« La phase décisive va bientôt se terminer » : Netanyahou dans une première interview dans le pays, pleine de gros titres

0
123

Le Premier ministre était invité au studio des « Patriotes » et a accordé sa première interview à un média israélien depuis le 7 octobre : « La colonisation de Gaza – pas réaliste » • « La fin de la phase de départ à Gaza est proche – très bientôt, nos visages vont se tourner vers le nord » • « Il n’y a pas eu de trahison » • « Personne ne s’empresse de renverser un gouvernement pendant la guerre, ce sera la marque de Caïn sur le front »

‘Harédim 10

Après plus de huit mois de combats dans plusieurs arènes dans la bande de Gaza, à la frontière du Liban, en Cisjordanie et dans d’autres endroits comme l’Irak, l’Iran et le Yémen, le Premier ministre Binyamin Netanyahou a accordé sa première interview approfondie à un média israélien ce soir (dimanche).

Netanyahou était l’invité du studio de l’émission populaire « Les Patriotes » présentée par Yinon Magal, et a abordé une série de sujets, au premier rang desquels bien sûr l’état de guerre, où Israël se dirige sur tous les fronts, puis celui du nord, s’il y aura un accord avec le Hamas pour la libération des personnes enlevées, l’état des relations avec les États-Unis et l’administration Biden, l’état de la coalition et les crises qui la composent – et bien d’autres sujets.

Dès son entrée, Netanyahou a reçu un tonnerre d’applaudissements de la foule et a déclaré : « Je vous remercie beaucoup pour ces applaudissements, mais ils vont à nos combattants héroïques, à nos blessés, aux mères et aux pères, aux familles des personnes kidnappées, au peuple d’Israël qui est uni autour d’un seul objectif : la victoire. Cela mérite d’être applaudi. »

• Comment allez-vous ? Cela fait maintenant 8 mois que vous menez la campagne, parlez-nous de vous, êtes-vous assez fort pour terminer cet événement et remporter la victoire totale ?

« Je suis fort parce que la nation d’Israël est forte et je suis en mission. Nous sommes en guerre contre sept fronts : le Hamas, le Hezbollah, les Houthis, l’Irak et l’Iran. Je crois en mon intention mais je crois aussi en nos capacités. Nous devons investir beaucoup plus dans la sécurité et investir dans l’autoproduction d’armes et de munitions.

« Mais avant tout, nous devons vaincre cette arme qui a perpétré ce massacre contre nous. Non seulement pour les éliminer, mais aussi pour faire comprendre que c’est ce qui sera fait à ceux qui détruisent le peuple d’Israël et qui nous font subir cela. Une grande majorité de la population le souhaite et je suis sûr que nous y arriverons. »

• Où allons-nous après l’opération de Rafah ? Des transactions ? Évacuer vers le nord ?

« Nous avons des objectifs de guerre : libérer toutes nos personnes enlevées et je n’abandonnerai pas cet objectif. La deuxième chose est d’éliminer les capacités gouvernementales et militaires du Hamas. C’est le seul moyen d’éviter que Gaza ne redevienne une menace pour Israël. La guerre à ce stade est sur le point de se terminer à Rafah, nous continuerons à tondre l’herbe tout le temps et nous n’abandonnerons pas. Nous les avons frappés fort.

« Après la fin de la phase arborescente, nous nous déplacerons vers le nord. Egalement à des fins de défense, mais aussi pour ramener tous les habitants du nord chez eux. La fin de la phase arborescente à Gaza – très prochainement. S’il y a un accord dans le Nord, ce sera selon nos conditions, aussi dans le sud. Je ne suis pas prêt à arrêter la guerre et à laisser le Hamas intact, nous conclurons un accord et atteindrons l’objectif de détruire le Hamas. Je ne suis pas prêt à y renoncer.

« Nous sommes arrivés à Rafah et les FDI sont venues et ont dit que nous avions ici une énorme structure souterraine que nous devions éliminer. Nous devons éliminer tous les bataillons du Hamas, et maintenant nous sommes à Rafah et nous sommes sur le point de terminer cette étape et je n’ai pas l’intention de m’arrêter au milieu. »

Sur la possibilité de dommages aux installations électriques lors de la guerre dans le nord : « Nous sommes préparés à la possibilité de dommages aux installations électriques et je ne peux pas m’étendre là-dessus. »

Le Premier ministre a précisé : « Dans le Nord, l’accord ne sera pas un accord sur papier. Cela impliquera le retrait physique du Hezbollah de la frontière et nous devrons le faire respecter. Nous allons étudier la question, mais nous nous préparons. Je dis aux citoyens d’Israël : nous sommes obligés de ramener les habitants du nord chez eux. »

• Pourquoi les citoyens d’Israël devraient-ils être préparés en cas de guerre avec le Hezbollah ?

« Je ne suis pas ici pour décrire nos plans et ce que nous allons faire maintenant. Nous ferons le nécessaire. Je peux assurer les citoyens israéliens que si nous devons relever ce défi, nous le ferons. Nous pouvons lutter sur plusieurs fronts et nous nous y préparons également. »

Concernant l’Iran, il a déclaré : « Nous avons retardé l’Iran pendant de nombreuses années, mais nous ne les avons pas encore arrêtés. Nous sommes déterminés à les arrêter, et je ne dirai pas comment. L’Iran a ajouté à la menace nucléaire la menace d’une mainmise sur Israël. Plus nous découvrons des choses, plus cela devient clair : nous devons agir contre tous les autres domaines. Nous disposons de nombreuses armes et moyens d’agir, le plus important étant l’esprit et la cohésion des citoyens d’Israël. C’est l’arme la plus importante. »

À propos des manifestations contre le gouvernement : « Je dis aux manifestants : reprenez vos esprits. C’est le temps de l’unité, c’est le temps de la croissance. Leur objectif est de renverser le gouvernement et à chaque fois l’excuse est différente. Je ne pense pas que cela reflète la majorité des gens. Je me tourne vers la majorité du peuple et lui dis : c’est le moment de l’unité. »

Le lendemain dans la bande de Gaza : « Nous devons d’abord éliminer le Hamas. Nous avons commencé à nous en occuper dès le deuxième jour de la guerre. Je ne vois aucun facteur qui éliminerait le terrorisme, seulement l’armée israélienne. Le contrôle militaire restera aux mains de Tsahal. En fin de compte, nous devrons faire deux choses : la démilitarisation de la bande de Gaza et l’établissement d’un gouvernement dans la bande sous la direction des pays modérés de la région.

« Il y aura un contrôle militaire dans la bande de Gaza, mais nous aimerions également créer une administration civile palestinienne pour gérer la bande. L’armée israélienne a proposé il y a cinq mois d’y inviter certains clans, mais cela n’a pas pris longtemps et le Hamas les a éliminés ! »

À propos des colonies juives à Gaza : « Je pense qu’il est irréaliste de s’emparer d’un territoire dans la bande de Gaza et de s’y installer. Je pense qu’un contrôle militaire est nécessaire dans la bande de Gaza et qu’il n’est pas réaliste de s’y installer. »

Sur la confiance dans les dirigeants militaires : « Je continuerai à diriger la sécurité d’Israël avec les dirigeants militaires. Au final, les décisions se prennent ensemble, il y a des divergences et je ne les détaillerai pas, mais nous sommes en route vers nos objectifs. Chacun fait ce qu’il peut, le chef d’état-major et le chef du Shin Bet. Celui qui doit rentrer chez lui est Sinwar, avec Muhammad Daf et les autres meurtriers, nous devons les expulser du monde. »

Sur la dépendance d’Israël à l’égard des États-Unis : « Nous pouvons nous battre avec ce que nous avons, mais il est toujours préférable d’en avoir plus. L’administration Biden nous a beaucoup aidés, mais il y a environ 4 mois, lorsqu’il est devenu clair que nous allions à Rafah, un arrêt dramatique des livraisons d’armes a commencé. Je pensais que la seule façon de sortir de ce pétrin était de l’exprimer publiquement. J’en ai fait l’expérience, je ne l’ai pas fait à la légère. D’après ce que j’entends, il y a de l’espoir. Je suis prêt à absorber les attaques pour les citoyens d’Israël ».

Sur le discours attendu au Congrès : « Bien sûr, j’ai l’intention d’aller au Congrès, car j’ai été invité et d’élever la voix d’Israël et du monde occidental contre ces barbares meurtriers. Je considère cela comme un compliment à l’État d’Israël et à l’esprit combatif du peuple israélien et je vous représenterai fidèlement. Je ne vais pas là-bas en tant que démocrate ou républicain, mais en tant que juif sioniste qui comprend le moment décisif dans lequel la nation juive se bat pour son avenir. Begin a dit : Celui qui plie le nez restera avec le nez tordu. »

Le 6 octobre : « Cela ne sert à rien pour l’instant de faire référence aux jours précédant l’attaque. Ce n’est pas le moment d’en discuter, nous aurons le temps d’en discuter une fois que nous aurons terminé cette guerre massive. Je pensais que la branche militaire du Hamas devait être démantelée, il n’y avait pas de consensus national pour entrer et conquérir le Hamas, et il n’y avait certainement pas de consensus international. Dès l’instant où l’attaque a eu lieu, nous devons déloger le régime du Hamas. »

• Cette position selon laquelle il faut attendre les massacres et les viols pour agir est-elle problématique ?

« Nous n’aurions pas pu participer à une guerre majeure avant l’attaque. À partir du moment où cela s’est produit, nous devons agir de toutes nos forces pour atteindre les objectifs de la guerre. »

• Pensez-vous que la protestation, le refus et les dégâts causés à l’économie ont conduit à cette guerre ?

« Je pense que le refus a créé des dégâts, et cela a été un désastre et a créé des attentes parmi nos ennemis. C’est un désastre qui vient de gauche et de droite, sans aucun doute. C’est un désastre pour l’État d’Israël. Cela a été un facteur important dans l’attaque du Hamas, mais ce n’est pas le facteur principal. Le facteur principal est le désir d’assassiner les Juifs et la haine des Juifs, et j’en parlerai également au Congrès. Nous attendons cette aide des États-Unis parce que nous sommes dans une guerre historique. »

• Ils affirment que Tsahal vous a prévenu – et que vous n’avez pas écouté les avertissements de l’armée.

« Ils revenaient toujours et disaient clairement que le Hamas avait été dissuadé, et il n’a pas été dissuadé. C’est moi qui ai prévenu et dit que le refus était dangereux. Il faut gagner et vite. »

Un scénario de renversement en Cisjordanie : « Nous nous préparons à un tel scénario, nous y consacrons des forces et nous comprenons qu’une telle chose peut arriver. Il n’y a d’immunité pour personne, nous opérons à Tulkarem et partout et nous ne nous arrêtons pas. Il n’y a d’immunité pour personne. »

Sur la situation politique : « Ganz et Eisenkot ont fait quelque chose qui ne devait pas être fait, ils ont quitté le gouvernement au milieu d’une guerre et ce n’est pas une petite guerre. C’est une guerre sur 7 fronts, et ils connaissent tous ces fronts. La dernière chose à faire est de quitter le gouvernement et de l’attaquer en temps de guerre. N’ont-ils aucune considération politique ? Mon objectif est d’assurer la sécurité d’Israël.

« Je ne peux pas accepter l’idée qu’en pleine guerre ils quittent le gouvernement. Et même si vous ne rejoignez pas le gouvernement, certaines normes doivent être respectées en temps de guerre. Il y a une perte de contrôle dans la brousse. J’entends des voix horrifiantes demandant « d’éliminer le dictateur ». Je n’ai pas été choisi par moi-même, j’ai été choisi par le public qui m’a confié cette tâche. Nous sommes en démocratie et nous le savons. »

L’incitation à la haine contre Netanyahou à gauche et dans les manifestations : « Quand des membres de ma famille sont attaqués, cela me fait très mal. Je suis une personne de chair et de sang, mais je suis aussi en mission, les gens et l’Histoire me donnent de la force. Je vais vous le dire, le D’ d’Israël ne nous donnera pas d’autre chance, nous avons eu droit à beaucoup de miracles mais maintenant c’est à nous de décider, je sens que je suis dans une position cruciale et j’ai besoin de mobiliser toute ma force mentale et celle de ma famille et de notre peuple. Notre ennemi est dehors, il n’est pas à l’intérieur. Quiconque parle ainsi contre moi est une honte. »

Que dire du 7 octobre : « Ces choses doivent faire l’objet d’une enquête, mais en pleine guerre, cela mettra à rude épreuve le système de sécurité. Nous devons créer une protection pour chaque combattant et commandant afin qu’il ne soit pas arrêté à l’étranger. La seule défense possible est que nous enquêterons de manière indépendante sur ce qui se passe. Les lois de la Cour internationale de Justice stipulent que s’il existe un examen indépendant d’un système démocratique comme le nôtre, les ordonnances de la Cour de La Haye seront alors inutiles. Et c’est la seule exception en la matière. »

La loi rabbinique, la loi sur la conscription et la crise de la coalition : « Il n’y avait pas de place pour évoquer la loi rabbinique même si elle figure dans l’accord de coalition, mais nous devons nous unir maintenant. Et précisément, la loi de conscription proposée est une loi unificatrice, qui amènera des milliers d’orthodoxes dans l’armée israélienne. Cette loi a été préparée par Gantz et le ministère de la Défense avant la guerre et mobilise plusieurs milliers de membres du public orthodoxe. C’est ce qui a changé après la guerre : la volonté du public orthodoxe d’accepter cette loi. C’est une opportunité historique et elle suscite l’unité.

« J’attends de ceux qui ont soutenu la loi qu’ils s’unissent autour d’elle, comme Gantz et Lapid. Il faut s’unir autour de cette loi, mettre les considérations politiques de côté, nous sommes en pleine guerre existentielle. Les divisions et les désaccords devraient être réduits.

« Personne ne se précipitera pour renverser un gouvernement en temps de guerre, ce sera la marque de Caïn sur le front de celui qui le fera. C’est un gouvernement de droite, et s’il tombe, un gouvernement de gauche se lèvera ici, qui établira un État palestinien et adoptera des lois qui fermeront un studio comme le vôtre. »

L’économie israélienne : « Nous avons une économie forte, mais elle gémit sous le lourd fardeau de la guerre. Le plus important est d’obtenir une victoire rapide qui stimulera l’économie. »

La possibilité d’une trahison de l’intérieur : « Je n’y crois pas. Je n’adhère pas à ces théories du complot, il y a des échecs qu’il faut vérifier. »

Les déclarations de Shakma Bresler à son encontre : « Je me sens dégoûté. Je fais partie d’une famille endeuillée, je sais ce que ressentent les familles endeuillées lorsqu’elles apprennent la chute d’un membre de leur famille. Il doit y avoir une limite à cette folie. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire