Les Palestiniens se plaignent : « Les Saoudiens nous interdisent de parler contre la normalisation »

0
88

Dans le contexte des négociations en cours sur la voie de la normalisation : un haut responsable palestinien s’est plaint que les Saoudiens faisaient pression sur eux pour qu’ils ne se plaignent pas : « Les Saoudiens ont réduit considérablement le financement des Palestiniens en 2021 et maintenant ils utilisent cet argent comme moyen de négociation. Ils disent : « Si vous voulez que nous vous rendions le financement, vous devrez aller avec nous » ».

Be’hadré ‘Harédim – Yanky Farber – Ministre saoudien des Affaires étrangères, Faisal bin Farhan – Photo prise de son Twitter

Un éventuel accord de normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite suscite le scepticisme de la part des négociateurs palestiniens, malgré les signaux extérieurs positifs des responsables palestiniens, ont déclaré au Guardian plusieurs sources au courant des pourparlers.

Les relations officieuses entre Israël et l’Arabie saoudite se sont développées depuis des années et la possibilité d’un accord diplomatique officiel est apparue après que les deux pays, ainsi que les États-Unis, ont signalé des progrès sur la question lors de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

Les Palestiniens craignent qu’un tel accord n’aboutisse pas à des concessions significatives en faveur de la paix ou à « la fin de 57 ans d’occupation de Jérusalem-Est, de la Cisjordanie et de la bande de Gaza ». Les responsables saoudiens ont déclaré à plusieurs reprises que la question palestinienne était « très importante ».

Mais un responsable diplomatique palestinien, qui a demandé à rester anonyme car il n’est pas autorisé à parler aux médias, a déclaré : « Je ne vois pas cela se produire dans un avenir proche. Le fait que les Saoudiens parlent du cas palestinien comme étant plus facile à traiter par rapport à la question nucléaire, montre combien il reste encore du travail à faire. »

Mohammed ben Salman, prince héritier et dirigeant de facto de l’Arabie saoudite, a déclaré la semaine dernière dans une rare interview accordée à Fox News à l’Assemblée générale des Nations Unies que « chaque jour nous nous rapprochons » d’un accord avec Israël. à l’ONU que « nous sommes au bord de la paix historique ».

Riyad cherche à conclure un accord de défense formel avec l’aide des États-Unis pour développer un programme nucléaire civil en échange d’une reconnaissance par Israël. Pour Israël, une normalisation avec le royaume saoudien – point d’ancrage de l’islam sunnite et foyer des deux lieux saints de la religion – ouvrirait en théorie les portes la voie de la reconnaissance dans tout le monde musulman.

Depuis 2020, dans le cadre d’accords négociés par l’administration Trump, les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Maroc et le Soudan ont convenu de normaliser leurs relations avec Israël, en partie en raison de préoccupations communes concernant l’Iran. Les responsables palestiniens affirment que les accords d’Abraham compromettent profondément les perspectives de paix et d’une solution à deux États.

Contrairement aux accords d’Abraham, dans lesquels les Palestiniens n’ont pas participé, cette fois l’Autorité palestinienne est prête à prendre une part active aux négociations. Une source proche du processus a affirmé que les Palestiniens n’auraient peut-être pas le choix en la matière.

« Les Saoudiens ont réduit considérablement le financement des Palestiniens en 2021 et maintenant ils utilisent cet argent comme outil de négociation. Ils disent : si vous voulez que nous restituions le financement, vous devrez nous suivre, vous ne pouvez rien dire contre », a déclaré la source sous couvert d’anonymat.

Malgré les déclarations enthousiastes des responsables israéliens estimant que les relations pourraient être établies d’ici le premier trimestre 2024 et la volonté de Joe Biden de réaliser des progrès significatifs en matière de politique étrangère avant les élections américaines de l’année prochaine, il semble que des obstacles majeurs subsistent.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire