J’accuse : le célèbre philosophe ne pardonne pas la trahison du monde occidental

0
602

Le philosophe et écrivain français Bernard-Henri Lévy a atterri en Israël quelques jours après l’attentat du 7 octobre, lorsqu’il a réalisé que « quelque chose d’énorme se passait » • Depuis, il mène une bataille intellectuelle d’endiguement contre l’antisémitisme croissant dans son pays, de la part de ceux qui « ne comprennent pas qu’Israël est en danger existentiel » • Dans son nouveau livre, « La solitude d’Israël », il confronte les hommes politiques, les professeurs et les manifestants en France et aux Etats-Unis pour leur erreur historique, qui leur a coûté cher : « C’est un phénomène que nous connaissons depuis Spinoza et Freud : l’ignorance volontaire ».

Eitan Orkivi – Israël haYom – Photo : Alexis Duclot

« Je déteste les guerres », me dit cette semaine le philosophe français Bernard-Henri Lévy, « mais j’en ai vu certaines de près, et depuis 50 ans je viens sur le front pour témoigner, écrire et utiliser mon arme – la plume – lorsque j’ai l’occasion de soutenir des causes justes ».

« Ce qui se passe actuellement n’est pas du tout différent. C’est une guerre qu’Israël ne souhaitait pas même une seule minute – et il doit gagner. Cela a à voir avec la survie d’Israël, mais cela a aussi à voir avec la justice, la liberté et droits humains. »

« J’ai sauté dans le premier avion pour Israël », a-t-il déclaré à ses lecteurs européens le 23 octobre, quelques jours seulement après le 7 octobre, et a décrit avec des détails effrayants ses impressions depuis Sderot, Beer Sheva, Kfar Gaza et la région de Gaza, bien avant l’entrée terrestre dans la bande de Gaza. Mais contrairement à d’autres leaders d’opinion dans le monde, sa solidarité avec Israël ne s’est pas effacée au fil des semaines. Au contraire, dans les pages de la presse et dans les interviews, il lance un appel clair et cohérent : Israël ne doit jamais être laissé seul dans la guerre contre le Hamas.

C’est aussi, entre autres choses, ce qui l’a poussé à écrire et publier très récemment, à une époque où l’air en Europe et en Amérique du Nord est saturé de haine d’Israël et d’antisémitisme, son livre « La solitude d’Israël ». Le livre est déjà dans les rayons des magasins en France depuis quelques semaines et devrait bientôt être également publié aux États-Unis.

Levy n’a jamais été attaché au ton intellectuel de son époque. À la fois en tant que philosophe qui a défié l’orthodoxie néo-marxiste et le nouvel esprit de gauche de ses contemporains, et lorsqu’il a fondé le groupe des « Nouveaux Philosophes » à la fin des années 1960. Il en va de même pour son approche multidisciplinaire tout au long de sa riche carrière, qui comprenait un travail journalistique à long terme, des écrits littéraires et un travail cinématographique, culminant avec une série de documentaires sur les zones de combat en Ukraine. Le dernier d’entre eux, « L’Ukraine au cœur », a récemment été projeté en France et aux Etats-Unis.

La similitude entre les deux pays, l’Ukraine et Israël, et entre les deux guerres, notamment en ce qui concerne l’attitude du monde occidental à l’égard des deux, reviendra sans cesse lors d’une conversation avec lui, juste avant son arrivée en Israël pour présenter son livre lors d’un événement organisé en son honneur au Collège académique de Netanya.

Israël célébrera son 76ème Jour de l’Indépendance la semaine prochaine, et le titre de votre nouveau livre n’est pas exactement le plus joyeux cadeau d’anniversaire. Israël est-il vraiment seul ?

« Oui, elle est complètement seule, plus que jamais. Le monde ne la comprend pas non plus et elle est méprisée par tout le monde. Il y a une ignorance totale à son sujet, sur l’histoire de l’État et sur la place de l’État d’Israël dans Histoire juive.

« C’est pourquoi j’ai écrit ce livre. Il répond à des questions simples. Il remonte à la fondation de l’État d’Israël et pose les questions les plus simples, sur lesquelles on ignore le plus : pourquoi Israël existe-t-il ? Dans quel sens est-il un État colonial ?  » Comment un peuple qui vit dans un endroit depuis 3 000 ans est-il un peuple conquérant et ainsi de suite ?

Nous parlons d’un monde qui remet en question la chose la plus fondamentale : le droit d’Israël à exister en tant qu’État juif.

« Oui, exactement. C’est de cela qu’ils parlent lorsqu’ils chantent dans les rues de Paris ou de New York : « De la mer au fleuve, la Palestine sera libérée ».

Alors, qui a laissé Israël tranquille ? Par qui a-t-elle été abandonnée ?

« Dans les mains de ses alliés, qui se sont rendus à leur opinion publique. Ils sont toujours les alliés d’Israël, mais aujourd’hui ils sont plus prudents dans tout ce qui la concerne. »

La préoccupation de Levy concernant « la solitude d’Israël » est particulièrement pertinente cette semaine, alors qu’il semble que le monde négocie avec le Hamas, reconnaît certaines de ses exigences et ne s’engage pas à son élimination. « Je déteste être ici, mais le titre de mon livre est toujours valable », dit-il avec regret. « Malgré la vague de solidarité avec Israël après l’attaque iranienne dans la nuit du 13 avril, la solitude revient encore plus forte.

« Les alliés d’Israël disent : les Juifs ont le droit d’être forts, mais pas trop forts. De se défendre – mais jusqu’à une certaine limite. Quel pays permettrait que ses citoyens soient attaqués de la sorte ? Aucun pays ! Et pourtant, ils exigent que le L’État d’Israël se retient. Il n’y a pas de limite à la moralité du double.

« Le problème est qu’il s’agit d’un ennemi anormal et irrationnel, et nous, en Occident, continuons d’essayer de le traiter comme tel. J’ai dit que la Russie est un État terroriste et qu’elle doit être traitée en conséquence – et cela vaut également pour le Hamas, surtout lorsque la Russie est derrière l’organisation terroriste. L’Iran, bien sûr, est aussi derrière lui, et d’une certaine manière la Turquie aussi, sans parler du Qatar, qui continue d’héberger les dirigeants du Hamas et qui a l’audace, par-dessus tout, de jouer un rôle de médiateur. « 

Cela signifie-t-il qu’Israël doit « terminer le travail » à Rafah et vaincre le Hamas malgré la réaction internationale ?

« Oui. Je l’ai dit depuis le début. La seule manière de clore l’histoire à Gaza est par Rafah. Le Hamas doit être démantelé pour le bien de l’avenir d’Israël, mais aussi pour celui des Palestiniens. Israël et les Palestiniens doivent être libérés du Hamas. Le monde a besoin d’un espace libre du Hamas – de la mer au fleuve ».

Mais la communauté internationale fait pression sur Israël pour qu’il mette fin à la guerre et conclue un cessez-le-feu.

« Les dirigeants occidentaux, dirigés par le président Biden, devraient investir tous leurs efforts pour faire pression sur le Hamas jusqu’à ce qu’il capitule. Comme je l’ai écrit dans le ‘Wall Street Journal’ : assez de ces négociations et compromis sans fin avec les Qataris. Une pression maximale doit être appliquée au Hamas. Une victoire militaire est nécessaire pour le Hamas, il n’y a pas d’autre moyen pour Israël et la région entière d’avancer, sinon le Hamas sortira victorieux de cette guerre et pourra se vanter d’avoir gagné. « 

Autrement dit, allez jusqu’au bout.

« Oui. Absolument. Israël doit aller jusqu’au bout dans cette guerre. Pour sa propre sécurité, pour les Palestiniens, pour la région entière et pour le monde. Tout comme l’Ukraine, Israël se bat pour les valeurs de démocratie et de liberté. Comme les Kurdes qui ont combattu contre l’EI pour protéger leur territoire, mais aussi pour prévenir le prochain 11 septembre et le prochain Bataclan (le théâtre parisien où un attentat a été mené en novembre 2015 ; AA). Israël est dans la même situation et combat sur le même type de front.

« Une victoire pour Israël est une victoire pour les défenseurs de l’Ukraine dans les tranchées de Bakhmut, à l’est du pays, et pour les enfants cachés dans les abris de Kharkiv.

« C’est la victoire des Ouïghours, des courageux Kurdes qui nous protègent encore de l’EI, des chrétiens nigérians qui n’ont que des pierres contre les assassins de Boko Haram et des Peuls, et de tous les gens qui ne veulent pas la guerre, mais il faut lutter pour être libre. Une victoire du Hamas est une victoire pour la république islamique, de Russie, de Chine, de l’islam extrême. Permettre une telle chose – c’est-à-dire pousser Israël à arrêter la guerre – ne sera pas seulement une victoire et une défaite pour Israël, mais pour nous tous. Et cela est inacceptable. »

Alors comment expliquez-vous la pression internationale ?

« Les élections en Amérique. Il s’agit de petite politique. C’est triste, mais c’est la vérité. J’ai été surpris par le comportement du président Biden. D’un côté, l’aide militaire et économique continue d’arriver. De l’autre, on a l’impression d’entendre les protestations et les bruits qui s’élèvent dans sa base. Un article de Franklin Feuer a été récemment publié dans The Atlantic : « L’âge d’or des Juifs en Amérique est terminé. » Je pense que c’est tragiquement vrai. « 

N’est-il pas temps pour eux – et pour vous – d’immigrer en Israël ?

« Peut-être, mais pour l’instant ce n’est pas mon choix et ce n’est pas le rôle que je me suis donné. Mon rôle est de combattre ici, en France. D’expliquer aux Français que s’il y a une vraie et grande république, dans le bon sens du terme, en France, cette république, c’est Israël, une république libérale, multiculturelle, avec un Etat de droit ».

Qu’essayez-vous réellement de leur expliquer, ainsi qu’au monde ?

« Historiquement, le monde a oublié la nécessité de l’Etat d’Israël. Il a oublié que si finalement les Etats ont donné aux Juifs ce petit morceau de terre connu sous le nom d’Israël, c’était dans le but d’ériger un mur, de construire une forteresse pour Israël. Des rivières de sang juif versé par la haine, les pogroms et l’Holocauste depuis des milliers d’années. Aujourd’hui, apparemment, personne ne comprend qu’Israël mène une guerre existentielle.

Ce que, contrairement à beaucoup d’autres, vous avez tenu à voir de vos propres yeux dès le premier instant.

« C’est vrai. Je suis venu en Israël par instinct. Samedi matin, à 9h00, j’ai vu les premiers flashs sur mon téléphone. J’ai réalisé que quelque chose d’énorme se passait. Pas un événement ordinaire – mais l’événement, dans les nouvelles de HA. J’ai décidé de prendre le premier avion et de me rendre à Sderot, puis aux kibboutzim.

« C’était un réflexe, un instinct. Les choses que j’ai vues sont dans le livre que j’ai écrit. J’étais avec Zaka. Les corps retrouvés à Kfar Gaza ont déjà été enterrés. Il ne restait que les corps laissés par des tueurs du Hamas, et des morceaux de corps, des morceaux de peau qu’ils ne pouvaient pas identifier, qui n’avaient pas encore pourri. Je n’oublierai jamais ces images, ces odeurs. »

Quelles réponses obtenez-vous ?

« Il me semble que le livre a choqué certaines personnes. Peut-être qu’il ne les a pas convaincus, mais il les a choqués. Des gens dont l’opinion n’est pas figée, qui ont été manipulés, mais qui ont quand même entendu mes arguments. La bataille n’est pas encore perdue, loin s’en faut à partir de cela. »

Se pourrait-il que les choses n’influencent tout simplement pas le monde de manière fiable ?

« Je ne pense pas qu’il y ait un problème avec les informations que les gens reçoivent. Les données sont à leur disposition. Le problème est que les gens ne veulent pas vraiment entendre. Il y a trop de préjugés, trop de clichés. Une couche épaisse. De fausses connaissances se sont accumulées, ce qui empêche les gens de connaître les faits et de savoir ce qui s’est réellement passé. C’est un phénomène que nous connaissons depuis Spinoza et Freud : l’ignorance volontaire est ce qui gouverne désormais les gens.

Vous utilisez le livre dans une phrase décisive : « déni du 7 octobre ». Comme pour la négation de l’Holocauste, seulement ici vous soulignez la simultanéité. C’est-à-dire un déni en temps réel.

« C’est exactement cela. Il y a eu un premier événement, le 7 octobre, et immédiatement après un deuxième événement, l’effacement du 7 octobre. Je pense que je n’ai jamais vu une telle chose se produire en même temps. »

Vous avez récemment qualifié l’ONU d’organisme annuel « en état de mort cérébrale ».

« L’ONU se trouve dans la même situation que la Société des Nations en 1938, mais en pire. J’ai combiné dans le livre les déclarations, l’absence de déclarations, l’hypocrisie, la frivolité et les mensonges des agences de l’ONU dès le premier jour de la guerre. C’est terrible. L’ONU est morte. Il bougea encore un peu, mais il est moribond. Le moment approche où il faudra inventer autre chose. »

Vous parlez de la décision de l’assemblée de mars.

« Oui, nous entrons dans une zone dangereuse. Nous voyons comment un empire comme l’Amérique danse deux pas en avant et un pas en arrière. Historiquement, Washington n’a pas toujours soutenu Israël sans réserve, et nous ne devons pas tenir son soutien pour acquis. Nous l’avons vu dans son dernier refrain. »

Elle rejoint la Cour internationale de Justice.

« C’est absurde. Un scandale. Une situation complètement déformée. L’Histoire jugera tous ceux qui ont déformé la vérité. »

« Je l’ai dit dès le début : la seule façon de clore l’histoire à Gaza est de passer par Rafah. Une victoire militaire sur le Hamas est nécessaire. Il n’y a pas d’autre moyen pour Israël et la région tout entière d’avancer. Sinon, le Hamas émergera vainqueur de la guerre et pourra se vanter d’avoir gagné. »

Je pense qu’une partie de ce que vous dites est également vraie en ce qui concerne l’espace intellectuel, et notamment en ce qui concerne les universités de recherche. Comment l’établissement universitaire en est-il arrivé à cet état ?

« C’est quelque chose qui bouillonne depuis longtemps. Je me souviens d’une conférence à l’université de San Francisco il y a dix ans, et d’une autre à l’organisation Hillel à New York il y a 15 ans. Tout ce que nous voyons aujourd’hui a commencé à être construit. Ensuite, ce que les étudiants ne comprennent plus, c’est que même si Israël a deux ministres d’extrême droite, même si Netanyahou est intéressé à réformer la Haute Cour, Israël incarne toujours à lui seul les valeurs libérales pour lesquelles ils se battent. Je le répète : toutes les valeurs libérales et progressistes. »

Mais cela va bien au-delà de l’anti-israélisme ou de l’antisionisme. C’est de l’antisémitisme, et c’est un profond sentiment d’insécurité que ressentent les Juifs dans des institutions prestigieuses, dans des tours intellectuelles, une grande partie de leur héritage et de leurs réalisations étant enregistrée au nom des Juifs. Qu’est-ce que cela signifie pour le monde de l’éducation ?

« C’est un peu la question qu’ils se posaient lors de l’effondrement de la République de Weimar. C’était le lieu qui représentait le summum de l’esprit, le lieu où vivait Goethe et où Hegel enseignait. Il avait tous les symboles des Lumières, de la liberté de recherche et de la pensée. C’est le lieu où la science, la connaissance et la recherche juives ont contribué à son excellence. Mais ce lieu est donc devenu un désert de pensée, dirigé par les études les plus illusoires du langage. Comment est-ce possible ? C’est la question que l’on se pose aujourd’hui quand on voit ces universités.

Cela soulève une question sombre : les intellectuels ont-ils trahi ? Où est l’Emile Zola de notre génération ?

« Je crois que ces intellectuels existent, mais ils sont plus jeunes. Heureusement, ils sont là, ils existent. J’ai vu les réactions à mon livre. Mes lecteurs sont jeunes, ce qui est merveilleux et encourageant. »

Pourtant, ils semblent marginalisés. Dans la réalité actuelle, Jonathan Glazer et Judith Butler peuvent s’exprimer librement contre Israël, et les partisans d’Israël ont peur de faire entendre leur voix.

« Il faut voir la situation des deux côtés. Glaser s’est embarrassé parmi tout un groupe d’artistes à Hollywood. Butler a donné une conférence à la Sorbonne, mais on lui a ensuite interdit de donner les conférences de suivi. J’essaie de dire qu’il y a ici une guerre idéologique, une guerre sauvage et obstinée. Les Juifs et leurs amis sont certes désavantagés, mais ils n’ont pas encore perdu.

« C’est un déni en temps réel. Il y a eu un premier événement, le 7 octobre, et immédiatement après, un deuxième événement, l’effacement du 7 octobre. Les gens ne veulent pas vraiment entendre parler. Une épaisse couche de fausses connaissances s’est accumulée qui empêche les gens de connaître les faits, de savoir ce qui s’est réellement passé »

Il semble qu’il soit de plus en plus difficile de tracer une frontière entre l’opposition à Israël ou au sionisme et l’antisémitisme.

« Ce n’est pas seulement difficile, c’est déjà impossible. C’est la même chose. C’est-à-dire utiliser un nouveau mot pour dire la même chose. En France, le parti d’extrême gauche de Jean-Luc Mélenchon est à l’avant-garde du phénomène. C’est terrible, c’est même décourageant, mais c’est la vérité. L’antisémitisme est devenu un courant à part entière dans la vie politique en Occident.

Les étudiants manifestent non seulement aux États-Unis, mais aussi en France, même dans des établissements comme l’Institut supérieur d’études politiques (Sciences Po) de Paris, où la police a également fait irruption pour évacuer les étudiants qui s’y étaient barricadés. la communauté en France accepte-t-elle cela ?

« Il ne fait aucun doute que le milieu académique est inquiet, mais pas seulement : la France entière assiste à la défaite de cet esprit. Il ne s’agit pas d’un esprit subversif qui s’est infiltré dans les ateliers français qui produisent l’élite, car finalement cet esprit subversif fait partie de l’ordre des choses qui existe en France, de la tradition française. Le problème dans ce cas c’est une subversion stupide, pitoyable, qui séduit le peuple.

« En 1968, lors des manifestations étudiantes, nous nous sommes révoltés à cause de la guerre du Vietnam, mais au moins nous étions des humanistes. Notre véritable ambition était la libération de la race humaine et l’antisémitisme, comme le terrorisme, était interdit. Le principal groupe maoïste dans ces années-là, la gauche prolétarienne s’est effondrée après le massacre des athlètes israéliens à Munich, je veux dire, dès que le terrorisme est apparu, ce que nous voyons aujourd’hui est une plaisanterie, et Judith Butler, comparée à Michel Foucault, est une plaisanterie. « 

Quelles forces façonnent l’opinion publique française à l’égard d’Israël ?

« Il y en a deux : à gauche, comme je l’ai dit, c’est l’extrémisme de Mélenchon, la répétition de cette vieille tradition antisémite socialiste qui a déjà commencé avec l’affaire Dreyfus. Mais il y a aussi une deuxième tradition, à droite, cela commence avec l’archevêque Marcion au deuxième siècle de l’ère actuelle.

« C’était un archevêque controversé, dont la principale conviction était que le nouveau christianisme devait déraciner toutes les racines qui le liaient encore au judaïsme. Selon lui, la grande différence entre le judaïsme et le christianisme est liée à la nature et à l’image de D’ dans chacun des deux. les religions : le D’ d’amour chez les chrétiens, le D’ de vengeance dans le judaïsme.

« Cette division est idiote. Marcion n’a pas tenu compte du fait que le commandement de D’, le D’ de la vengeance, c’est ce qui est établi avec Marcion. Cette perception continue d’exister à travers les générations, malgré l’ostracisme de Marcion – et réapparaît lorsqu’on nous répète sans cesse et de toutes sortes de manières qu’Israël adopte une approche vindicative envers le Hamas.

« J’étais en Israël le 7 octobre, je l’ai visité à nouveau depuis, et je n’ai jamais entendu dire qu’on parle vraiment de vengeance. Justice – oui. Libérer les kidnappés – oui. Détruire les capacités politiques et militaires du Hamas – certainement. Mais pas de vengeance. »

Vous soulignez une tradition antisémite inhérente. Qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir des Juifs en France et dans le monde ?

« L’avenir des Juifs n’est garanti nulle part. Ni en Europe, comme nous le voyons en ce moment même, ni aux États-Unis, où nous découvrons l’antisémitisme que je soupçonnais depuis longtemps, et qui a maintenant a explosé au visage des Juifs américains. Mais même en Israël, l’avenir des Juifs n’est pas garanti, comme l’a prouvé le 7 octobre. C’est notre situation existentielle aujourd’hui. »

Le président Macron a récemment condamné certaines manifestations étudiantes et a mis en garde du même coup contre la « mort de l’Europe ».

« Macron s’est comporté en bon président de république concernant le soutien des étudiants au terrorisme. Il a déclaré : ici, en France, il n’y a pas de place pour justifier des massacres. Mais dans tout ce qui concerne l’Europe, c’est plus compliqué. C’est un problème, une vieille idée que nous avons en Europe, selon laquelle nous considérons l’Europe comme une belle et bonne idée dans notre sens. L’historique, qui se crée tout seul et qu’il n’est pas nécessaire de manipuler, car il se développe aussi tout seul et naturellement Macron a dit : non, l’Europe est une créature artificielle qui n’est pas considérée comme acquise et qui peut définitivement s’effondrer.

« En 1968, lors des manifestations étudiantes, nous nous révoltions à cause de la guerre du Vietnam, mais nous étions humanistes. L’antisémitisme était interdit. Ce qui existe aujourd’hui est une caricature de ce qui était alors. Judith Butler, comparée à Michel Foucault, est tout simplement stupide. « .

Cela rejoint son autre déclaration, selon laquelle la possibilité que la France envoie des troupes en Ukraine ne devrait pas être exclue.

« Même dans ce cas, il avait raison. J’ai tourné trois films en Ukraine, dans la zone de combat, et je fais partie de ceux qui pensent que la défense de l’Europe se passe là-bas. La première ligne de défense européenne se trouve sur le front ukrainien », a-t-il ajouté, ce qui signifie que tous les grands pays européens doivent être prêts à tout.

« C’est pourquoi je crois aussi qu’Israël doit être protégé. Bien sûr, à cause de tout ce qui touche aux valeurs occidentales, mais il y a un autre intérêt ici : notre défense nationale, comme disent les Américains, est à l’ordre du jour. Il n’y aura pas de sécurité nationale pour la France et il n’y aura rien pour arrêter le terrorisme si nous ne le faisons pas. Nous arrêterons le Hamas à Gaza. »

Difficile de ne pas voir une certaine similitude entre l’isolement géopolitique d’Israël et celui de la France.

« Je l’ai souvent dit et je l’ai montré dans mes films. J’ai interviewé des soldats de Tsahal qui étaient allés combattre aux côtés de l’armée de Zelensky dès le début de l’invasion de l’Ukraine. Vous avez raison, c’est la même guerre, le même problème dans les deux cas, le même combat pour la liberté et contre la tyrannie. »

Revenons au livre. Pourquoi maintenant?

« J’étais censé écrire ce livre il y a longtemps. Existe-t-il un écrivain juif en Europe ou aux États-Unis qui n’était pas destiné à écrire un tel livre ? C’était mon cas. La tragédie du 7 octobre n’a fait qu’accélérer les choses. »

Un ami m’a dit que c’était « J’accuse » de Bernard-Henri Lévy.

« C’est un grand compliment pour mon livre. J’aime beaucoup Emile Zola. Son « J’accuse » est un texte historique, et plus encore, c’est l’acte de naissance des intellectuels en France. »

Il était précis. Qui blâmez-vous – et quoi ?

« Mélenchon, le ‘Squad’ – l’aile la plus à gauche du parti démocrate aux USA – et tous les mauvais conférenciers qui donnent la mauvaise leçon au monde. Autant de personnes pour qui le 7 octobre n’a pas suscité de compassion pour les victimes, mais au contraire une vague de joie et de haine.

« Israël est la première ligne de défense contre l’islam radical, donc je crois qu’il doit être protégé. Bien sûr à cause de tout ce qui touche aux valeurs occidentales, mais il y a un autre intérêt ici : notre défense nationale, comme disent les Américains, est sur le terrain. ordre du jour »

Dans le livre, vous critiquez également les dirigeants israéliens et certains de leurs ministres.

« C’est le dernier chapitre de mon livre, qui s’intitule ‘Si je t’oublie, l’âme juive’.

Je ressens toujours le besoin de demander à nouveau : sommes-nous vraiment seuls ?

« Oui, et je pense que cette solitude va augmenter. Il faut s’y habituer – et y résister. »

De quelle manière ?

« En changeant les mentalités, par l’éducation, en protégeant Israël et en ne cédant pas aux menaces. Nous devons rappeler au monde, et aussi aux Israéliens, qu’Israël n’est pas seulement une région de la terre, c’est aussi une région de l’esprit humain. Ce n’est pas seulement une terre géographique – c’est aussi une catégorie ontologique et existentielle. Si Israël disparaît, tous ces pays disparaîtront avec lui. »

Dans votre espace, le champ intellectuel, ne vous sentez-vous pas aussi un peu seul au sein de la Haganah Israël ?

« Oui, parfois. Et pour être honnête, ça fait un peu peur. »

Traduction : Hod Yehuda Halevi Berdugo

Aucun commentaire

Laisser un commentaire