Où a disparu Mohamed Saoud, le plus grand partisan d’Israël en Arabie Saoudite ? ?

0
152

Le militant du réseau saoudien Muhammad Saoud est connu pour son soutien passionné à Israël. Mais Saoud a disparu après avoir prévu de rencontrer à Riyad le ministre des Communications Shlomo Karai et depuis, sa voix n’a pas été entendue depuis quatre mois. • Meir Bernstein, un orthodoxe qui l’a rencontré, raconte la disparition.

JDN

Près de cinq mois se sont écoulés depuis la dernière publication du populaire internaute saoudien Mohammed Saoud sur les réseaux sociaux. Depuis, c’est comme si la terre l’avait englouti. À cette époque, un orthodoxe américain nommé Meir Bernstein a rendu visite à Saoud, connu pour son soutien enthousiaste à la paix avec Israël, pour se remonter le moral après la réconciliation entre l’Iran et l’Arabie Saoudite – une décision qui l’a amené à baisser son profil.

Roy Kays a publié un article détaillé sur le sujet dans « Khan Hadachoth », dans lequel il a révélé de nouveaux détails, à l’époque où il semblait que la paix entre l’Arabie saoudite et Israël sous les auspices des États-Unis se rapprochait à pas de géant. Suite à ces développements dramatiques, Saoud est revenu aux affaires, peut-être le Saoudien le plus connu en Israël, à l’exception du prince héritier du royaume, Mohammed ben Salmane.

« Au cours de l’année écoulée, nous avons été quotidiennement en contact téléphonique avec tous les hauts et les bas de la paix », a déclaré Bernstein à Here News. « Il me consultait sur ce qu’il fallait tweeter, ce qui en valait la peine, ce qui ne valait pas la peine. Nous avons atteint un niveau où la paix est presque arrivée. »

Le 3 octobre, quatre jours avant le massacre meurtrier dans l’enveloppe de Gaza, était censé être la fête du militant du réseau saoudien et de son ami Meir Bernstein, qui devait le rencontrer à Riyad. « C’est une visite que je devais faire à Riyad et il m’a beaucoup parlé, ‘viens et nous allons le faire’, et il l’a planifié longtemps à l’avance », nous a expliqué Bernstein.

Le même jour, le ministre des Communications, Shlomo Karai, était le deuxième ministre israélien à se rendre officiellement en Arabie saoudite et a même annoncé son intention de rencontrer Mohammed Saoud. De son côté, il lui a même préparé une sorte de soucca chez lui dans l’esprit de la fête. Les autorités de Riyad se sont montrées moins enthousiastes à ce sujet.

« Mohammed lui a envoyé un ‘Bonjour roi’, alors il lui a dit que les forces de sécurité causaient des problèmes », a déclaré Bernstein. « Mohammed a demandé : ‘Il n’y a aucune chance ?’ Alors il dit : ‘C’est dommage qu’il ne me rencontre pas.’ Ce n’est pas respectable. Vous savez, « quelqu’un du Likoud vient et ne me rencontre pas ». Je lui ai dit : « Mohammed, cesse de tenter de le rencontre. » Il a répondu : ‘D’accord, je vais arrêter.' »

En cette matinée dramatique, Bernstein était en route depuis Israël pour rencontrer Saoud à Riyad via Dubaï. L’activiste du réseau saoudien, qui devait être interviewé ce jour-là par un journal saoudien et un média israélien, a encore eu le temps de tweeter une photo des larmes à Riyad avant 10 heures et communique toujours avec Bernstein avant qu’il ne disparaisse complètement.

« Il m’a dit qu’ils le recherchaient chez Arab News », a déclaré Bernstein. « Il m’a demandé s’il devait être interviewé et à quelle heure il devait l’être. Je lui ai dit que c’était excellent. Il m’a dit que c’était à dix minutes de l’hôtel, il m’a dit « peut-être même venir avec moi à une soirée d’information ». À 10 h 19, il a disparu. Il a dû voir les derniers messages. J’ai atterri à 14h50 à Riyad, j’ai envoyé à Muhammad ‘Es-tu là ?’ Je suis dehors’, ‘Je suis inquiet’, ‘J’espère que tout va bien pour toi' ».

Bernstein, qui venait d’atterrir à Riyad, se rendit alors compte que quelque chose n’allait pas chez son ami saoudien, car une disparition aussi longue n’était pas typique de lui. « Il était censé m’attendre à l’aéroport et bien sûr, il ne m’a pas attendu. Sur le téléphone portable, ils ont vu qu’il n’était pas disponible sur WhatsApp. Il m’a allumé un voyant rouge indiquant que quelque chose n’allait pas. Il ne voulait pas que je vienne chez lui pour toutes sortes de raisons, à cause de sa famille. Ils n’aimaient pas beaucoup le lien avec Israël, alors j’ai dit : « S’il ne me répond pas dans les deux heures, j’irai chez lui. »

« Je suis allé chercher sa maison », a poursuivi Bernstein. « Je suis arrivé chez lui à cinq heures de l’après-midi, jusqu’à ce que je trouve sa voiture dehors. J’ai reconnu le véhicule grâce au numéro. De là, j’ai compris qu’il était chez lui avec la voiture dehors. J’ai frappé à la porte, l’assistante a ouvert. J’ai demandé : « Est-ce la maison de Mohammed ? », elle m’a répondu : « Oui, mais il n’est pas chez lui ». J’ai commencé à entrer. Sa mère était assise du côté gauche, m’a vu et s’est immédiatement couvert la tête. Elle s’est levée, m’a mis dehors et m’a dit en arabe de partir. Elle ne voulait pas me parler. J’ai essayé de lui demander ‘qu’est-ce qui se passe avec Muhammad ?’, si elle sait où il est, elle n’a pas accepté de me répondre et j’ai effectivement compris qu’il lui était arrivé quelque chose. Je ne sais pas vraiment ce qui lui est arrivé, mais j’estime qu’il a probablement été arrêté. »

Près de cinq mois se sont écoulés et l’Arabie saoudite officielle ignore complètement le cas de la mystérieuse disparition du militant du réseau saoudien. L’opinion populaire de ses amis est qu’il a été arrêté et ici la question se pose : qu’est-ce qui a poussé les autorités de Riyad à faire taire l’homme devenu célèbre pour sa visite extraordinaire en Israël et qui, ces dernières années, était surnommé « la branche du Likoud en Arabie Saoudite », en raison de son soutien public et enthousiaste au Premier ministre Netanyahou ?

« Il sentait que la paix était vraiment à la porte et c’est vraiment ce qu’elle était et il se pourrait que le gouvernement saoudien l’ait trop mal vu et qu’il soit trop progressiste », a déclaré Bernstein. « Peut-être qu’il ne s’est pas présenté, peut-être qu’on aurait dit qu’il représentait le ministère saoudien des Affaires étrangères et ils n’ont pas aimé ça. Il y avait une vidéo de lui en visite en Israël il y a trois ou quatre ans, dans lequel il visitait le Mont du Temple. Il y avait une vidéo de Palestiniens lui jetant des chaises. Cette vidéo a fait grand bruit dans le monde musulman et l’Arabie Saoudite n’a pas aimé cette vidéo. Un jour avant son arrestation, la vidéo a de nouveau été mise en ligne. Je ne sais pas qui l’a postée.

« Une autre raison pour laquelle quelqu’un m’a dit : à Lincoln, ils étaient censés venir une semaine plus tard pour promouvoir la paix et ils voulaient la paix industrielle, qu’il n’y aurait personne dans les médias », a-t-il ajouté. « Ils étaient censés le détenir pendant quelques jours, le prévenir et peut-être même le relâcher. Ce qui s’est passé avec la guerre a peut-être prolongé la détention jusqu’à ce moment. »

Il s’avère qu’à cette époque, juste avant le 7 octobre, Bernstein, qui avait quitté Riyad au lendemain de la disparition de Saoud, avait contacté un responsable proche du Premier ministre Netanyahou pour tenter de le faire libérer. « Je me suis tourné vers quelqu’un au ministère des Affaires étrangères et je lui ai dit : ‘Écoutez, Mahomet ne représente en aucune façon l’État d’Israël, mais dans l’ensemble, c’est une personne qui a grandement promu la paix entre l’État d’Israël et les pays arabes, et pas seulement l’Arabie Saoudite, vous devez voir judicieusement comment l’aider. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire