Au milieu de la prière de Chavouoth, à Paris, le ‘hazan vétéran s’est effondré et est décédé

0
182

Tragédie pendant Chavou’oth à Paris : le vétéran et célèbre ‘hazan Zvi Shor, qui s’est rendu pour servir comme ‘hazan à la synagogue « Safra » liée au Centre européen du judaïsme à Paris, est décédé subitement au milieu de la fête. Des efforts sont développés pour ramener son corps en urgence en Israël pour l’enterrement.

Be’hadré ‘Harédim – Moché Weisberg

Tragédie au milieu de la fête : le ‘hazan Zvi Shor est décédé subitement au milieu de la fête.

« Behadré Haredim » a appris qu’au milieu de la prière, rav Zvi a senti qu’il n’arrivait plus à respirer, alors il est sorti et il s’est soudainement effondré. Les efforts de réanimation ont échoué et il est décédé. Il avait 73 ans.

R. Michael Gutwein de ZAKA s’occupe d’amener son cercueil en Terre sainte après que les membres de la famille ont reçu la difficile nouvelle.

R. Zvi Shor est né à Jérusalem dans une grande famille de ‘hazanim, et ses parents sont les familles Mendelson, Eilenson, Berger, Eisenbach, Hurwitz et Fishman. Il était surtout connu des anciens fans de ‘hazanouth en Israël. Il y a cinquante ans, il s’est installé aux États-Unis, où il a donné de nombreux concerts, ainsi qu’en Italie et ailleurs dans le monde. Il est même officié dans un certain nombre de synagogues réputées aux États-Unis, parmi lesquelles la synagogue Shalom « Mile Bison » à Brooklyn, la synagogue « Fair Lawn » à Jersey et d’autres endroits.

Shor a également réussi à présider l’organisation mondiale des chantres JMCA, dont les plus grands noms du monde des ‘hazanim, tels que Yoselé Ronblatt et Moché et David Kosowitzki, étaient membres dans le passé. Il y a environ 8 mois, il est retourné en Israël et était actuellement en pourparlers avec de hauts responsables de l’industrie du chant israélienne.

Ces dernières années, il avait un lien particulier avec Breslav et a même servi comme chantre à la synagogue Shiner à Ouman, dans le minyan qui commence au lever du soleil (Netz).

Dans une interview que le ‘hazan vétéran a accordée à « Be’hadré ‘Harédim » il y a sept ans, il dit que « la prière à Ouman est formidable. À ma connaissance, il n’y avait aucun minyan à Ouman où un ‘hazan ashkenaze officiait. Dans le minyan, il y a environ 2 500 fidèles qui chantent avec le ‘hazan dans un chant formidable, et des partenaires. Tout au long de la prière, c’est une énergie formidable, et pour la première fois, je ne pouvais tout simplement pas continuer après la fin du chant. Je n’ai jamais fait partie d’un tel nombre de fidèles. »

Au cours de sa vie, il a perdu son fils décédé de la maladie en 1998. Il a laissé derrière lui sa famille, son fils R. Shlomo Shor qui vit aux États-Unis et sa fille qui vit en Israël, ses frères et sœurs.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire