Le rabbi de Kalov, par. Kedochim : Pour parer à l’antisémitisme, écartons-nous des non-Juifs

0
163

« Je vous ai séparés d’elles avec les peuples pour que vous soyez à Moi » (Vayikra 20,26).

À une époque où l’on assiste à une résurgence de l’antisémitisme dans le monde, il vaut la peine de se pencher sur la racine de ce phénomène, dont les plus grands chercheurs n’ont pas trouvé d’explication satisfaisante. Lorsque nous aurons découvert la racine du problème, nous pourrons résoudre cette question essentielle : que pouvons-nous faire pour lutter contre ce phénomène ?

Nous avons pu constater au fil des époques, qu’aucun des motifs avancés par les non-Juifs n’est authentique, car quelles que soient les circonstances, et quel que soit notre mode de vie, on trouve toujours une autre raison pour nous haïr, et on nous accuse au fil du temps en brandissant toutes sortes d’arguments contradictoires.

Lorsqu’on voit des Juifs riches, on prétend que la haine des Juifs tient à leur richesse, parce qu’ils tentent de dominer le monde sur le plan économique. En présence de Juifs peu aisés, on dit que la haine des Juifs repose sur leur pauvreté, et qu’ils vivent sur le compte des autres. Nos ennemis trouvent toujours d’autres arguments pour détester le peuple juif.
Nous remarquons qu’aucune explication d’ordre naturel ne peut justifier ce phénomène, mais qu’il émane d’une Providence du Ciel. Nos Sages nous ont enseignés que la raison principale tient au fait que Hachem veut nous aider à mener à bien notre mission particulière dans le monde, en suivant la voie de la Tora. De ce fait, Il orchestre les choses pour créer une haine du Juif dans le monde, afin que nous évitions de fréquenter les nations du monde en nous inspirant de leur conduite.

Nous constatons à toutes les époques que c’est précisément lorsque les Juifs ont commencé à se rapprocher et à se rattacher aux nations, que la haine du Juif a augmenté.
Nous avons observé cette tendance pour la première fois en Égypte, comme l’indique le Zohar (Chemoth 14b), expliquant que ce fut la raison de l’exil. Les Égyptiens détestaient le peuple d’Israël, ils les humiliaient et avaient honte de les épouser. C’est ainsi que dans la pureté, naquirent six cent mille Juifs sans aucun mélange avec les Égyptiens, et de cette manière, ils devinrent dignes de devenir le peuple juif et de recevoir la Tora.

De même, à l’époque d’A’hachvéroch, au sujet duquel nos Sages affirment (Meguila 12a) que le décret de Haman avait été imposé du fait qu’ils avaient profité du festin de ce mécréant, alors que Mordekhaï leur avait prescrit de ne pas y assister. Cependant, de nombreux Juifs y participèrent et commencèrent à se mélanger avec les non-Juifs et à s’inspirer de leur conduite. Ainsi, Hachem fit en sorte de susciter la haine des Juifs et rendit un décret pour ordonner leur mort. Les Juifs se sont alors extraits de leur torpeur et se sont séparés des non-Juifs, et le décret a été aboli.

À ce sujet, nos Maîtres ont dit (Sanhédrin 97b) : c’est le même phénomène à chaque époque : lorsque les Juifs se fondent avec les non-Juifs et imitent leur conduite, Hachem met en place un souverain qui rend de sévères décrets, à l’instar de Haman, puis le peuple juif fait Techouva et reprend le droit chemin.

Le fondateur du mouvement réformé prétendait que l’on détestait les Juifs du fait qu’ils se conduisent de manière différente. Il est le fondateur de la théorie suivante : « Sois juif à la maison, et un homme à l’extérieur. » Il promit qu’en se rapprochant des non-Juifs et en les imitant, le mépris et la haine à notre égard cesseront.

Mais pendant la Shoah, cette théorie s’effondra, et au lieu d’un développement du mouvement réformé, la haine et la discrimination des Juifs atteignit un niveau inouï, sans aucune distinction entre religieux et laïques, et ils persécutèrent tous ceux qui avaient une origine juive.

Après la réunion des Réformés à Braunshweig, où ils autorisèrent les mariages mixtes, rabbi Israël Salanter zatsal s’exprima ainsi : « Au lieu de la permission des réformés à ce sujet, viendra se superposer l’interdit des non-Juifs à ce sujet. » En effet, plus tard, les lois raciales des nazis furent implantées, les lois de Nuremberg, parmi lesquelles figurait l’interdit pour les Allemands d’épouser des Juifs.

Avant le décès de rabbi Israël de Tcherkov zatsal, en 1934, après la montée au pouvoir de Hitler en Allemagne, le rabbi s’exprima ainsi : « Lorsque Hachem, loué soit-Il, vit qu’en Égypte, le danger de l’assimilation avec les Égyptiens s’était accru, Il instaura la haine chez les Égyptiens, contre le peuple juif, comme il est dit (Tehilim 105,25) : « Leur cœur changea jusqu’à prendre son peuple en haine. » Désormais, alors que l’assimilation des Juifs ne fait qu’augmenter, je crains que dans le Ciel, on donne la permission à ce vil gouvernement de se développer dans d’autres pays. »

Nous sommes témoins également aujourd’hui de l’idée que la création d’un pays juif distinct, en Erets Israël, n’a pas aboli la haine. Le pays est entouré de pays hostiles et haineux à l’égard des Juifs, qui veulent assassiner également les laïques désireux de faire la paix avec eux. C’est le sens de ce passage des Écritures (Eikha 1,17) : « L’Éternel a convoqué contre Ya’akov ses ennemis à la ronde ; Jérusalem est devenue un objet de dégoût parmi eux. » Nos Maîtres affirment qu’il s’agit d’un ‘Hessed de la part du Créateur, que tous les non-Juifs qui vivent à côté du pays juif détestent les Juifs, car ainsi, ils ne sont pas enclins à l’assimilation.

Les ouvrages saints expliquent que tout comme le mari sanctifie la femme en disant : « Haré at mékoudécheth li (tu es sanctifiée pour moi)», et le terme essentiel est « li », car il la sanctifie pour lui, elle devient interdite à tous les autres, de la même façon, Hachem a sanctifié le peuple juif par le terme « li », comme il est dit (Chemoth 25,8) : « Assou Li Mikdach (Qu’ils Me construisirent un sanctuaire) », afin qu’ils soient exclusivement sanctifiés pour Moi.

C’est le sens de la promesse de Hachem ici : « Je vous ai séparés d’avec les peuples » : Je ferai en sorte qu’il y ait toujours une différence entre Israël et les nations, « pour que vous soyez à Moi » : afin que vous soyez uniquement à « Moi », sans vous attacher aux voies des non-Juifs.

Nous en avons encore une allusion dans les initiales des termes : « Avdil ètkhem min ha’amaim lihiyot Li : les initiales de ce verset forment les termes de Haré at mekoudécheth Li.

En conséquence, à une époque où la haine du Juif se répand dans le monde, le peuple juif ne doit pas constamment chercher des stratagèmes pour abolir cette haine, mais est tenu de s’écarter des conduites des non-Juifs et d’aider également d’autres Juifs à quitter les écoles non-juives et à s’éloigner de leurs visions immorales, très répandues de nos jours. Par ce mérite, nous mériterons que Hachem nous sauve de la main des ennemis des Juifs.

Chabbath Chalom !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire