Révoltant : un médecin et un enseignant de l’UNRA à Gaza détenaient deux otages

0
102

Au quotidien et à l’extérieur, l’un est enseignant de l’UNRA et l’autre médecin local, mais chez eux ils gardaient tous deux des otages israéliens : « Ce sont des terroristes comme les autres » (disent les kidnappés)

Kikar haChabbath – David HaCohen

L’une des personnes enlevées, qui a été détenue pendant près de 50 jours dans le grenier d’une maison de la bande de Gaza, a déclaré qu’elle était détenue par un enseignant de l’UNRA, l’agence de secours et d’emploi des Nations Unies.

Selon le reportage d’Almog Boker, journaliste de News 13, il s’agit d’un père de dix enfants qui a enfermé la personne enlevée dans le grenier et lui a à peine fourni de la nourriture ou des médicaments.

Boker a également rapporté que dans un autre cas, une autre personne enlevée avait été retenue captive par un médecin de Gaza. Il a retenu captive l’une des personnes enlevées tout en continuant à s’occuper des enfants.

« Ce ne sont pas des mélanges ! » Boker a écrit dans un tweet sur Twitter : « Ce sont des terroristes pour tout. Ils étaient présents lors du massacre de samedi et il s’avère qu’ils ont fait partie intégrante de la détention en captivité de centaines de personnes enlevées, dont des femmes et des enfants. »

Les preuves concrètes de ce qui est arrivé aux personnes enlevées par les Israéliens dans la bande de Gaza continuent d’être révélées. Selon le témoignage d’un des citoyens thaïlandais libérés de captivité, le traitement réservé par les terroristes aux personnes enlevées de nationalité israélienne était pire et plus difficile que le traitement qu’ils infligeaient aux personnes enlevées non juives de nationalité étrangère.

« Le complexe dans lequel nous nous trouvions était assez grand », a décrit l’affranchi, qui a la nationalité thaïlandaise, selon le reportage de ce soir (mercredi) sur News 12. « Je faisais des allers-retours là-bas, en comptant les pas pour passer le temps. De temps en temps, ils nous mettaient dans une cellule plus petite, comme un cachot.

« Nous mangions peu, un pita par jour. Parfois, il y avait des boîtes de thon que nous partagions en quatre, parfois il y avait un morceau de fromage. Une fois, nous avions le droit de prendre une douche. »

Le témoin libéré a ajouté, selon le reportage de News 12 : « J’étais avec des Israéliens et il y avait des gardes tout le temps. Les Juifs qui étaient avec moi ont été traités plus durement, parfois ils ont été battus avec des câbles électriques. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire