Israël déploie ses missiles intercontinentaux face à l’Iran

0
62

Selon des publications étrangères : l’Iran a très peur des missiles israéliens mais ne l’admettra pas publiquement.

Le programme de missiles israélien a débuté dans les années 1960 en collaboration avec la France. En outre, le pays a coopéré sur cette question avec l’Afrique du Sud et a équipé plusieurs sous-marins de missiles de croisière nommés « Popeye Turbo SLCM ».

Après l’assassinat du général iranien Mohammad Reza Zahadi, commandant de la Force Qods en Syrie et au Liban au début du mois, les Iraniens ont émis une série de menaces contre Israël, et Ali Khamenei, le guide suprême de l’Iran, a tweeté :  » Avec l’aide de D’, nous ferons repentir les sionistes pour leur crime et l’agression contre le consulat iranien à Damas ».

Malgré les capacités iraniennes dans le domaine des roquettes, des missiles et des drones, utilisant des mandataires étrangers tels que le Hezbollah au Liban, les Houthis au Yémen et les milices chiites en Irak et en Syrie, comparées aux capacités d’attaque à longue portée d’Israël, les dégâts qu’Israël peut causer à l’Iran et de ses alliés sont très importants.

Le programme de missiles israélien a débuté dans les années 1960 en collaboration avec la France, lorsque celle-ci a développé, testé et vendu à Israël le missile Jéricho, une version basée sur un missile français, devenu opérationnel dans les années 1970. Ce missile a une portée de 500 km, et couvre toutes les capitales arabes autour d’Israël et il est capable d’emporter des armes nucléaires et chimiques.

À partir du milieu des années 1970, Israël a développé en collaboration avec l’Afrique du Sud le missile Jéricho 2. Ce missile est un nouveau développement d’un missile balistique à deux étages, d’une portée d’environ 1 500 km. Israël a effectué plusieurs tests avec ces missiles en mer Méditerranée, certains ont atteint la Crète et d’autres sont tombés près d’un navire américain, au nord de Benghazi en Libye.

La coopération avec l’Afrique du Sud, selon les Américains, s’est également traduite par un essai nucléaire conjoint mené sur une île au sud de l’Afrique du Sud en 1979.

 

À la fin des années 1970, Israël a commencé à développer le missile Jéricho 3, ce missile est un missile intercontinental à trois étages d’une portée de 15 500 km, avec la capacité d’emporter plusieurs ogives nucléaires et thermonucléaires d’une puissance comprise entre 800 kilotonnes à 12 mégatonnes, soit 650 fois la puissance de la bombe atomique larguée par les États-Unis sur Hiroshima.

Selon des publications étrangères, le missile est devenu opérationnel en 2008. Selon un rapport secret remis au Congrès américain, le missile peut donner à Israël la possibilité de causer des dommages nucléaires à tous les pays du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Europe, d’Asie, presque tous ceux de l’Amérique du Nord et de grandes parties de l’Amérique du Sud et de l’Océanie du Nord.

Israël développe la prochaine génération du Jéricho, le Jéricho 4, un missile à trois étages, dont les capacités incluront la possibilité de transporter des ogives à fragmentation. Selon des publications étrangères, Israël conserve les missiles Jéricho sur une base aérienne située près de Beth Shemesh. En plus des capacités de transport de ses missiles nucléaires, Israël a équipé sa série de sous-marins Dolphin d’un missile de croisière appelé Popeye Turbo SLCM, qui peut atteindre une portée de 1 500 km et transporter une ogive nucléaire.

Selon des sources du renseignement américain, Israël a procédé en 2000 à un essai de ce missile dans l’océan Indien. Le but du missile est de lancer une éventuelle deuxième frappe, au cas où un pays déciderait d’attaquer Israël avec une frappe nucléaire. Selon des publications étrangères, chaque sous-marin Dolphin serait équipé de 4 missiles de croisière Popeye Turbo SLCM. De plus, selon des publications étrangères, Israël développe de nouveaux missiles pour les sous-marins Dolphin qui incluent un système de lancement vertical. Ces missiles qui seront sur le nouveau sous-marin Brother Dragon sont des missiles balistiques qui sont lancés depuis le sous-marin en même temps que les missiles de croisière, si la publication est effectivement exacte.

Il s’agit d’un sérieux pas en avant pour les capacités israéliennes dans le domaine des missiles et il semble qu’il s’agisse d’un nouveau missile à très longue portée, peut-être une version réduite du missile Jéricho 3 destiné au lancement de sous-marins. Selon les rapports, le sous-marin Dragon a la capacité de lancer 4 à 6 missiles de ce type.

 

Cependant, les missiles ne sont pas la seule capacité d’attaque à longue portée dont dispose Israël. Israël dispose d’une capacité d’attaque à longue portée depuis des avions dès le début des années 1970, lorsque les avions Phantom sont arrivés en Israël, selon des documents approuvés pour publication par Tsahal.

Tsahal a s’est doté de capacités d’attaque en Libye et au Yémen en faisant un double ravitaillement entre les avions Phantom. Les avions de combat aux mains d’Israël, les F15, F16 et F35, ont une autonomie sans ravitaillement leur permettant d’atteindre une cible à 1 500 à 2 000 km pour l’aller-retour. Israël dispose d’avions ravitailleurs de type Boeing 707, qui permettent d’étendre la portée d’attaque des avions et de couvrir dans toute la zone Iran. Israël a acheté de nouveaux avions ravitailleurs Boeing KC-46, qui devraient entrer en service en 2025, en remplacement des anciens Boeing 707, ils amélioreront considérablement les capacités de bombardement à longue portée d’Israël.

 

Israël dispose de bombes à longue portée pénétrant dans les bunkers et pouvant toucher certaines installations nucléaires iraniennes. Cependant, la capacité d’attaque d’Israël ne se limite pas aux installations nucléaires. Israël peut endommager les institutions et les symboles du gouvernement de Téhéran, endommager le terminal pétrolier de l’île de Kharg et paralyser la capacité d’exportation de pétrole de l’Iran, ou le port de Bandar Abbas, provoquer l’effondrement de l’économie iranienne et perturber la capacité de vivre en Iran.

Israël dispose de capacités de défense antimissile et d’une série complète de missiles antimissiles, dont l’Iron Dome, le David’s Slingshot, Arrow 2 et Arrow 3, qui lui permettent de neutraliser une grande partie de ses capacités d’attaque par missiles, drones et roquettes, de l’Iran, du Hezbollah et du Yémen, comme cela a été prouvé six fois le mois dernier.

Même si tous les missiles ne seront pas arrêtés par les systèmes susmentionnés, leurs dégâts seront inférieurs à toutes les menaces que nous entendons chaque jour dans les médias, et les dommages qu’Israël causera à ces pays et qui sont des dizaines de fois supérieures à leur capacité à nuire à Israël.

Israël a la capacité de toucher n’importe quelle cible en Syrie, en Irak, au Liban ou au Yémen, grâce à des milliers de sorties des avions de combat porteurs de bombes. Cette capacité pourrait causer des dommages sans précédent à ces pays, notamment aux terminaux de carburant, aux ponts, aux infrastructures vitales et aux symboles du gouvernement tels que le palais présidentiel de Damas. Il est important que ceux qui menacent Israël reconnaissent et comprennent les capacités d’attaque et de défense d’Israël contre les missiles afin qu’ils comprennent à quoi ils font face et les conséquences de leurs actes.

JFORUM.FR

Aucun commentaire

Laisser un commentaire