« Etes-vous Levi ? » Pourquoi un non-juif a fait don de 40 000 dollars à un émissaire ‘Habad…

0
71

Le rav Guershon Avtzan, un émissaire Habad de Cincinnati dans l’État de l’Ohio, a raconté l’histoire étonnante suivante, dans laquelle il a été impliqué vendredi dernier avec un émissaire qui était en difficulté financière.

‘Harédim 10 – Yossef Grinbaum – Photo de : COL

Le rav Guershon Avtzan, émissaire Habad à Cincinnati, Ohio, a raconté l’histoire suivante : « Je dois partager une histoire incroyable avec vous. Ce n’est pas une histoire qui est arrivée à d’autres personnes, c’est une histoire dans laquelle j’ai moi-même été impliqué. Tout d’abord, je dirai que je ne peux pas donner tous les détails et que certaines marques d’identification doivent être modifiées, mais l’histoire est vraie à 100 %.

« Mon anniversaire tombe le 8 Shevat. J’ai appelé mes amis, ma famille. J’ai appelé un certain ami, c’est un messager du Rabbi dans une certaine région. Et je lui ai demandé : ‘Comment ça va ?’ et il m’a répondu : ‘Que D’ te bénisse, mais tu sais, c’est particulièrement dur et D’ doit m’aider’.

« Mais il a ajouté une chose étonnante : d’une manière ou d’une autre, à la fin du mois, il voit toujours des miracles, et qu’il est en mesure de couvrir ses dépenses. Il ne sait tout simplement pas comment et il ne sait pas qui sera le messager qui dirigera le miracle et comment il fonctionnera.

« J’ai eu envie d’essayer de l’aider. D’un autre côté, ma capacité à aider financièrement est très limitée. Deux heures plus tard, alors que je prenais de bonnes décisions pour mon anniversaire, j’ai décidé de prendre sur moi de donner 100 $ par semaine à un groupe de Chelou’him qui me tient à cœur. Et ce chalia’h fut le premier. Cette nuit-là, je suis allé sur son site Internet, je lui ai envoyé 100 dollars et je lui ai dit : ‘Si D’ le veut, toutes les deux semaines, il peut s’acheter du café et des gâteaux grâce à la famille Avtsan de Cincinnati…’

« Deux semaines plus tard, vendredi dernier, je reçois un message texte d’un chalia’h qui se trouve à quelques minutes en voiture de chez moi, et il me dit : ‘Guershon, est-ce un tel ou un tel chalia’h – qui m’a inspiré sa conviction que le Rabbi l’aide toujours à couvrir ses dépenses – cette personne est-elle un Lévi de la tribu de Lévi ?’

« Il était 13h00, veille de Chabbat, parachath Tetsavé de cette année. Et je me demande pourquoi cela lui est-il tellement important de savoir si cet autre chalia’h en difficulté est Levi ? Mais je me suis rendu compte que c’est probablement parce qu’il passe une commande en ligne pour la livraison de plats, et qu’il veut en donner à Cohen, Levi et Israël. Il veut donc savoir si cette personne est Levi.

« Alors je réponds : « Oui, je sais que cette personne est Levi. » Et je continue ma routine quotidienne.

« Environ une heure plus tard, il est 14h00 et je reçois un autre appel de ce messager. Et il dit : ‘Où vas-tu être dans la prochaine demi-heure ?’

« J’ai dit : « Je vais chercher mes enfants à l’école de Cincinnati, la journée d’école se termine à 14h30 vendredi. » Et il dit : « D’accord, je dois te rencontrer… »

« Je le rencontre et dans sa voiture se trouve une petite boîte. Et il me dit : « Je ne sais pas exactement ce qu’il y a dans cette boite ». Mais ce jour-là, lors de ses rencontres avec les gens, il rencontre un non-juif, un homme croyant, et cet homme lui dit que depuis deux ans il vit avec la Bible, qu’il donne la dîme et qu’il donne de l’argent pour les « premiers-nés ». Il a dit qu’il savait qu’avant, on le donnait aux Lévites, mais il sait que de nos jours, il n’y a plus de Lévites. Alors, il demande quoi faire de cette dîme.

« Et le chalia’h de lui répondre : « Comment ça, il n’y a pas de Lévites ? J’ai beaucoup d’amis Lévites. »

« L’homme répondit : ‘Si tu connais quelqu’un qui est Lévi, appelle-le. Et je veux confirmer qu’il est Levi. Et s’il vous plaît, assurez-vous qu’il reçoive cette boîte.’

« ‘Maintenant, le messager que j’ai rencontré me dit : ‘Guershon, tu peux t’en occuper car je suis très occupé.’

« J’ai répondu : ‘Bien sûr…’ J’ai appelé le chalia’h Levi – celui qui m’a inspiré – et je lui ai dit : ‘Écoute, c’est probablement des dollars, des vieilles pièces, ou qui sait ce qu’il y a dans cette boîte. Je le ramènerai à la maison, et quoi qu’il y ait à l’intérieur, je vous le ferai savoir.’

« Je rentre à la maison avec mon fils et nous commençons à ouvrir la boîte – de cette petite boîte sortent des liasses d’argent. Et sur la photo de mon bureau, vous pouvez voir plus de 40 000 $ en espèces.

« J’ai appelé notre Lévi – et il a failli s’évanouir. En fait, cela va couvrir une dette très, très importante d’ici la fin du mois – comme il me l’a dit au téléphone.

« Je lui ai apporté l’argent et j’ai eu le privilège de voir cet énorme câlin du Rabbi. Voir et être impliqué dans un miracle.

« Et je veux que tous ceux qui en entendent parler sachent que si vous travaillez dur, si vous labourez, si vous faites ce qu’il faut, les bonnes choses se produiront. Cela ne vient peut-être pas directement du travail que vous faites. Vous ne voyez peut-être pas le lien, mais « ce monde a un propriétaire ».

NDLR : Probablement le Maitre du monde…

Aucun commentaire

Laisser un commentaire