La vérité sur le débat actuel en Israël

0
125

Professeur Aryeh Eldad, médecin senior et journaliste de droite, fils de l’un des hauts dirigeants de l’organisation clandestine de droite le Lé’hi, publie un article dans lequel il révèle l’essence de toutes les manifestations « spontanées » planifiées et parrainées par des organismes locaux et internationaux dont le but est de provoquer la chute du gouvernement élu et l’accès au pouvoir d’un groupe anti-démocrate de gauche, qui ne reflète pas la volonté du public.

Paru dans le Yated Nééman, par les bons soins de rav Yits’hak Roth

« A quelques jours après la mise en place du gouvernement actuel, le ministre de la Justice Yariv Lévin a annoncé les principes de sa réforme juridique, puis la protestation contre elle a éclaté. Les leaders de la contestation et ses partisans mémorisent pour nous, comme un mantra, que la protestation est ‘spontanée’, ‘populaire’, ‘représente la majorité’, ‘n’est pas une protestation politique’, mais ces derniers jours ces mantras se fissurent et leurs coquilles se décollent. Cela a commencé par un laisser-aller dans le domaine de la discipline. De plus en plus de drapeaux et slogans de l’OLP contre l’occupation ont menacé de démanteler l’afiliation « ni gauche ni droite ». Les organisateurs voulaient en fait se distancier des Arabes, mais Ayman Odeh appelle déjà les Arabes d’Israël à venir à Tel-Aviv samedi soir. Étranges partenaires pour les frères d’armes.

« Après la menace de désobéissance massive (un coup d’État militaire de facto), Binyamin Netanyahou a arrêté la législation pour autoriser les pourparlers dans la maison du président du pays et de nombreux manifestants sont restés chez eux, car on a arrêté, et maintenant on en est aux pourparlers. Et parmi les organisateurs (oui, il y a des organisateurs de manifestations de la spontanéité) il y a eu un besoin urgent de générer de nouveaux mots de passe, un drapeau commun, et on a trouvé les orthodoxes et le budget. Les rédacteurs ont conçu des annonces et ont parlé d’arnaques du trésor public. « Biza » (vol) a remplacé « Boucha » (honte). Et les milliers de gens sont revenus et on manifesté. Mais les dirigeants du mouvement, qui se sont d’abord assurés de garder le silence et se sont suffit de faire bouger les manifestants et de financer l’immense projet – ne pouvaient tout simplement plus garder le silence. A la suite de ce changement, nous avons appris de nouvelles choses sur la manifestation spontanée contre le ‘coup d’Etat au pouvoir' ».

L’un des premiers à parler était Gilad Sher, qui a dit à Amir Oren : « Nous avons compris que rien ne sortirait pour le bien de l’Etat d’Israël de la part du gouvernement émergent, même s’il n’était pas encore établi. »

« Ce personnage cite divers camarades du même regroupement qui se sont joints à lui, tous évidemment faisant partie de l’extrême-Gauche, et un certain Yehouda Hadar a été désigné comme étant l’homme de l’administration et de la logistique. Le gérant de l’affaire a été également désigné, un certain Eran Schwartz, et il a fallu lever quelques millions « pour organiser une sorte de résistance à ce gouvernement des ténèbres ».

Professeur Aryeh Eldad continue : « Combien de secrets ont été dévoilés ici : les dirigeants de la protestation sont donc tous des gauchistes ! Un mécanisme organisationnel a été mis en place et des fonds ont été collectés, et le timing a été révélé : non point l’annonce de Levin sur la réforme les a poussés à s’organiser, ce n’était qu’une piètre excuse pour la mobilisation de masse. Par derrière les syndicats de protestation se dresse un groupe de riches gauchistes qui ont décidé d’annuler les résultats des élections. »

Eldad cite les explications du général de division à la retraite Amos Malka qui a aussi été interviewé. Il a été interrogé sur la fatigue des manifestants, et il a répondu que tout ce qu’ils font dépend de ce qui se passe au plan du gouvernement : si la réforme est mise de côté, les manifestations sont calmes. Si elle reprend, alors les manifestations « spontanées » reprennent à un haut niveau.

« Voilà à quoi ressemble une ‘manifestation spontanée’, qu’un célèbre général prépare, gérant ses mouvements, utilisant sa force, elle comprend sa puissance, elle garde des réserves, et se prépare à un coup. Combien de ces manifestants comprennent en fait que leur spontanéité est le résultat de la froide implantation de gauchistes très riches ? Et que leurs mots de passe « spontanés » ont été créés par des stratèges expérimentés pour attirer les foules, mais cela n’est pas qu’il faut en fait beaucoup de monde pour lutter contre les élections, mais juste pour pour paralyser le pays.

« Le coup d’État détruit l’économie », nous a-t-on expliqué, et aussitôt on a fait venir des experts : le shekel s’affaiblit, les recettes de l’État rétrécissent, les investisseurs de l’étranger s’enfuient, et le marché boursier est au rouge. Ceux qui sont pour la réforme ont tenté de prétendre que de nombreux magnats et experts économiques opposés à la réforme ont eux commencé à former la boule de neige des difficultés économiques avec une intention délibérée. Ils ont annoncé le transfert de fonds à l’étranger et parlé d’arrêt des investissements avant même que la discussion de la première loi ne commence, et le président de la Banque d’Israël a annoncé que l’économie est en danger et a ainsi contribué à la remise en question de la sécurité des investisseurs et a engendré des dommages à l’économie.

« Des centaines d’économistes, dont de hauts responsables des finances, accusent la réforme – et même moi, j’ai failli être convaincu. Mais cette semaine j’ai lu un article
apparemment écrit au nom d’un Juif très important, probablement une personne géniale. Ehud Shapira, professeur au Département d’informatique et de chimie-biologie à l’Institut Weizmann, et qui est considéré comme l’un des inventeurs de l’ordinateur biologique, et c’est ainsi qu’il écrit : « Comment allons-nous aider le budget de l’État à s’effondrer ? Premièrement – il n’a pas besoin de s’effondrer totalement ». L’auteur suggère de ne pas détruire l’économie complètement, afin que nous puissions continuer à payer les dettes, les fournisseurs et les salaires, il se fixe donc un objectif jugé suffisant avec une diminution de 15 % des revenus de l’Etat.

« Puis il suggère comment arriver à cela : A. faire diminuer les revenus du trésor en provenance des impôts sur le revenu – ne payez qu’en espèces c’est-à-dire travaillez au noir, sans factures. A l’épicerie, au garage, chez le psychologue, l’esthéticienne. Et il propose : des vacances et du shopping – uniquement à l’extérieur d’Israël ! Beaucoup plus amusant et moins cher. De cette façon, vous ne payez pas de TVA au trésor, et moins d’impôt sur le revenu (à l’État) des commerçants et des hôteliers. Chaque avion qui part de Tel Aviv a au moins 200 passagers, donc il dépensera au moins 2.000 euros à l’étranger, c’est-à-dire – chaque avion qui part à l’étranger réduit les soldes en devises du Trésor d’un million de dollars.

« Il n’y a aucun débat sur le fait que Shapira est génial. Mais ce génie aurait pu apparemment comprendre qu’il n’est pas nécessaire d’aider l’Etat à nuire à l’économie – après tout la plupart des économistes disent qu’il le fait elle-même, mais peut-être que cet écrivain redoute-t-il que, sans faire rouler davantage la boule de neige de la destruction de l’économie, à D’ ne plaise, l’économie risque de se stabiliser ? La société de notation
Fitz peut annoncer l’augmentation de la cote de crédit et ainsi causer des dommages
énorme pour la propagande des économistes qui prétendent qu’elle nous a eus ? Peut être des entreprises comme le géant du logiciel Novidia investiront des centaines de millions ici
sur des supercalculateurs pour le développement de l’intelligence artificielle ?

« En tout cas, l’appel à vaincre le gouvernement par les dommages à l’économie sont clairs et prévisibles. L’écrivain n’hésite pas à inciter le public à jouer contre la loi pour échapper aux impôts. Beaucoup des dirigeants de la manifestation s’identifient comme des patriotes israéliens, lui n’essaye même pas de faire semblant.

« Une manifestation spontanée qui fait passer des centaines de pages de publicité dans la presse et loue d’énormes panneaux d’affichage a besoin de millions de shekels. Gilad Sher a parlé du recrutement initial de quelques millions. Les principaux conspirateurs ont eux-mêmes dû contribuer à hauteur de centaines de millions – sans que cela ne les gêne. »

Pr Eldad cite encore un certain Ron Sharaf, représentant de A’him lanéchek, qui semble être un groupe important (sans être en fait une association, mais déjà Ehud Barak a utilisé impunément ce genre de regroupements), lequel semble avoir complété les manques de fonds de ce regroupement, ce qui a permis d’avoir d’où verser les fonds nécessaires aux rédacteurs, annonceurs, aux panneaux publicitaires et à la presse.

Eldad conclut : « La réaction ‘spontanée’ a été fondée puis soutenue par des sponsorts gauchistes qui ont décidé déjà du temps des manifestations de Balfour de faire tomber le présent gouvernement. Le lien avec la réforme judiciaire n’apparait que sur les panneaux publicitaires et les textes que les journalistes attachés au train de la manifestation font paraitre, aidant au bourrage de crâne immense du public. Allez convaincre les manifestants de cet état de fait, à savoir que quelques millionnaires gauchistes intelligents en ont décidé, et que pour cela ils ont organisé de les diriger vers ce qu’ils veulent ! »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire