La voie directe vers une confrontation inévitable entre les Etats Unis et la Russie ?

0
694

C’est le message inquiétant que n’hésitent pas à livrer des journalistes importants aux Etats Unis ! « La situation a dépassé celle de la guerre froide, fixent des commentateurs de la CNN, on peut facilement glisser vers un conflit dont il n’est pas possible de prévoir l’origine », écrivent Nicole Gaouette et Elise Labott.

« Ce n’est pas une nouvelle guerre froide, ou un froid entre eux. C’est un conflit total. » Ces journalistes insistent sur les diverses confrontations et les reproches que l’un fait à l’autre. On peut en voir les incidences en Syrie, où les Russes n’hésitent pas à commettre des crimes de guerre envers des citoyens sans défense, mais ce qui se passe en Ukraine a également son importance, et la menace de l’indépendance d’autres pays d’Europe Centrale encore. S’ajoute à cela des informations délicates, qui ont leur incidence sur le parti démocratique aux Etats Unis.

« C’est un vrai conflit », tel est également l’avis de Matthew Rojansky, directeur de l’institut Kennan du the Wilson Center.

Putin a du reste été amené à annuler sa visite à Paris, du fait des reproches lancés à la Russie à la suite de son intervention en Syrie. Et la Russie a demandé à l’ensemble de ses diplomates de revenir dans leur patrie avec leurs familles, décision elle aussi surprenante, et inquiétante, à ce qu’en écrit le Mail.

Après 8 ans de retenue et de tentatives de conciliation avec les éléments les plus extrémistes, et même après la menace de ne pas laisser la situation se dégrader au-delà de la « ligne rouge »,  en fait, le pouvoir américain semble se demander quoi faire. La réaction face à l’occupation de la presqu’ile de Crimée a consisté en des mesures économiques contre la Russie, mais elles ont provoqué chez Putin une volonté d’aller encore plus loin.

A dire vrai, ce qui a dérangé Obama est l’éventuelle intervention de la Russie dans l’arène politique américaine. En revanche, la part qu’occupe ce pays dans le massacre d’Alep ne semble pas suffisant…

L’une des mesures prises par la Russie a été d’ériger des fusées à tête atomique aux frontières de la Russie, en direction de l’Europe.

Et tout cela se passe sous Obama, prix Nobel de la paix, quand alors une tension forte est mesurée, pratiquement inégalée depuis que le Mur de Berlin est tombé !

Michaël Gorbatchev, le dernier président de l’URSS, s’est même élevé voici quelques jours contre cette situation : « Le monde est arrivé à un point dangereux. Il nous faut stopper cela. Il faut relancer le dialogue ».


 

Qui disait-il que la guerre de Gog et Magog doit se dérouler durant Souccoth ?

 

 

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire