Ben Gvir à Netanyahou : « Les otages n’ont pas reçu leurs médicaments, arrêtez immédiatement le transfert d’aide »

0
147

Le ministre de la Sécurité nationale a adressé une lettre au Premier ministre dans laquelle il exige l’arrêt immédiat de l’introduction de l’aide humanitaire à Gaza, alors qu’en arrière-plan les médicaments destinés aux personnes enlevées ne leur sont pas parvenus.

JDN – Benjamin Berger

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a envoyé aujourd’hui (mardi) une lettre au Premier ministre Benyamin Netanyahou dans laquelle il exige l’arrêt immédiat de l’introduction de l’aide humanitaire à Gaza, alors qu’en arrière-plan les médicaments destinés aux personnes enlevées n’ont pas été livrés.

Ben Gvir a ouvert sa lettre et a écrit : « Lundi, le peuple d’Israël s’est réveillé avec une matinée passionnante, au cours de laquelle il a été annoncé que, dans le cadre d’une opération de sauvetage héroïque, nos héroïques combattants de la police israélienne (YMM), le Tsahal et le Shin Bet ont secouru en toute sécurité les otages Fernando Simon Marman et Luis Norveto Leinberg qui étaient détenus par l’organisation terroriste Hamas à Rafah. »

Le ministre Ben Gvir a souligné que le transfert des médicaments aux personnes enlevées n’est pas arrivé à destination : « Les deux chères personnes enlevées ont été emmenées à l’hôpital Sheba pour un traitement médical, et là il est devenu évident qu’elles n’avaient pas reçu les médicaments qui étaient destinés à leur traitement. »

Ben Gvir a ajouté : « Nous vous rappellerons qu’il y a environ un mois, vous avez mené une action contre le Qatar pour transférer des médicaments essentiels à nos personnes enlevées, au cours de laquelle vous avez approuvé le transfert de deux avions cargo de l’armée de l’air remplis de milliers de colis de médicaments et d’aide médicale humanitaire et du matériel aux « résidents de Gaza » ainsi que des boîtes individuelles de médicaments pour les personnes enlevées. Le Hamas devait présenter la preuve que les personnes enlevées ont bien reçu les médicaments. Cependant, de telles preuves n’ont pas été produites à ce jour, et il s’avère maintenant que pour une raison ou une autre, le Hamas a une fois de plus violé l’accord que vous avez dirigé. Aussi douloureux que cela puisse être, c’était prévu. Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, face à une organisation terroriste nazie, il ne faut pas céder et il ne faut pas déplacer la ligne rouge à chaque fois. Ma position claire et sans compromis est que l’humanitaire uniquement pour le bien de l’humanitaire n’est pas seulement la voie juste, mais c’est aussi la seule manière de traiter avec le Hamas ».

Ben Gvir a signé sa lettre : « Maintenant qu’il est clair pour le monde entier que même les médicaments destinés aux personnes enlevées, grâce à la médiation internationale, ne sont pas arrivés à destination, je vous implore d’arrêter immédiatement le transfert de l’aide humanitaire vers Gaza et acceptez ma simple position selon laquelle jusqu’à ce que l’État d’Israël reçoive des informations sur l’état des personnes enlevées et des preuves claires que les médicaments leur ont été livrés, aucun camion d’aide n’entrera dans la bande de Gaza. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire