Panique : le Liban en panique après un reportage dramatique

0
151

Au Liban, ils ont interprété la fuite selon laquelle le Hezbollah stockait des munitions à l’aéroport de Beyrouth, comme si Israël préparait le terrain pour une attaque sur l’aéroport. • Au Liban officiel, cela a été nié – et ont invité les médias et les ambassadeurs à une tournée demain • Tous les détails

JDN

Depuis le début de l’après-midi d’aujourd’hui (dimanche), il y a eu un énorme tollé au Liban suite à l’article du British Telegraph sur l’énorme cache d’explosifs du Hezbollah à l’aéroport Rafik al-Hariri de Beyrouth. Au Liban, la fuite dans le journal a été interprétée comme un fait qu’Israël préparait le terrain pour une attaque contre l’aéroport – et les citoyens libanais ont paniqué.

Le ministre libanais du Travail et des Transports a même convoqué une conférence de presse inhabituelle à l’aéroport et a affirmé que les informations publiées étaient fausses, et a invité les médias à visiter les lieux. « L’aéroport de Beyrouth est constamment soumis aux perturbations israéliennes », a-t-il affirmé. « Le rapport du British Telegraph provient de sources inconnues. L’association de l’aviation a catégoriquement démenti les informations publiées. Il y a un manque de transparence dans la manière dont le journal a traité le reportage sur le stockage d’armes à l’aéroport. »

Le ministre a ajouté que « nous invitons tous les médias et les ambassadeurs à visiter demain toutes les installations aéroportuaires et à les inspecter ». Nous attendons les médias demain à 10h30, l’invitation est ouverte à tous », et a de nouveau attaqué le Telegraph : « Nous consultons le Premier ministre Najib Mikati pour intenter une action en justice contre le journal, car ce qu’ils ont publié fait du mal au Liban. Tout ce qu’écrivait le Telegraph était faux. Aucune arme ne passe clandestinement par l’aéroport de Beyrouth. »

Le responsable de la sécurité de l’aéroport de Beyrouth a également déclaré : « Les compagnies aériennes qui utilisent l’aéroport de Beyrouth sont parmi les leaders mondiaux et effectuent des inspections régulières de la sécurité de l’aéroport. S’il y avait le moindre doute sur la sécurité sur le terrain, ils n’hésiteraient pas à arrêter les vols à destination et en provenance de l’aéroport. »

Dans le même temps, la chaîne al-Mayadeen, affiliée au Hezbollah, a rapporté que « Beyrouth est une ligne rouge pour le Hezbollah, puisque toute attaque à Beyrouth entraînera une réponse doublement forte de l’organisation, qu’Israël ne pourra pas supporter » et une guerre commencera.

La chaîne saoudienne Al-Hadth a même ouvert une chaîne spéciale consacrée à la dénonciation du Telegraph, et le journaliste libanais Ali Al-Amin a affirmé que « les choses qui ont été publiées ne sont pas raisonnables ». Le Hezbollah a utilisé l’aéroport dans le passé, ce qui revêt une importance sécuritaire pour lui. L’écrivain politique libanais Fadi al-Ahmar a déclaré à al-Haddath que « le Hezbollah a transformé l’aéroport Rafik al-Hariri en l’aéroport nommé en l’honneur de Qassem Soleimani. Le rapport du Telegraph confirme que le Hezbollah l’a utilisé pour stocker des armes. Il n’y a aucune confiance dans la supervision des comités internationaux – et dans le fait de voir ce qui se passe avec le nucléaire iranien ».

Si l’on se souvient bien, il a été rapporté que le Hezbollah stockait une grande quantité d’armes iraniennes, notamment des missiles et des charges explosives, dans le principal aéroport civil de Beyrouth. Le rapport affirme que des missiles à courte et longue portée, des roquettes imprécises, des missiles antichar et une grande quantité de missiles Burkhan sont stockés à l’aéroport.

L’un des auteurs de la fuite a déclaré au journal : « C’est absolument grave. Des cartons volumineux et mystérieux arrivent sur des vols directs en provenance d’Iran, et c’est le signe que les choses se détériorent ». Le même fuyard a déclaré que dès le début de l’arrivée des expéditions inhabituelles en novembre dernier, lui et ses amis craignaient que quelque chose d’étrange se produise à l’aéroport. Les fuyards ont ajouté qu’ils craignaient que s’ils ne coopéraient pas, leurs familles seraient lésées.

Un autre informateur a déclaré que depuis des années, le Hezbollah utilisait l’aéroport pour transférer des objets. Cependant, lorsque cela se produit en temps de guerre et qu’il n’est pas autorisé à vérifier ce qui se passe, on craint que l’aéroport ne devienne une cible. Selon lui, si l’aéroport est endommagé, le Liban sera fini. Le rapport affirme que le chef du système de sécurité du Hezbollah, et commandant en second de l’organisation, arrive parfois à l’aéroport et se trouve à proximité des douaniers.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire