« On a voulu me décapiter, la personne a été entendue deux heures en gendarmerie puis a été libérée » témoigne Claude Cohen, le maire de Mions.

0
79

Le maire LR de Mions (Rhône), Claude Cohen, était l’invité de l’Heure des Pros Week-End ce dimanche 21 avril sur CNEWS. Il s’est exprimé au sujet des attaques antisémites dont il a été victime tout au long de son mandat et qui l’ont notamment poussé à quitter son poste : «On a voulu me décapiter, la personne a été entendue deux heures en gendarmerie, libérée et on lui a fait un rappel à la loi».

En photo : la mairie de Mions

Aux commandes de la commune de Mions depuis 2014, dans la métropole de Lyon, Claude Cohen, maire LR, a présenté sa démission.

La journée du samedi 20 avril 2024 a été celle d’une secousse pour les habitants de Mions, dans la métropole de Lyon. Claude Cohen, leur maire (LR) depuis 10 ans, a présenté sa démission.

« Engagement total et sincère »

L’édile l’a d’abord annoncé par la voie d’un communiqué, sur son compte Facebook. « Avec une grande émotion », l’élu a officialisé sa décision. Après avoir exprimé sa « gratitude » suite aux deux élections remportées (2014, 2020), il a assuré avoir exercé la fonction avec un « engagement total et sincère ». « Je suis convaincu que le changement ouvrira la voie à un nouveau chapitre pour la municipalité », a-t-il ajouté.

« J’en peux plus »

Auprès de France 3, Claude Cohen s’est un peu plus étalé sur les raisons qui l’ont poussé à trancher. « Un maire a beaucoup de complications à gérer, les dossiers sont très lourds et je pensais que la métropole faciliterait des dossiers, ce qui n’est pas du tout le cas », regrette l’élu.

Celui-ci pointe aussi du doigt, selon nos confrères, la décision de la préfète du Rhône de priver certaines communes, dont Mions, de la possibilité de délivrer les permis de construire.

Enfin, le premier magistrat déplore des « propos antisémites à cause de mon nom et de ma fonction », qui sont « permanents ». Dans la soirée de samedi, sur BFM TV, il déplorait : « J’ai régulièrement des Miolands qui me traitent de ‘sale juif’, donc au bout d’un moment je veux bien tout accepter mais je me suis fait élire pour servir ma ville et mon pays ».

Un élu communiste aurait porté une écharpe du Hamas lors d’un conseil métropolitain, selon le maire de Mions

L’édile de Mions accuse un élu communiste d’avoir porté une écharpe du Hamas lors d’un récent conseil métropolitain.

 « Lors du dernier conseil métropolitain, une personne est intervenue, c’est un élu communiste qui a porté l’écharpe du Hamas pendant son intervention », assure-t-il à Europe 1. Il affirme faire la distinction entre une écharpe de la Palestine et une écharpe du Hamas.

Cet épisode est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase aux yeux de l’édile de Mions. Outre cette séquence, Claude Cohen confie être victime d’injures antisémites depuis l’attaque d’Israël par le Hamas le 7 octobre 2023. « J’ai des propos antisémites très réguliers depuis que je suis élu puisque je porte un nom qui ne peut pas prêter à confusion », révèle l’élu de Mions, ville de 13.000 habitants, avant d’ajouter subir cela en raison des événements qui touchent Israël.

Dans la soirée du samedi 20 avril, la préfecture du Rhône a révélé à la radio qu’aucun dépôt de plainte « pour des actes antisémites » à l’encontre de Claude Cohen n’a été enregistré par les gendarmes entre l’année dernière et l’année en cours.

Quelle suite désormais ?

Cette décision n’écartera pas Claude Cohen de la vie politique, puisque comme il l’a indiqué sur son message, il restera « membre du Conseil municipal et élu de la Métropole ». Quant à la préfecture, elle a jusqu’à deux mois pour acter la démission de l’édile. Toujours selon BFM TV, l’adjoint du maire en charge de la sécurité, Mickaël Paccaud, serait favori pour reprendre le flambeau.

JForum.fr

Aucun commentaire

Laisser un commentaire