Le programme de la journée : barrages routiers et perturbations intenses du trafic

0
83

La « Journée nationale du bouleversement » continue : des heures d’affrontements à Tel-Aviv, les manifestations se déplaceront à Jérusalem

Après de longues heures de violents affrontements à Tel-Aviv, les manifestations devraient se déplacer vers Jérusalem. La police a jusqu’à présent arrêté 39 manifestants soupçonnés d’avoir participé à des troubles et d’avoir désobéi aux ordres de la police. Selon la police, des manifestants ont brisé des barrières et jeté des objets sur les policiers. 11 manifestants ont été blessés et transportés à l’hôpital.

Be’hadré ‘Harédim – Avi Gadalovitch – Illustration : shutterstock

Les opposants à la réforme législative continuent en ce moment (mercredi) avec des manifestations dans tout le pays, sur fond de poursuite de la législation à la Knesset. Après des heures d’affrontements à Tel-Aviv, les manifestations devraient se déplacer vers Jérusalem. De nombreux manifestants devraient se rassembler devant le bâtiment de la Knesset et devant la résidence du Premier ministre dans la rue Gaza.

Au cours des dernières heures, de violents affrontements ont eu lieu entre les manifestants et la police, principalement dans les rues Ayalon et Kaplan à Tel-Aviv. La police, qui a utilisé des mesures pour disperser les manifestations, a annoncé avoir arrêté jusqu’à présent 39 manifestants soupçonnés d’avoir participé à des troubles et d’avoir désobéi aux ordres de la police. Selon la police, des manifestants ont brisé des barrières et jeté des objets sur les policiers. 11 manifestants ont été blessés et transportés à l’hôpital.

De la part des organisateurs des manifestations, il a été affirmé que la police avait fait un usage excessif de grenades assourdissantes, de cavaliers et de grenades assourdissantes – et ils ont accusé l’organisation de mettre en œuvre les exigences du ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir. « La police israélienne est en faillite et est devenue aujourd’hui une police politique », ont déclaré les organisateurs. Les responsables de l’échec devraient être licenciés aujourd’hui. Lancer des grenades et piétiner des manifestants avec des chevaux au nom de la démocratie franchit la ligne rouge (NDLR : sauf quand c’est contre des gens de Droite). Nous devons arrêter le coup d’État car si les lois de la dictature sont adoptées, la violence contre les manifestants sera une question de routine, s’il est possible de manifester ».

Les manifestations ont lieu dans le cadre de la « Journée nationale de la perturbation », qui a été annoncée par les dirigeants de la manifestation. Depuis les premières heures du matin, les manifestants ont entamé une série de mesures de protestation et de barrages routiers, dont certains qu’ils ont exécutés « par surprise ».

Le ministre Ben Gvir, qui est arrivé au siège de la police, a déclaré : « Je soutiens les officiers de la police israélienne pour avoir utilisé des mesures pour disperser les anarchistes qui se sont révoltés et ont tenté de bloquer l’axe d’Ayalon (notre photo). Tout au long de la matinée, la police a traité les anarchistes avec beaucoup de patience, mais à partir du moment où ils ont dépassé toutes les limites, franchi les barrières et les ont jetées sur la police, jeté des pierres sur la police et conduit à l’anarchie, la police israélienne doit utiliser tous les moyens à sa disposition pour maintenir l’ordre public et la routine quotidienne de ses citoyens israéliens. La liberté d’expression et la liberté de manifestation oui, l’anarchie – en aucun cas. »

La police a précisé hier soir, avant les manifestations prévues, que « la police israélienne considère le droit de manifester comme une pierre angulaire dans un pays démocratique et permet à tous les citoyens d’exprimer leur protestation dans le respect du cadre de la loi et de l’ordre public ». La police opérera avec une tolérance zéro pour les perturbations, les dommages matériels, les dommages aux symboles du gouvernement et ne permettra pas de bloquer les voies de circulation qui ne sont pas approuvées par la police.

« L’ensemble du public est invité à respecter les dispositions de la loi et à s’abstenir de participer à des troubles de toute nature. Ces jours-ci, il est nécessaire d’informer la hotline 100 de la police israélienne de toute personne et objet suspect ou de tout autre événement inhabituel », a ajouté la police.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire