Y’ihoud Hatzalah célèbre son 10ème anniversaire et Hatzala Israël ses 30 ans de service en Israël

0
1100

 

Plus de 10 000 personnes étaient présentes dans les gradins du nouveau stade de Jérusalem, près de Malkha, ce lundi 15 août.

Il s’agit sûrement du plus important événement jamais organisé par l’association. Regroupant tous les services médicaux d’urgence nationale (EMS) l’organisation Hatzala d’Israël et Hatzala USA, plus 3000 bénévoles, ainsi que leurs familles, se sont rassemblés pour une soirée de soutien aux activités de secours de la célèbre équipe de secours. Cette soirée spéciale était organisée en l’honneur du 30ème anniversaire des activités d’Hatzala en Israël, et du 10ème anniversaire de la création de Yi’houd Hatzala.

Avraham Fried et Yichay Ribo, ainsi que d’autres musiciens et des invités spéciaux étaient là pour fêter l’événement. Et parmi les dignitaires prévus pour exprimer leur gratitude aux ambulanciers bénévoles ainsi qu’à tous les médecins à travers le pays, ont fait le déplacement le maire de Jérusalem, Nir Barkat, et le Grand rabbin de Tel Aviv-Yaffo, le rav Israël Méïr Lau.

Eli Beer, le fondateur et président de Yi’houd Hatzala, a expliqué la raison de ce méga-événement. « Pendant les neuf jours depuis roch ’hodech, nous avons commémoré les tragédies qui ont frappé notre pays en raison de la division qui déchirait notre pays. Mais à Ticha beAv, nous avons célébrer le don de soi et le dévouement des Juifs envers leurs prochains. Or nos bénévoles font exactement la même tous les jours de l’année. Ils sont prêts à abandonner ce qu’ils sont en train de faire à tout moment de la journée, de quitter leur lieu de travail ou leur famille pour se précipiter et aller sauver la vie d’un être humain. C’est l’expression quotidienne d’une incroyable bonté. Aujourd’hui, nous allons célébrer leur dévouement à cet idéal, celui de sauver des vies et tout ce qui va avec. L’unité et la coopération entre toutes ces personnes venues d’horizons différents est bien ce qui caractérise notre organisation, et cela devrait servir de modèle pour l’ensemble du pays. »

Le directeur de Israelife, Eli Pollak, a fait écho aux sentiments évoqués par Beer. « Nous tenons nos sauveteurs bénévoles dans la plus haute estime. Très peu de gens peuvent se targuer d’un tel héroïsme. Notre politique consiste à rassembler nos bénévoles sous une même bannière, comme une seule et même famille, quelles que soient les origines des volontaires. Nous organisons des événements et des activités qui visent à unifier chaque groupe d’intervention afin de créer un véritable sentiment d’unité. Mais c’est la première fois que nous organisons tel un événement du point de vue national. » Israelife est une organisation bienfaisante qui soutient Yi’houd Hatzala et Zaka en Israël.

« L’événement avait aussi pour but de remercier les familles des volontaires et d’exprimer notre reconnaissance envers tous ceux qui se tiennent derrière les bénévoles. Nous sommes une famille qui vit sur les familles. Quand un père ou la mère ont un appel d’urgence, cela signifie qu’ils ne seront pas à la maison pour partager la gestion du foyer. Chaque intervention de la part d’un volontaire équivaut à l’engagement de tous les membres d’une famille. C’est eux qui nous voudrions remercier pour leur soutien », a ajouté Pollak.

« Nous avons négocié des réductions dans divers lieux d’attraction autour de Jérusalem afin que nos bénévoles et leur famille puisse se divertir au cours de la journée », a expliqué Pollak. Des entrées ont ainsi été achetées pour le zoo de Jérusalem, le parc national Ein Yael, et pour la visite des tunnels du Kotel.

« Au cours des dix dernières années, nous avons modifié la façon dont Israël traite les situations d’urgence. Et nous allons continuer à travailler dur pour le faire encore au cours des dix prochaines années. Nos chiffres sont en croissance et nous sommes ravis de mettre à disposition de l’organisation et de notre grande famille de plus en plus de bénévoles, eux qui sont notre force vitale. Sans eux, notre organisation communautaire n’existerait pas. C’est aussi simple que cela », a conclu Pollak.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire