Décès du rav David Boussu, gendre de Baba Salé

0
599

Rav David Boussu zal, le gendre de Baba Salé, est décédé à l’âge de 92 ans.

Be’hadré ‘Harédim – Moché Weisberg – Rabbi David Boussu zt’al Photo : Yaakov Cohen

De l’hôpital Hadassah Ein Kerem à Jérusalem nous vient la nouvelle du décès rav David Bosso zt’l, gendre de Baba Salé et chef des Institutions Meor Israël, décédé à l’âge de 92 ans.

Le rav David Boussu zal est né en Argentine et toute sa vie, il a aspiré à étudier la Tora en Terre d’Israël. Il a voyagé en bateau et est entré étudier à la Yechivath Mir. Là, il a étudié sous la direction de rav ‘Haïm Shmouléwitz zatsal, dont il était très proche. Après cela, il a également étudié à la Yechivath Porat Yossef sous la direction du Roch Yechiva rav Ezra Atia. Rav Boussu partageait son temps entre les deux institutions, une demi-journée à la Yechivath Porath Yossef et une demi-journée à la Yechivath Mir.

A cette époque, il se maria avec la fille de Baba Salé.

Plus tard, il a raconté: « Comme je ne connaissais pas la famille Abou’hatséra, je me suis contenté de me renseigner pour savoir si cette famille était assez forte… J’ai décidé d’aller vérifier les choses et je devais donc rencontrer Baba Salé chez lui, re’hov Shim’on, dans le quartier de la Baka à Jérusalem. Après avoir frappé à la porte de la maison du rabbi, c’est lui qui m’a ouvert la porte, et j’ai été immédiatement étonné de voir l’étendue de sa modestie, et j’ai réalisé à quel point j’avais tort dans ma première peur. J’ai été stupéfait par la grande modestie, la sainteté et la pureté, la douceur de l’âme, et je ne doute pas que c’est la maison dans laquelle je veux entrer. J’ai vu devant moi un véritable ange de D’, le saint des saints, alors qu’il était plongé dans son étude et son travail sacré. Il m’a gentiment fait asseoir à ses côtés, m’a posé quelques brèves questions sur moi et ma famille, et immédiatement après, il a commencé à me parler de la Tora. Ainsi, il a parlé avec moi pendant environ deux heures, d’un sujet à l’autre, de traité en traité. Après cela, je suis retourné à mes études à la Yechiva et j’ai attendu la réponse du rabbi, et maintenant je savais déjà que j’aurais un grand et énorme privilège si j’avais le privilège d’être attaché à un saint homme de D’ comme lui.

« Après quelques jours, je fus de nouveau invité chez le rav, où j’étais assis à la tête d’une longue table qui se trouvait dans le salon de la maison, tandis qu’à l’autre bout de la table était assis le rav, son épouse avec sa fille, ma femme, et c’est ainsi que s’est déroulée la conversation entre nous. Après environ deux semaines, la fête de fiançailles a eu lieu, en présence de nombreux proches collaborateurs du rabbi et de nombreux rabbanim de la Yechivath Mir et de Porath Yossef. Mes amis de la Yechivath Porath Yossef m’ont parlé de l’importance de la famille Abou’hatséra et de la grandeur et de la sainteté de Baba Salé, et j’étais très heureux d’avoir le privilège d’entrer dans une maison aussi sainte. »

Deux semaines avant le mariage, Baba Salé est retourné au Maroc et c’est le rav Atia qui fut le Mesader Kidouchin.

Plus tard, avec sa femme, il a déménagé pour vivre à Paris, en France, où il est également venu chez eux pendant un certain temps avec Baba Salé.

Le défunt a laissé derrière lui des générations de Bené Tora, son fils rabbi Shlomo Boussu, le rabbi Moche Eliyahou, le chef des institutions de Maor Israel et rabbi Shimon Boussu.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire