Incroyable : l’Iran et les États-Unis ont discuté entre eux de la nécessité de changer le gouvernement en Israël

1
934

Les États-Unis et l’Iran ont récemment eu des pourparlers à Oman, et dans un article traitant de la poursuite problématique des pourparlers après la mort d’Ibrahim Raïssi, il est écrit qu’ils ont discuté, entre autres, des moyens de changer le gouvernement en Israël – ainsi que mettre fin à la guerre dans la bande de Gaza !

JDN – Hezki Goldman

Un média appelé « Middle East Eye », publié en Grande-Bretagne et selon certains rapports financés par le Qatar, a publié un article sur le problème de la poursuite des pourparlers entre les États-Unis et l’Iran après la mort d’Ibrahim Raïssi, jusqu’à ce que de nouvelles élections soient organisées dans la République islamique d’Iran.

Au cours de l’article, les principales questions abordées lors des entretiens qui ont eu lieu à Oman, entre un conseiller principal de l’administration Biden et un conseiller principal de Téhéran, ont été révélées, des entretiens qui, selon l’article, progressaient à un bon rythme, mais qui sont maintenant au point mort suite au crash de Raïssi.

Selon le rapport, les négociations ont porté sur la volonté commune des États-Unis et de l’Iran de remplacer le gouvernement israélien, de mettre fin à la guerre dans la bande de Gaza et d’empêcher l’expansion du conflit à d’autres régions, avec pour objectif l’arrêt de l’agression des Houthis qui menacent les routes commerciales mondiales.

Ainsi, au lieu de discussions entre les États-Unis et Israël sur la manière de remplacer le régime meurtrier des ayatollahs en Iran et sur la manière de vaincre le terrorisme, ils ont eu des pourparlers avec l’Iran sur la manière de renverser le gouvernement élu dans l’Israël démocratique.

La personne qui a mené les pourparlers au nom de l’Iran a été nommée ministre des Affaires étrangères par intérim à la place du ministre qui a été tué avec le président Raïssi dans le crash de l’hélicoptère, et les pourparlers ont été interrompus jusqu’après les prochaines élections présidentielles iraniennes.

NDLR : Avec de tels amis, qu’a-t-on encore besoin d’ennemis ?

1 Commentaire

  1. ce qui prouve bien que l’accident du président était un coup monté des services israéliens : le temps était mossad et le pilote s’appelait Eli Koptair

    plus sérieusement, avec de tels amis , on n’a plus besoin d’ennemis
    vivement que le bidet dégage et qu’on change de parti aux usa

Laisser un commentaire