit sur le Rampage, plus élancé.

Rampage a également de petites surfaces de contrôle en forme de canard sur son cône avant. Il y a une image d’une section d’aileron qui semble être cassée, cela pourrait être ceci, bien qu’il soit plus probable qu’elle fasse partie de la section de queue qui s’est détachée.

Un petit aparté sur cette section de queue vue sur les photos du crash. L’empennage semble effilé. Ceci, combiné à la forme des nageoires et aux autres caractéristiques que nous pouvons voir, ne correspond à rien de ce que nous connaissons dans l’inventaire d’Israël. Cependant, cela correspond vaguement à Ice Breaker, un concept de missile de croisière israélien, dont l’état de développement n’est pas clair. Mais d’autres caractéristiques d’Ice Breaker ne correspondent pas, la plus importante étant qu’il n’y a pas d’entrée d’air visible là où elle devrait être et qu’il a un corps plus fin. De plus, nous ne savons même pas si cette arme existe réellement à l’heure actuelle.

En examinant les photos de plus près, il semble que la zone de la tuyère ait été écrasée dans une certaine mesure, ce qui est logique puisqu’il s’agit de l’extrémité faible et ouverte du corps du missile. L’impact et l’effondrement pourraient lui donner un aspect effilé. Pourtant, la section effilée de la section arrière, en particulier sur les types de missiles balistiques, est une caractéristique de conception bien établie.

En gardant tout cela à l’esprit, la forme générale de cette arme indiquerait plus directement qu’il s’agit du Rocks, un missile balistique à lancement aérien que nous avons également présenté dans le passé et qui a été développé à partir de la gamme israélienne de cibles d’essai de missiles balistiques Sparrow. Semblable à Rampage, Rocks bénéficie du lancement aérien, en particulier à haute altitude et à haute vitesse, ce qui lui confère une bien meilleure portée que si une arme similaire était lancée depuis le sol. Alors que Rampage serait un bon choix pour éliminer les défenses aériennes ennemies plus près de la frontière iranienne, Rocks serait un bon choix pour frapper des cibles plus profondément à l’intérieur de l’Iran, même celles quelque peu fortifiées. Sa vitesse élevée et sa trajectoire de manœuvre rendraient également son interception très difficile, en particulier avec les capacités dont dispose l’Iran. Il utilise la navigation GPS/INS et un autodirecteur électro-optique qui peut également être couplé à un autodirecteur anti-radiation pour un meilleur guidage des terminaux, notamment contre les sites de défense aérienne.

Les emplacements des attaches correspondent beaucoup plus à ceux des Rocks, mais nous ne savons pas si cette arme utilise la zone de renforcement conforme pour ses attaches. Les images de sa famille de prédécesseurs Sparrow indiquent que c’est le cas, mais avec quelques différences notables entre les variantes. Mais Rocks a probablement été optimisé lors de sa mise en production en tant qu’arme offensive, et la rationalisation de ces domaines et l’optimisation de la conception pour les techniques de production en série auraient pu être un facteur clé dans de telles révisions qui auraient pu aboutir à ce que nous voyons dans les images.

Il est également possible qu’il s’agisse d’un substitut du missile balistique Sparrow, tel que Black Sparrow, et qu’il ait été utilisé comme leurre pour stimuler la défense aérienne iranienne. Non seulement cela peut être fait pour distraire les forces iraniennes, mais associé à une surveillance électronique, cela permettrait à Israël de vérifier l’ordre de bataille électronique actuel de l’Iran, y compris l’emplacement de ses systèmes de défense aérienne, ainsi que d’autres renseignements critiques sur ses défenses et ses situations d’urgence. des plans. Il s’agirait d’une opération cruciale et tout à fait conforme à la longue histoire d’Israël d’utiliser des leurres à cette fin, si une frappe ultérieure et beaucoup plus importante était en préparation ou envisagée. Nous devons souligner qu’il s’agit simplement d’une possibilité et que cela ne signifie pas qu’Israël est sur le point d’exécuter de nouvelles opérations cinétiques contre l’Iran, mais l’utilisation supposée de drones à Ispahan soulève également exactement la même préoccupation.

Des versions multi-étages plus puissantes du Sparrow sont désormais disponibles, ce qui offrirait une portée, des performances et une capacité de survie améliorées, à la fois comme leurre et si le type était adapté pour les applications de frappe. Le booster, s’étant détaché et tombé, ressemblerait à l’accident que nous voyons sur les photos.

Même si nous pensons qu’il s’agit probablement de Rocks ou d’un membre de sa famille, il est possible qu’il s’agisse de quelque chose de nouveau. Israël a de nombreux atouts dans son sac et celui-ci pourrait très bien en être un. Un Rocks plus avancé avec un deuxième étage puissant serait certainement nouveau. Dans le même temps, il est également possible qu’il s’agisse d’un projectile balistique précédemment tiré par l’Iran ou ses mandataires et qui vient d’être découvert. Les cosses peuvent également être utilisées pour gruer des missiles lancés au sol.

Notre meilleure hypothèse est donc qu’il s’agit d’une variante de Rocks, même si ce n’est pas une analyse concluante. Il est possible que nous obtenions plus d’images qui nous aideront à tirer une conclusion définitive.

Il est désormais clair qu’Israël a effectivement frappé un site de défense aérienne iranien, apparemment l’une de ses précieuses batteries S-300, sur la base aérienne d’Ispahan, et avec une précision extrême. Le New York Times rapporte que l’arme a été tirée en dehors de l’espace aérien israélien et iranien et qu’elle a été spécifiquement utilisée pour contrecarrer les défenses aériennes iraniennes. La frappe était donc prévue pour envoyer un message.

Cela correspond parfaitement à Rocks, ou du moins à une version de celui-ci. Les preuves s’accumulent désormais selon lesquelles c’était l’arme utilisée, y compris la cible même qu’elle attaquait. Des drones auraient pu être lancés même depuis l’intérieur de l’Iran et utilisés pour stimuler les défenses aériennes iraniennes de la base, ce qui aurait donné à un Rocks équipé d’un chercheur anti-radiation une cible parfaite sur laquelle se concentrer, augmentant considérablement sa probabilité de tuer même si son GPS a été fortement perturbé. La présence de drones, ou une attaque de guerre électronique/cyberattaque qui donnerait l’impression qu’ils sont présents, détournerait également l’attention des défenseurs aériens de l’extrémité opposée du spectre des menaces, à savoir un missile balistique lancé depuis l’air.

JForum.fr & Tyler@twz.com

Aucun commentaire

Laisser un commentaire