« Qassem Soleimani 2 » : la carte de visite du très haut conseiller iranien tué dans une attaque israélienne

0
482

Selon des sources étrangères, Israël a tué un haut conseiller militaire iranien en Syrie.

Nziv.net

La question qui persiste dans l’esprit des Iraniens et aussi dans l’esprit de Nasrallah est la suivante : « Comment les services de renseignement israéliens ont-ils réussi à localiser l’officier iranien le plus haut gradé en Syrie et à organiser une opération d’élimination réussie ?

Les analystes arabes tentent de répondre à cette question à partir des « fuites » qu’ils reçoivent de l’officier supérieur syrien et d’autres sources inconnues.

Selon les informations accumulées jusqu’à présent, et il n’y a aucune possibilité pour le moment de vérifier les faits, nous les présenterons néanmoins brièvement par ordre chronologique :

Israël a attaqué le consulat iranien à Damas et tué le commandant des forces iraniennes en Syrie et au Liban portant le grade de colonel.

Les Gardiens de la révolution iraniens, qui ont dû trouver rapidement un remplaçant de stature à l’officier éliminé, ont décidé de promouvoir le général de division Saïd Aviar et de le nommer en remplacement du commandant iranien éliminé au consulat.

La nomination est entrée en vigueur le 1er avril (non ! ce n’est pas une blague !).

Depuis sa nomination, le général Aviar, dans le plus grand secret, a fait tous les préparatifs pour arriver en Syrie afin d’y prendre ses nouvelles fonctions.

Les Iraniens savent que tout le trafic aérien, y compris les noms détaillés des passagers sur la ligne Téhéran-Damas, est divulgué aux services de renseignement occidentaux. C’est pourquoi ils envoient généralement les commandants supérieurs dans des convois terrestres bien sécurisés de l’Iran vers la Syrie en choisissant un chemin détourné afin d’en effacer toute trace.

Une méthode similaire a également été utilisée pour planifier le voyage du général Aviar.

Son convoi a été rejoint par un convoi de bus de pèlerins chiites qui se dirigeaient vers la Syrie, via l’Irak, tout en traversant la frontière syrienne par le passage ferroviaire (Alsikha), situé près de la ville syrienne d’Alhari, entièrement sous contrôle iranien.

Après avoir traversé la frontière syrienne, le grand convoi s’est divisé et les bus avec les pèlerins ont continué vers Damas, tandis que le convoi du général iranien, qui comptait un certain nombre de bus, probablement 6, avec également des commandants des milices irakiennes, s’est dirigé vers le nord en direction du ville de la province d’Alep et de là ils ont continué jusqu’à la ville de Hayan et se sont arrêtés au siège situé dans l’usine de cuivre qui a été confisquée en faveur des Iraniens.

Selon l’évaluation des analystes, le passage de la frontière en « train » est sous surveillance constante des services de renseignement occidentaux, qui surveillent l’identité des arrivants et les grands systèmes d’armes que l’Iran fournit au sol syrien, tels que des missiles à longue portée et drones suicides.

Apparemment, le convoi du général iranien a été identifié par des « observations » des services de renseignement israéliens, estiment les analystes, et à partir de ce moment, le général a été suivi par l’aviation israélienne.

Il convient de noter que pour tromper ses partisans potentiels, le convoi du général iranien s’est arrêté pour faire escale, en début de soirée, à l’aéroport près de la ville d’Alep, également sous contrôle total iranien, et après un certain temps, le convoi a continué dans l’obscurité totale jusqu’à l’usine de fusion de cuivre qui a depuis longtemps cessé d’exister et est devenue un quartier général iranien.

Lorsque le convoi est arrivé à l’usine de Hayan, déjà dans la soirée, ils ont rencontré un haut commandant du Hezbollah en charge de la Syrie, Muhammad Jaafar, chargé de confier les tâches aux milices chiites fidèles à l’Iran et opérant sur les lignes de front des combats. dans le nord de la Syrie.

Le quartier général où s’est tenue la réunion de haut niveau, qui était surveillé en permanence par les renseignements israéliens, a été attaqué lundi à 00h20 par des missiles de croisière tirés par des avions de combat israéliens qui ont pénétré le territoire syrien depuis le sud.

Les résultats de cette attaque ont été que l’usine a été complètement détruite, les bus arrivés dans le convoi ont également été endommagés et détruits et, selon les médias, plus de 15 Iraniens et membres du Hezbollah y ont été tués.

Selon des informations non confirmées, outre le général Aviar, un autre haut responsable iranien aurait été tué lors d’une attaque contre ce quartier général, dont l’identité est actuellement inconnue.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire