Jérusalem: une assistance nombreuse aux obsèques de Sara Zouari et ses quatre filles

2
5920
Nightly view of the Har haMenuchot Jewish cemetery in the Jerusalem neighborhood of Givat Shaul. July 28, 2013. Photo by Yaakov Naumi/Flash90. *** Local Caption *** ?? ???????

Malgré l’heure et l’annonce tardives, plusieurs centaines de personnes ont tenu à se rendre lundi soir au cimetière de Guivat Shaoul pour accompagner à leur dernière demeure Sara Zouari et ses quatre filles ‘Haya-Sim’ha, Tsiona, Tehila et Meïra. Parmi les personnalités présentes, on notait le maire de Jérusalem Nir Barkat, son adjoint Meïr Torjman, le député français Meyer Habib et le rav Yehouda Ben Ishaï de la communauté ‘Emouna’, également ami de la famille.

Il n’est point difficile d’imaginer l’atmosphère pesante et douloureuse qui était palpable dans l’assistance, qui connut un pic lorsque furent amenées les cinq dépouilles. Le mari, Michaël, soutenu par des amis, fut le premier à prendre courageusement la parole. Dans un langage naturel, entrecoupé de sanglots, il a pris congé de son épouse et de ses quatre filles, en retraçant les principaux traits de caractère de chacune. Tout au long de son oraison, ses mots ne furent qu’amour pour son épouse en dépit des circonstances tragiques de ce drame, peine inconsolable pour la perte de ses « quatre princesses » et interrogation face à cet avenir qu’il va devoir affronter.

Après lui, ce fut le maire de Jérusalem qui prit brièvement la parole pour témoigner du choc ressenti dans la communauté, dans la ville mais aussi dans tout le pays après l’annonce de cette tragédie. Il a assuré Michaël Zouari qu’il n’est pas seul car il bénéficiera de l’aide de ses proches, de sa communauté mais aussi la force spirituelle et morale que procure Jérusalem « qui étreint ses habitants ».

C’est le rav Yehouda Ben Ishaï qui clôtura la cérémonie par des paroles pleines de sensibilité, expliquant que les chemins de la Providence sont parfois obscurs et insondables mais qu’il y a parfois des âmes particulièrement pures qui remontent à leur source plus tôt que l’on aurait imaginé.

LIRE  Israël envoie une aide d’urgence en Inde

Une cérémonie poignante mais digne, sans récriminations ni colère. Juste une immense tristesse face à cet indicible tragédie humaine, collectivement partagée avec les familles Zouari et Cohen après ce drame qui a brisé une famille et choqué le pays, tout particulièrement la communauté francophone de Jérusalem.

Min haChamayim tenou’hamou!

Photo Yaakov Naumi / Flash 90

 

Source http://www.lphinfo.com/jerusalem-assistance-nombreuse-aux-obseques-de-sarah-zouari-z-l-quatre-filles/

2 Commentaires

  1. Désolé, mais je n’arrive pas à y croire.
    Va-t-on découvrir l’acte caché d’un fou dans quelques temps ou ne saurons-nous jamais la vérité ?
    D seul sait

Laisser un commentaire