Contrairement à la position du médiateur, l’État a transmis sa réponse à la Haute Cour sur la loi sur la conscription

0
65

L’État, représenté devant la Haute Cour par un avocat privé, a soumis sa réponse à la Haute Cour concernant la loi sur la conscription et s’est engagé à la promulguer d’ici la fin juillet. La proposition qui sera avancée sera basée sur la loi que Benny Gantz a votée en première lecture à la précédente Knesset.

JDN

Le gouvernement a soumis sa réponse à la Haute Cour concernant la loi sur la conscription. Dans le message délivré, il était indiqué que le gouvernement s’engageait à achever le processus législatif d’ici la fin juillet, c’est-à-dire avant la fin de la session d’été de la Knesset.

La réponse du gouvernement à la Haute Cour a été fournie par l’intermédiaire de l’avocat privé qu’il a engagé à cet effet et elle est contraire à la position de la conseillère juridique du gouvernement, exprimée aujourd’hui par son adjoint Gil Lemon, qui s’est opposé à l’intention d’appliquer des jugements consécutifs au projet de loi approuvé lors du précédent Knesset en première lecture. Plus tôt dans la journée, Benny Gantz a déposé un recours contre la décision du gouvernement.

Dans la réponse du gouvernement à la Haute Cour, il a été expliqué pourquoi jusqu’à présent, ils n’ont pas pris de mesures pour recruter réellement des membres des Yechivoth. Le gouvernement a affirmé que la loi autorisant l’armée israélienne à recruter stipule que « le commandant peut, par ordre, appeler les candidats ayant les âges spécifiés dans la section à se présenter au service régulier ». En d’autres termes, le gouvernement affirme que même en l’absence d’une loi réglementant le statut des membres des Yechivoth, il n’y a aucune obligation de les recruter immédiatement.

La réponse du gouvernement à la Haute Cour indique également : « D’après l’affidavit de réponse supplémentaire daté du 1er mai 2024 soumis par le conseiller juridique du gouvernement au nom du ministère de la Défense, avec l’expiration de la résolution 682 et qui n’a pas été prolongé et aucun dispositif juridique alternatif n’a encore été adopté, des discussions ont eu lieu sous la conduite du ministre de la Défense, du chef d’état-major et des différents niveaux de commandement, des alternatives sont à l’étude pour préparer le système de sécurité au recrutement de membres du public orthodoxe, compte tenu des diverses complexités liées à la taille de la population, à ses caractéristiques et aux besoins de la guerre en cours, les autorités compétentes travaillent à l’élaboration d’un plan de mobilisation progressive des membres du public orthodoxe.

« Par conséquent, la question du recrutement est également traitée conformément à la loi sur les services de sécurité », ont conclu les avocats représentant le gouvernement.

La réponse du gouvernement a également détaillé les difficultés liées à la formulation d’un schéma convenu, car « il s’agit d’une tâche particulièrement difficile, car le manque d’égalité dans la répartition de la charge de sécurité entre les différentes populations du pays est un problème sanglant », question dans l’opinion publique israélienne, qui occupe l’honorable tribunal depuis des décennies.

« La question du service imposé aux membres des Yechivoth a toujours été une question très sensible et très complexe. Ainsi, entre autres choses, le fardeau de l’armée, la responsabilité publique, les différences extrêmes d’opinion dans la société israélienne, une conception différente de l’identité, des modes de vie, l’étude de la Tora, la valeur de l’étude de la Tora dans l’État d’Israël, l’intégration de différents les publics dans la sphère publique, la démographie, l’économie, les cadres du service militaire et autres, qui produisent tous une équation presque insoluble qui produit des vagues et, dans les jours difficiles, des vagues peut-être trop hautes, qui menacent d’emporter le pays. Tout cela nécessite une solution graduée et mesurée qui conduira autant que possible à la réduction des écarts actuels. »

La Haute Cour de justice devrait discuter de la question du recrutement au début du mois prochain, le 2 juin, dans une composition élargie à neuf juges. Lors de l’audience qui aura lieu, il sera décidé s’il convient de rendre définitive l’ordonnance provisoire émise dans cette affaire et d’ordonner à l’armée israélienne de commencer effectivement à recruter des membres de Yechivoth.

Même aujourd’hui, la position du conseiller juridique du gouvernement est que l’armée israélienne doit immédiatement recruter des jeunes étudiants en Yechiva en âge de servir et ne pas attendre de nouvelles discussions sur la question. Elle a également ordonné l’arrêt immédiat des budgets des Yechivoth et des Kolélim dans lesquels se trouvent des étudiants pouvant être recrutés.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire