La plus ancienne Bible du monde a été vendue pour une somme énorme – et sera installée de façon permanente en Israël

0
193

Le Codex Sasson – l’ancien et complet livre de la Bible vieux de 1 100 ans – a été acheté lors d’une vente aux enchères pour 38,1 millions de dollars et devient le manuscrit juif le plus cher jamais vendu.

JDN

Le Codex Sassoon – le livre le plus ancien et le plus complet de la Bible, vieux de 1 100 ans – a été acheté ce soir lors d’une vente aux enchères chez Sotheby’s à New York au prix de 38,1 millions de dollars et devient le manuscrit juif le plus cher jamais vendu !

La Bible a été achetée pour l’Association des amis de ANU – Musée du peuple juif’ aux États-Unis avec l’aide de la généreuse donation du président du conseil d’honneur international du musée, l’ambassadeur Alfred Moses et sa famille, et sera exposé dans le cadre de l’exposition permanente du musée dans les semaines à venir. La vente a été conclue en quelques minutes et a réuni des concurrents du monde entier.

Le codex Sassoon est l’un des manuscrits les plus importants de l’histoire de l’humanité. Il contient les 24 livres de la Bible ainsi que des commentaires sur la tradition de l’écriture et de la lecture de la Tora, appelés « notes de la Tora », le tout recopié page par page recto verso, sous la forme d’un livre – un codex – et non en feuilles continues comme les livres de la Tora sont écrits. Le manuscrit a 792 pages. Écrit à l’encre sur parchemin et relié dans une reliure en cuir (moderne), et pèse environ 12 kilogrammes.

L’examen scientifique du parchemin et l’analyse paléographique de l’écriture ont révélé qu’il a probablement été écrit au début du Xe siècle de l’ère actuelle. Par conséquent, il est défini comme la première copie la plus complète de la Bible (il manque environ 12 pages entières, ainsi que quelques lacunes locales. À côté d’elle sont également connues la couronne d’Aram Tsoba, qui date également du début du Xe siècle mais il manque de grandes parties qui ont disparu au fil des ans, et le Codex de Leningrad, qui remonte au début du XIe siècle.

Comme le montrent plusieurs inscriptions apparaissant sur le manuscrit, au cours de l’histoire, il a changé plusieurs fois de mains – certaines d’entre elles déjà au XIe siècle, parfois au sein de la même famille.

Au XIIIe siècle, le codex était dédié à la synagogue de la communauté makhsine (qui est identifiée à la ville de Markada dans l’actuelle Syrie, et est également mentionnée dans les écrits du voyageur italien Ovadia Hagar de la première moitié du 12e siècle). Une inscription détaillée sur la dernière page du manuscrit reflète la tragédie qui s’est abattue sur cette communauté, qui a été attaquée par des envahisseurs. Craignant pour la sécurité du livre, il a été sorti clandestinement de la synagogue et confié à Salama ben Avi Alfakhar, qui a dû le rendre à la communauté lorsque la synagogue a été reconstruite. Mais la synagogue n’a jamais été reconstruite et le codex a disparu pendant près de 600 ans.

Il a refait surface à Francfort au début du siècle dernier et a été acheté en 1929 par David Solomon Sasson, l’un des plus importants collectionneurs de manuscrits du XXe siècle. En 1978, elle fut mise aux enchères et rachetée par la Railway Workers’ Pension Fund en Grande-Bretagne, qui la remit aux enchères en 1989. Elle se trouvait jusqu’à aujourd’hui dans la collection de Jacob (Jacques) Safra à Genève.

Irina Nevzlin, présidente du musée ANU : « C’est très émouvant de voir que la Bible complète et la plus ancienne du monde revienne au musée « ANU », le plus grand musée juif du monde et sa maison naturelle. A la veille de Chavou’oth, la fête du don de la Tora, je suis heureux que la Bible retourne chez moi, en Israël, dans un endroit où elle sera à jamais accessible au grand public. Le peuple juif reflète la place qu’occupe le musée en Israël et dans le monde en tant que musée historique, culturel et diversifié. Pour ce voyage passionnant, nous devons un grand merci à M. Alfred Moses, avec l’aide et le soutien de qui nous avons pu nous assurer que la Bible Sasson sera présentée au grand public en continu et dans le cadre de l’exposition permanente au Musée ANU ».

Dr Orit Shaham Gober, conservateur en chef du musée : « Accepter le codex Sasson dans la collection du musée ANU, c’est comme gagner à la loterie de l’histoire. Il serait trop long de décrire l’importance et la signification de l’ancienne Bible la plus complète au monde, et il n’y a presque pas de mots pour décrire à quel point il est excitant pour nous, en tant que musée, de présenter un objet si important pour l’histoire et la culture de le peuple juif. C’est sans aucun doute l’événement le plus important de ma vie en tant que conservateur et de notre histoire – le Musée du peuple juif. Je suis reconnaissant à Alfred Moses pour sa merveilleuse contribution à la collection du musée ».

Aucun commentaire

Laisser un commentaire