Le rav Silberstein et la conduite à suivre face à la boulangerie Angel

0
227

Le rav Silberstein, en une première référence au boycott orthodoxe de ne pas consommer les produits d’Angel, dit que bien qu’il n’y ait eu aucune instruction de boycott de la part des rabbanim, le public a estimé qu’il était impossible de garder le silence pour l’honneur de la Tora, et donc la protestation a tout à fait sa place.

Be’hadré ‘Harédim – Moshé Weisberg

La première référence claire de l’un des plus grands de la génération et des responsables de Halakha concernant le boycott de la boulangerie Angel qui est venue du public orthodoxe et s’est poursuivie pendant la première semaine en force. Le rav Silberstein a déclaré que « celui qui achète chez Angel devrait vérifier à quel titre il met à mal son respect pour la Tora ».

Une mère orthodoxe, dont le fils de 11 ans est un gourmet et très choyé, et a été habitué à ne manger que les aliments de boulangerie d’Angel pendant toutes ces années, et dit qu’il est incapable de manger du pain et des pâtisseries des autres compagnies. La mère s’est tournée vers le rav Silberstein pour entendre un avis de la Tora sur la question de savoir si elle peut laisser son fils manger des aliments d’Angel, et s’il y a un intérêt à participer au type de boycott mentionné ci-dessus, et quelle est son opinion sur la question.

Le rav a répondu avec des mots clairs : « Comme vous le savez, il n’y a pas eu d’ordre des rabbanim de boycotter l’entreprise, et même le rav Edelstein a ordonné de ne pas faire référence à cette affaire et de ne pas répondre. Cependant, après que les gens ont senti qu’il était impossible de se taire à propos d’une telle chose, et qu’il était également inadmissible de laisser ces gens ouvrir la bouche contre la sainte Yechiva (comme cela a été fait, face à la Yechivath Ponievezh et face au domicile du rav Edelstein), une manifestation a éclaté, menée par les gens qui ont été vexés, et maintenant celui qui achète leurs produits est considéré comme un peu retiré du public, et montre par lui-même qu’il ne se soucie pas de l’honneur de la Tora, ni de l’honneur du Ciel, donc il est impossible de dire qu’il est interdit d’acheter ces produits, mais il est possible de dire que la protestation a sa place, et ceux qui ne participent pas à la protestation devraient se demander pourquoi l’honneur du Ciel ne les dérange pas. »

Le rabbin Silberstein a ensuite commenté l’enfant qui prétend qu’il ne peut manger aucun produit à l’exception des produits de cette société, et a poursuivi en parlant du grand inconvénient que nous aurons dans les générations récentes que les enfants deviennent gâtés et que les parents les habituent à recevoir tous les souhaits de leur cœur. Il a fait appel à ce qu’écrit le Kehiloth Ya’akov : il y a beaucoup de crises mentales dans notre génération, parce que dans les générations précédentes la psyché était affaiblie et renforcée en raison du grand manque qui existait, et le manque d’indulgences et de luxe, ce qui n’est pas le cas à notre époque ».

« Par conséquent », a conclu le rav dans la colonne pédagogique, « la mère doit dire à son fils clairement et sans arguments, que maintenant le respect de la Tora est en jeu ici, et nous à la maison n’apportons pas ce produit, et si tu ne veux pas manger autre chose, tu peux jeûner. Et ainsi l’enfant recevra un bénéfice double et démultiplié, il recevra aussi une leçon dans le domaine du respect de la Tora, et il sera aussi plus préparé à la vie. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire