Est-ce que les Américains se sont joués d’Israël ?

0
177

 

Pour comprendre ce qui s’est passé au Moyen-Orient dans la nuit de samedi, il faut remonter quatre ans en arrière, depuis l’assassinat par les États-Unis du commandant de la force iranienne Qassem Soleimani.

L’Iran a dû riposter symboliquement pour sauver la face et a demandé à le faire. Les États-Unis ont autorisé Téhéran à attaquer sa base aérienne d’Ayn al-Asad en Irak. Quinze missiles ont été tirés sur la base, causant des dégâts mineurs et ne faisant couler aucune goutte de sang, un exploit pour lequel l’Iran pourrait mériter un prix Nobel de la paix.

Le lieutenant-colonel Staci Coleman, commandant du 443e Escadron expéditionnaire aérien, et les membres de son escadron ont témoigné qu’ils avaient été informés d’une attaque imminente de missiles balistiques iraniens près de six heures avant qu’elle ne se produise. Le capitaine Wesley Florez, directeur général du 1er groupe expéditionnaire de sauvetage, a déclaré qu’il avait reçu des informations sur l’attaque en début d’après-midi précédent.

L’ancien président Donald Trump a déclaré à Fox News en février 2024 : « Vous savez, nous les avons frappés [l’Iran] très durement pour quelque chose qu’ils ont fait, et ils ont dû riposter, ils sentent qu’ils doivent le faire et je le comprends. Vous savez, ils m’ont appelé pour me dire ‘On va toucher un certain endroit mais on ne va pas l’atteindre, ça va être en dehors du périmètre’… Ils nous l’ont fait savoir. Et nous avons eu 16 missiles qui ont explosé… Et nous savions qu’ils n’allaient pas toucher. Et maintenant, je le révèle… Alors ils ont pointé ces missiles et ils ont dit : « S’il vous plaît, ne nous attaquez pas, nous n’allons pas vous toucher. C’était du respect, nous avions du respect. »

Mohammad Javad Zarif, alors ministre iranien des Affaires étrangères, a déclaré que le régime iranien avait informé l’Irak de son intention de lancer des missiles sur la base américaine. Cette décision garantissait que l’Irak informerait ensuite les États-Unis, afin que des précautions soient prises pour éviter des pertes de vies humaines.

Revenons maintenant à l’attaque de missiles et de drones iraniens contre Israël le 14 avril. L’Iran voulait restaurer sa dissuasion après l’assassinat à Damas du général iranien Mohammad Reza Zahedi, qui, selon le propre témoignage de l’Iran, était le cerveau de l’attaque du Hamas le 7 octobre. Les États-Unis ont ensuite fait à Israël ce qu’ils s’étaient fait eux-mêmes : ils se sont coordonnés avec les Iraniens pour que les civils ne soient pas frappés. Les médias arabes font déjà état de cette coordination. L’Iran a permis aux États-Unis, à Israël, à la Grande-Bretagne et à la Jordanie de savoir facilement ce qu’il ferait et ne ferait pas, et où il le ferait.

Israël ne faisait pas partie de cette coordination.

L’Iran a ensuite lancé 300 missiles de croisière et balistiques et drones, le seul blessé étant une jeune fille bédouine israélienne de 7 ans, dont la maison a été touchée par des éclats d’obus provenant d’un intercepteur israélien.

Quand le Hamas tire, il y a des blessés. Quand le Hezbollah tire, il y a des blessés. Quand l’Iran tire, il n’y en a pas.

Tout comme ce fut le cas pour Ayn al-Asad il y a quatre ans, la frappe iranienne a causé des dégâts mineurs, en l’occurrence à la base aérienne israélienne de Nevatim, dans le nord du Néguev, mais personne n’y a été blessé non plus.

Cela peut-il s’expliquer en affirmant, par pur orgueil, que les Iraniens sont faibles et stupides ? Seuls les naïfs peuvent croire cela.

Dans les jours qui ont précédé l’attaque, l’Amérique, selon les médias, avait eu des échanges avec l’Iran. Des alertes précoces provenaient d’Amérique depuis une semaine entière, notamment dans des rapports du Wall Street Journal et de Bloomberg. Tout Israël a été plongé dans l’hystérie face à l’attaque iranienne imminente, qui a de toute façon profité au Premier ministre israélien Netanyahou, repoussant d’après l’information sa responsabilité pour le 7 octobre.

L’Amérique a coordonné l’attaque avec l’Iran afin que personne ne soit physiquement blessé ou tué. Ceci a été réalisé grâce aux défenses aériennes hautement qualifiées des États-Unis, d’Israël, de la Grande-Bretagne et de la Jordanie.

Les Américains se sont joués d’Israël et continuent de le faire en empêchant une réaction israélienne. En fait, ils ont commencé à faire pression sur Israël pour qu’il ne réagisse pas avant même que l’attaque n’ait lieu. Le commandant du CENTCOM américain, le général Michael Kurilla, s’est rendu en Israël le 13 avril et a insisté pour une coordination préalable avec les États-Unis de toute action d’Israël.

Aujourd’hui, le président Joe Biden l’a dit lui-même : vous n’avez pas été blessé, ils ont échoué. Ne faites rien. Ne dégénérez pas, car vous nous entraîneriez dans une guerre. Nous vous avons protégé et personne n’a été blessé, la réponse sera diplomatique.

En fait, presque personne n’a été blessé, mais la dissuasion d’Israël a été neutralisée par la coordination de Washington avec l’Iran. La dissuasion d’Israël a été annihilée pour sauver celle de l’Iran.

Lorsque les missiles balistiques qui peuvent atteindre Tel-Aviv depuis l’Iran en 12 minutes ont été retardés, j’ai dit à des amis que c’était probablement pour nous arrêter prendre un rafraîchissement en cours de route et que les Américains allaient nous dire de ne pas réagir.

Al Jazeera, la chaîne qatarie alignée sur l’Iran, a rapporté que des drones repérés au-dessus d’Aqaba, dans le sud de la Jordanie, poursuivaient leur route vers Eilat. Quiconque connaît la région sait que les drones n’importe où à Aqaba pourraient atteindre Eilat en deux minutes, et pourtant il n’y a eu aucun bombardement de drones à Eilat.

Cette coordination avec l’Iran, qui garantissait l’absence de victimes et de blessés, s’est déroulée au-dessus de la tête d’Israël.

L’armée de l’air israélienne, comme celle des États-Unis, du Royaume-Uni et de la Jordanie, a fait un excellent travail. Ils disposaient d’informations complètes sur les missiles entrants. Israël a obtenu les informations des Américains, qui ont obtenu des Iraniens les informations sur le quoi, le où et le moment des frappes aériennes, permettant ainsi un taux d’interception insondable de 99 %.

Mais la dissuasion d’Israël a été perdue, et la restaurer sera un processus douloureux car, comme le menacent les Iraniens, leur prochaine attaque ne sera pas coordonnée à l’avance. La pire chose qu’Israël puisse faire serait de croire que l’attaque de ce week-end ait mis en œuvre les meilleures capacités militaires de l’Iran. Ils peuvent faire bien plus.

Yigal Carmon est le président-fondateur de l’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient (MEMRI) qu’il a créé en 1998. Cet ancien colonel a passé 22 ans dans les services de renseignement israéliens puis il a travaillé en tant que conseiller dans le contre-terrorisme auprès de deux premiers ministres israéliens, Yitzhak Shamir et Yitzhak Rabin.

Source : jns.org – par Yigal Carmon
https://www.jns.org/washington-sold-out-israels-deterrence-to-save-irans/

NDLR : C’est une position. La majeure partie des habitants d’Israël n’est pas arrivé à une telle conception, mais c’est comme cela de nos jours, toujours on trouvera moyen de réduire tout.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire