Biden doit mettre fin à l’action malveillante du Qatar à Gaza

0
51

Biden doit mettre fin au rôle malveillant du Qatar dans les pourparlers de cessez-le-feu à Gaza et dans la jetée

par Con Coughlin

Après le succès obtenu par le Qatar, État du Golfe, en aidant à restaurer le pouvoir des talibans en Afghanistan, Doha investit désormais toute son énergie pour tenter de maintenir le Hamas au pouvoir à Gaza.

Depuis plus d’une décennie, le petit émirat du Golfe utilise les énormes profits qu’il tire de ses vastes ressources énergétiques pour parrainer l’idéologie islamiste radicale qui soutient des organisations terroristes telles que le Hamas.

Le Qatar était un partisan enthousiaste du régime désastreux des Frères musulmans qui a brièvement gouverné l’Égypte, une période principalement mémorable pour les attaques meurtrières perpétrées contre les communautés chrétiennes et les ouvertures diplomatiques du Caire envers la République islamique d’Iran.

Le Qatar a également soutenu financièrement et militairement avec enthousiasme des groupes islamistes radicaux en Libye, en Tunisie et en Syrie, où certains des groupes soutenus par Doha pendant la guerre civile syrienne étaient presque impossibles à distinguer, en termes de brutalité et d’idéologie, de groupes terroristes tels que comme Al-Qaïda.

Malgré le soutien bien documenté de l’État du Golfe aux groupes terroristes islamistes et sa volonté d’utiliser son réseau d’information Al-Jazeera, financé par l’État, pour promouvoir la propagande islamiste, le Qatar a réussi l’exploit discutable de maintenir de bonnes relations diplomatiques avec l’Occident.
Le maintien de ces relations diplomatiques existe principalement parce que de nombreux pays européens dépendent fortement du Qatar, qui possède l’une des plus grandes réserves mondiales de gaz naturel, pour leurs besoins énergétiques.
Le pilier des relations diplomatiques du Qatar avec les États-Unis est qu’il héberge la base aérienne militaire américaine d’Al Udeid, qui abrite le quartier général avancé du commandement central américain et a été utilisée comme centre de commandement pour les récentes campagnes en Irak et en Afghanistan. et la Syrie.

Le Qatar a financé la construction de la base et continue de financer son entretien et, selon les termes d’un accord négocié avec Washington, autorise les États-Unis à exploiter l’installation sous une juridiction extraterritoriale de facto, ce qui signifie qu’il s’agit en fait d’un territoire américain souverain, et non du Qatar.

La base est considérée comme un atout stratégique vital par le Pentagone, ce qui explique pourquoi le Département d’État a continué à entretenir des relations diplomatiques avec Doha, même lorsque l’État du Golfe a été accusé de financer des groupes terroristes islamistes.

Dans l’une des affaires les plus médiatisées impliquant le financement du terrorisme par le Qatar, la famille du journaliste américain assassiné Steven Sotloff a affirmé dans un procès fédéral en 2022 que d’importantes institutions qataries avaient transféré 800 000 $ à un « juge » de l’État islamique qui avait ordonné le meurtre de Sotloff et d’un autre journaliste américain James Foley. Les deux hommes ont été décapités en Syrie en 2014, leurs meurtres ont été filmés et publiés dans d’horribles vidéos de propagande.

Les États-Unis ont transféré leurs forces vers la base aérienne d’Al Udeid au Qatar depuis l’Arabie saoudite en 2003, après les attentats du 11 septembre contre les États-Unis en 2001. Il ne semble pas y avoir de raison pour qu’elles ne puissent pas être déplacées une fois de plus vers un pays de la région qui ne soutient les groupes terroristes.
Plus récemment, le Qatar a été critiqué pour son financement de l’organisation terroriste Hamas à Gaza, les milliards de dollars qu’il a fournis au groupe terroriste au cours de la dernière décennie étant utilisés pour financer le développement de sa vaste infrastructure terroriste dans l’enclave palestinienne.
Cette infrastructure a été utilisée de manière meurtrière le 7 octobre, lorsque le Hamas a mené la pire attaque terroriste qu’Israël ait subie dans son histoire, en assassinant de sang-froid environ 1 200 civils israéliens et en enlevant environ 240 autres en otages. Parmi eux, au moins 130 sont toujours captifs à Gaza ; 32 ont été confirmés morts.

L’accusation la plus accablante concernant le rôle du Qatar dans les attaques est peut-être que de hauts dirigeants du Hamas, comme le chef politique du groupe terroriste Ismail Haniyeh, vivaient dans le luxe en tant que milliardaires dans la capitale du Qatar, Doha, pendant qu’ils planifiaient leur attaque dévastatrice.

Il est inquiétant de constater que le rôle important joué par le Qatar dans le financement des opérations terroristes du Hamas ne semble pas avoir affecté ses relations avec les puissances occidentales, comme les États-Unis, qui ont condamné le rôle du Hamas dans les attentats du 7 octobre et prétendent soutenir le droit d’Israël à l’autodéfense.

Les relations étroites du Qatar avec Washington l’ont même conduit à financer des universités américaines, un rapport récent révélant que l’État du Golfe a contribué 5,1 milliards de dollars aux institutions universitaires américaines depuis 1986.

On craint désormais que ce financement ait été utilisé pour radicaliser des étudiants aux États-Unis, ce qui contribuerait certainement à expliquer la récente recrudescence des manifestations anti-israéliennes dans un certain nombre d’universités américaines de premier plan. Une partie de ce financement est utilisée pour soutenir les étrangers étudiant aux États-Unis avec des visas étudiants, dont certains sont soupçonnés d’inciter à la haine d’Israël.

Mais ce qui est encore plus préoccupant, c’est la volonté de l’administration Biden de permettre au Qatar de jouer un rôle de premier plan dans les négociations pour un cessez-le-feu à Gaza et de gérer l’aide humanitaire acheminée vers une nouvelle jetée en construction à Gaza, même si le statut de négociateur de Doha et celui d’un Le gardien potentiel a été complètement compromis par son implication dans la création de l’infrastructure terroriste du Hamas.

C’est à la suite de l’implication du Qatar dans les récentes négociations de cessez-le-feu que les États-Unis ont tenté de persuader Israël d’accepter des conditions de cessez-le-feu qui penchaient fortement en faveur du Hamas.

Le Hamas avait stipulé que l’accord devait prévoir, entre autres conditions, la libération de centaines de Palestiniens emprisonnés par Israël et le retrait des forces israéliennes de Gaza, en échange de la libération des otages israéliens restants enlevés le 7 octobre.

Un tel arrangement aurait effectivement offert la victoire au Hamas, car il aurait mis fin à l’effort militaire d’Israël visant à détruire l’infrastructure terroriste de l’organisation à Gaza.

Comme l’a souligné le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lorsqu’il a annoncé qu’il n’accepterait pas les conditions du cessez-le-feu, accepter les exigences des terroristes « inviterait à un autre massacre ».

Compte tenu du soutien bien documenté du Qatar au Hamas, il est clair qu’aucune résolution significative du conflit de Gaza ne sera possible tant que Doha poursuivra ses efforts pour négocier un règlement favorable au Hamas, qui permettrait au mouvement terroriste de rester contrôle de Gaza, ou que le Qatar devrait opérer, ou même avoir quoi que ce soit à voir avec, la livraison de « l’aide humanitaire » à ce qui semble prévu comme la nouvelle tête de pont du Hamas.

Plutôt que de permettre au Qatar de continuer à jouer son double jeu, dans lequel Doha prétend être un proche allié de l’Occident tout en parrainant des groupes terroristes tels que le Hamas et les talibans, l’administration Biden doit prendre conscience de la menace réelle que représente le Qatar pour la sécurité du Moyen-Orient et concentrer ses efforts sur la négociation d’un accord de cessez-le-feu et sur la recherche d’un gardien pour Gaza et sa nouvelle jetée qui ne nécessite pas l’implication malveillante du Qatar.

Con Coughlin est rédacteur en chef du Telegraph pour la défense et les affaires étrangères et chercheur principal émérite au Gatestone Institute.

JForum.fr avec www.gatestoneinstitute.org
Sur la photo : le président américain Joe Biden rencontre l’émir du Qatar Tamim bin Hamad Al-Thani, à la Maison Blanche le 31 janvier 2022 à Washington, DC. (Photo de Nicholas Kamm/AFP via Getty Images)

Aucun commentaire

Laisser un commentaire