L’Iran a supprimé la supervision des installations nucléaires : Israël a répondu pendant la fête

0
350

L’Iran a supprimé environ un tiers des inspecteurs des installations nucléaires, ce qui porte gravement atteinte à la capacité de surveiller ce qui se passe dans les installations nucléaires iraniennes. Le bureau du Premier ministre Benyamin Netanyahou a publié une déclaration inhabituelle pendant la fête : « Israël n’est pas surpris par les actions de l’Iran qui prouvent qu’il viole tous ses engagements ».

Be’hadré ‘Harédim

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a annoncé Chabbath (premier jour de Roch Hachana) que l’Iran avait décidé de retirer environ un tiers de ses inspecteurs chargés de superviser les installations reconnues du pays, qu’il violait toutes ses obligations envers la communauté internationale et avait l’intention de s’armer d’armes nucléaires. Le Premier ministre répète qu’Israël fera tout ce qui est nécessaire pour se protéger de cette menace.

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen a également évoqué l’annonce de l’Agence internationale de l’énergie atomique : « La violation de la surveillance internationale sur les installations nucléaires iraniennes ne peut être comprise que d’une seule manière. L’Iran continue de faire progresser son programme nucléaire militaire. La communauté internationale ne peut pas continuer à se faire des illusions. J’appelle la communauté internationale à promouvoir des mesures opérationnelles pour empêcher l’Iran de réaliser ses plans dans le domaine nucléaire. Israël se réserve la liberté d’action d’agir de quelque manière que ce soit afin d’empêcher les attaques meurtrières ».

Les Nations Unies ont également condamné la décision iranienne et souligné que cette décision est « disproportionnée et sans précédent », ce qui interfère avec sa capacité à surveiller les activités nucléaires de Téhéran. « Ces inspecteurs expérimentés sont des experts en enrichissement d’uranium et leur travail consiste à vérifier les activités nucléaires de l’Iran et identifier les actions inhabituelles.

Le chef de l’AIEA, Raphael Grossi, a fermement condamné cette mesure : « Elle est disproportionnée et sans précédent, et affecte la planification et la conduite normales des activités de vérification de l’agence en Iran, en contradiction flagrante avec la coopération qui devrait exister entre l’agence et l’Iran ».

Aucun commentaire

Laisser un commentaire