Typique : le Bagats a rejeté la requête contre la nomination de Ben Gvir au poste de ministre – mais l’a sévèrement « réprimandé »

0
143

Dans le verdict, il a été décidé, à l’unanimité, qu’il n’y avait pas de place pour l’intervention du tribunal et que la requête devait être rejetée. • Mais le président du collège des juges, le juge Yitzhak Amit, a profité de l’occasion pour critiquer vertement : « Le comportement de Ben Gvir les déclarations sont dures et ne devraient pas être entendues de la part d’un élu. Sa conduite ne convient pas à un ministre en Israël. »

Haredim 10 – Photographie : Arie Leib Abrams

Aujourd’hui (mercredi), la Haute Cour a rejeté à l’unanimité le recours déposé contre la nomination d’Itamar Ben Gvir au poste de ministre de la Sécurité nationale, en raison de son passé et de ses déclarations au fil des années.

Le jugement stipule qu’il n’y a pas de place pour l’intervention du tribunal et que la requête doit être rejetée.

Dans le même temps, malgré le rejet de la demande des pétitionnaires, le président du collège des juges, le juge Yitzhak Amit, n’a pas manqué l’occasion de critiquer durement Ben Gvir : dans son jugement, le juge Yitzhak Amit a souligné que les condamnations de Ben Gvir sont directement et indirectement liées à la violation de l’ordre public, alors que le ministre de la Sécurité nationale est celui qui croit au maintien de l’État de droit et de l’ordre public.

En outre, le juge Amit a noté : « Certaines des déclarations de Ben Gvir sont des déclarations dures qui ne devraient pas être entendues de la part d’un élu, et il s’agit d’une conduite qui n’est pas appropriée pour un ministre en Israël. Toutefois, compte tenu de l’écoulement du temps depuis la commission des infractions et de leurs délais de prescription ; Compte tenu du jeune âge de Ben Gvir au moment de la commission des infractions et de son absence de poursuites pendant de nombreuses années ; Compte tenu de tout cela, il a été décidé que le casier judiciaire du ministre Ben Gvir et ses déclarations devaient avoir un faible poids dans la mise en balance de toutes les considérations.

Le juge Amit a déclaré : « La nomination de Ben Gvir au poste de ministre de la Sécurité nationale ne se fait pas sans difficultés. Cependant, compte tenu de l’équilibre entre toutes les considérations et du large pouvoir discrétionnaire accordé au Premier ministre dans les décisions de ce type, il a été déterminé qu’il ne s’agissait pas d’une nomination extrêmement déraisonnable. Par conséquent, il a été déterminé qu’il n’y avait pas de place pour l’intervention du tribunal et que la requête devait être rejetée. »

Le juge Noam Solberg a souscrit au résultat selon lequel la requête devait être rejetée et a souligné : « À l’heure actuelle, la plupart des juges du tribunal estiment qu’il est correct de réduire la limite du motif raisonnable. » Selon lui, « l’objet de la requête peut servir de précédent suffisant pour inciter le tribunal à faire preuve de « retenue », et cela s’inscrit dans l’esprit des critiques acerbes adressées au tribunal au fil des années concernant l’utilisation de la raison du caractère raisonnable en matière de nomination et de révocation des ministres ».

Solberg a ajouté : « Même si, au cours des 40 dernières années, le navire de la justice israélienne navigue, méthodiquement et systématiquement, vers le pôle « activiste », il n’est pas impossible de détourner subtilement le cap du navire, petit à petit, même en une direction différente, plus conservatrice, sans avoir à le faire dans la « Révolution » ».

S’il fallait décrire le manque de droiture de cette haute instance juridique, dont les prérogatives sont juridiques, et très certainement pas morales ou politiques, le présent compte-rendu nous semble très expressif.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire