Smotrich contre le « briefing délirant » de « l’establishment de sécurité » – et met en garde contre le danger

0
93

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich prévient que « ce briefing délirant, comme bon nombre de déclarations de généraux passés et présents ces derniers temps, reflète un terrible aveuglement stratégique », et il explique longuement quel est le problème du retour au comportement qui avait cours avant l’attaque du Hamas.

JDN – Benjamin Berger

Le ministre des Finances Smotrich, en réponse au titre de Yedi’oth A’haronoth de ce matin (vendredi), selon lequel l’establishment de la défense recommande au niveau politique d’arrêter la guerre à Gaza dans le cadre d’un accord avec le Hamas : « Je ne sais pas qui est « l’establishment de la sécurité », je sais que ce briefing délirant, comme bon nombre de déclarations de généraux passés et présents ces derniers temps, reflètent un terrible aveuglement stratégique et prouvent que des capacités et une expérience opérationnelles tactiques, du courage, de la bravoure et du dévouement, ainsi que les décorations, ne garantissent absolument pas la capacité de lire une carte et de penser stratégiquement !

Examinons quelques vérités stratégiques fondamentales :

1. Cette guerre ne peut pas se terminer par un accord avec le Hamas, quels qu’en soient les termes, tout simplement parce que, selon les objectifs définis pour la guerre, il ne devrait pas y avoir en fin de compte une entité appelée Hamas avec lequel aucun accord ne pourrait être conclu. Le Hamas doit être détruit, tout simplement.

2. La destruction du Hamas est essentielle à notre sécurité et à notre existence car elle montre clairement à tous nos voisins que ceux qui nous feront ce que les monstres du Hamas nous ont fait le 7 octobre seront anéantis et ne survivront pas. Peu importe à quel point il nous fait du mal et peu importe combien cela sera dur et combien de temps cela prendra, à la fin nous gagnerons et il sera détruit. Tout autre résultat encouragerait nos ennemis à tenter de reproduire ce que le Hamas nous a fait, dans tous les secteurs.

3. Il est difficile de décrire à quel point les affirmations selon lesquelles « nous pouvons toujours retourner combattre et contrecarrer le Hamas » sont farfelues et déconnectées de la réalité. Qu’avons-nous fait ici depuis vingt ans ? Ce sont exactement les mêmes affirmations qui nous promettaient avant le désengagement que si seulement le Hamas osait tirer, oh que lui ferions-nous alors… les mêmes affirmations qui promettaient que les missiles de Nasrallah rouilleraient et s’il osait tirer seulement après nous après avoir quitté le sud du Liban… des revendications déconnectées des pressions internationales et internes et de la dynamique naturelle des processus militaires et sociaux. Si, que D’ nous en préserve, la guerre se termine avec le Hamas vivant et actif, avec un accord dans lequel Tsahal s’engage à se retirer de toutes les zones de la bande de Gaza, y compris l’axe de Philadelphie, avec les garanties américaines de mettre fin à la guerre et alors que Gaza compte encore des milliers de kilomètres de tunnels – et c’est exactement ce qu’exige le Hamas pour que nous implorions sa gentillesse de nous rendre certains des kidnappés – le Hamas restaurera ses capacités en un éclair et dans très peu de temps nous reviendrons à la réalité illusoire qui a existé jusqu’au 6 octobre où Tsahal revient à attaquer des dunes et des cibles ésotériques en réponse au terrorisme et au renforcement du Hamas et on se dit que cette fois oui, mais cette fois le Hamas est vraiment dissuadé… Seulement cette fois ce sera avec une forte conscience du Hamas, et de loin, après avoir réussi à mettre l’État d’Israël à genoux et à prouver qu’il est immunisé, invincible et indestructible. Et s’il s’agit là de la conscience par rapport à une organisation terroriste, imaginez dans quel genre de conscience Nasrallah, Khamenei et le reste de nos ennemis évolueront désormais. Il est étonnant de constater à quel point les hauts responsables de la sécurité peuvent être aveugles et détachés.

4. La vérité est que ces responsables font pression pour mettre fin à la guerre dans le sud par un accord avec le Hamas, principalement pour tenter de parvenir sous ses auspices à un accord qui ne vaut pas le papier sur lequel il est écrit avec le Hezbollah dans le nord et pour éviter la nécessité d’y agir avec la force militaire. Et c’est encore plus dérangeant et exaspérant. Les habitants du nord ne rentreront pas chez eux si l’armée israélienne compte sur la gentillesse du Hezbollah et sur les évaluations qui échouent à plusieurs reprises à l’épreuve de la réalité, selon lesquelles « Nasrallah ne veut pas la guerre ». Depuis 8 mois, les habitants du nord serrent les dents avec courage, anticipent et exigent que ce prix soit égal. Malheur à nous si nous les décevons et érodons davantage notre dissuasion dans l’espace.

Et soyons clairs, c’est exactement là la place de Benny Gantz. Il a donc quitté le gouvernement de manière irresponsable et en pleine guerre. Hier, il l’a dit à haute voix pour la première fois et a expliqué qu’il était parti parce que Smotrich avait forcé Netanyahou à refuser d’arrêter la guerre dans le cadre d’un accord avec le Hamas. Et la vérité est que ce n’est pas surprenant. Gantz a grandi dans les mêmes lits que les seniors qui ont encadré Nadav Eyal. C’est là que s’efforcent Lapid et, bien sûr, Yair Golan et le reste de leurs amis de gauche. C’est ce à quoi aspirent l’administration Biden, l’Europe et l’ONU, et c’est, à D’ ne plaise, ce qui se passera si notre gouvernement tombe et est remplacé par un gouvernement de gauche. Et tout cela n’est bien sûr qu’une promotion d’un « règlement régional » qui ramènerait à la voie de la capitulation et du retrait et à l’établissement d’un État terroriste palestinien à Gaza et en Judée-Samarie, un État terroriste qui mettrait en danger l’existence même en Palestine de l’État d’Israël.

Aujourd’hui, notre principal défi est de faire en sorte qu’Israël soit un pays doté d’une armée, et non l’inverse, et d’exiger que Tsahal continue de se battre jusqu’à la victoire. Se préparer à maintenir un contrôle opérationnel à long terme dans la bande de Gaza, à un séjour prolongé dans le couloir Philadelphie et à des raids répétés, jusqu’à la destruction complète du Hamas et le retour de toutes les personnes enlevées. Ceci, en même temps que la défaite du Hezbollah dans le nord et le retour des habitants du nord chez eux en toute sécurité. Ce n’est pas facile, mais c’est possible, et surtout, en tant que nation cherchant à vivre au Moyen-Orient, nous n’avons tout simplement pas d’autre choix. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire