L’Iran et le Hezbollah ont réalisé après 12 à 24 heures l’ampleur du désastre

0
249

Le « grand projet de libération » du Hamas et du Hezbollah a partiellement échoué. « Si Radwan avait fait cela dans le nord, je ne suis pas sûr de l’état dans lequel se trouverait l’État d’Israël après un tel raid. » C’est ce qu’a dit le journaliste Yossi Yehochoua.

JDN

Le journaliste et commentateur militaire Yossi Yehochoua a révélé ce mercredi matin dans Yediot A’haronoth les détails de nouveaux documents récupérés par les forces de Tsahal à Khan Yunes. Selon la description, le chef du Hamas à Gaza Yahya Sinwar était sûr que le Hezbollah ouvrirait un autre front pendant le fameux Chabbath matin et a même reçu un engagement pour cela, ce qui ne s’est pas produit.

Yehochoua a été interviewé par Ben Caspit et le professeur Aryeh Eldad sur Radio 103FM et a apporté plus de détails sur l’actualité. « Dans le cadre de l’activité de Tsahal à Khan Yunes, les serveurs du Hamas fournissent de nombreux documents intéressants sur l’organisation », a-t-il expliqué. « À la suite du raid, de nombreux documents très intéressants ont été collectés. L’un des documents est une évaluation de la situation du Hamas quelques mois avant cette opération, dans laquelle Sinwar s’entretient avec ses subordonnés de manière limitée, leur disant qu’il a reçu l’engagement que l’axe iranien et le Hezbollah se joindraient immédiatement à cette attaque planifiée au grand « Projet de libération ». Si Radwan avait fait cela dans le nord, je ne suis pas sûr de l’état dans lequel se trouverait l’État d’Israël après un tel raid. »

« Au cours de l’année écoulée, le Hezbollah a modifié son déploiement à la frontière avec nous. Outre les 26 positions qu’il a placées sur la barrière, les provocations et les terroristes à Megiddo, il a fait avancer un bataillon depuis la mer jusqu’au mont Dov, et ils ont été littéralement à une distance décisionnelle d’entrer dans n’importe quelle colonie qu’ils voulaient », a-t-il précisé. « Dans le nord, contrairement au sud, il n’y a pas d’espace de sécurité, Radwan était vraiment sur la barrière. Les forces là-bas sont beaucoup plus compétentes. Il y a unanimité dans le système de sécurité et cela est basé sur des éléments de renseignement, que Sinwar ignorait. L’Iran et le Hezbollah ont parlé de l’opération dans le silence, de peur que le secret ne soit connu et qu’Israël ne s’y prépare. Mais quand cela s’est produit, le Hezbollah a eu environ 48 heures pour comprendre l’incident et prendre une décision différente. Les Iraniens et le Hezbollah ont été surpris par la facilité avec lequel le Hamas a mené la même action, et par ses réalisations. Les Iraniens et le Hezbollah ont pris conscience après 12 à 24 heures de l’ampleur du désastre ».

A la fin, Yehochoua a souligné : « Il a fallu un certain temps pour que les brigades de réserve arrivent au Commandement du Nord et que le commandement soit sur pied, l’opportunité était là. Nous devons comprendre dans quel genre d’événement nous pouvions être. Nous devons comprendre que nous devons changer tout le concept de défense et de renforcement des forces, en particulier dans le Nord, en prévision d’une telle possibilité. Cet événement aurait pu ébranler l’État d’Israël, je ne sais pas où nous en serions aujourd’hui. »

NDLR : Et peut-être comprendre que la vraie surveillance vient de haut, de très Haut, et que si l’Eternel n’assure pas la sécurité de la ville, les gardiens œuvrent de manière inutile.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire