Meurtre de Sarah Halimi: « Je considère qu’on est face à un déni de justice »

0
747
La juge peut néanmoins encore procéder à tout moment à une requalification de la mise en examen.

La juge d’instruction en charge du dossier relatif au meurtre de Sarah Halimi n’a pas donné suite à une demande du parquet de Paris pour retenir le caractère antisémite de l’assassinat de même qu’elle a rejeté lundi une demande similaire des parties civiles.

« Je considère qu’on est véritablement face à un déni de justice », a déclaré l’avocat de la famille Halimi, Me Buchinger, à i24NEWS.

« On a attendu neuf fois… le parquet – il y a quatre mois – requérait la requalification circonstance aggravante d’antisémitisme, le juge avait 5 jours pour réagir – pour rendre une ordonnance – il ne l’a pas fait… », a-t-il rappelé.

« J’ai attendu deux mois supplémentaires pour lui présenter une requête – qu’on appelle une demande d’instruction – pour à mon tour demander la requalification et la reconstitution de cet assassinat », a continer Me Buchinger.

« Or, on apprend aujourd’hui par une dépêche AFP que le juge refuse purement et simplement de faire droit à ces demandes tant du parquet que des parties civiles, c’est véritablement scandaleux », a asséné l’avocat de la famille.

La demande du parquet de Paris de retenir le caractère antisémite du meurtre, formulée il y a quatre mois, est restée sans réponse à ce jour. Le 20 septembre, après la remise du rapport d’expertise psychiatrique du suspect, le parquet avait requis que le caractère antisémite soit retenu, à la « satisfaction » des responsables juifs qui l’avaient réclamé sans relâche.

L’avocat des enfants de la défunte, morte défenestrée par son voisin musulman en avril 2017 à Paris, avait quant à lui réclamé en décembre la requalification des faits en « assassinats » et avec la circonstance aggravante de l’antisémitisme.

LIRE  De plus en plus d'actes antisémites dans les facultés de médecine

Lundi, la juge Anne Ihuellou a refusé cette requête au motif que les parties civiles n’étaient pas fondées selon elle à demander dans ce cadre une requalification de la mise en examen, selon son ordonnance.

« La juge rejette le caractère antisemite du meurtre. C’est une insulte à sa mémoire et une douleur supplementaire pour ses enfants et sa famille », a pour sa part indiqué sur twitter Francis Kalifat, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France.

La juge peut néanmoins encore procéder à tout moment à une requalification de la mise en examen.

Dans son ordonnance rendue lundi, la juge a également refusé de procéder à une reconstitution en présence du suspect, au motif qu’il reconnaissait les faits et que les éventuelles circonstances aggravantes « ne sauraient être établies par la reconstitution ».

Kobili Traoré avait pourant été déclaré apte à participer à une reconstitution des faits, selon un complément du rapport de son expertise psychiatrique rendu plus tôt ce mois, a informé dimanche l’avocat de la famille Halimi, Me Buchinger, à i24NEWS.

Interné aux lendemains du drame, le suspect, Kobili Traoré, a été mis en examen le 10 juillet pour meurtre, sans que soient retenus la préméditation ni la motivation antisémite, au grand dam des parties civiles.

L’expertise a conclu que le suspect avait été pris ce jour-là d’une « bouffée délirante aiguë » après une forte consommation de cannabis, mais que ce trouble psychotique n’était « pas incompatible avec une dimension antisémite » et n’écartait pas sa responsabilité pénale.

Début janvier, le président du consistoire, Joël Mergui, a déploré que « la justice de notre pays n’a toujours pas retenu la circonstance aggravante d’antisémitisme » dans cette affaire, recensée par le gouvernement israélien au nombre des actes antisémites commis en 2017 dans le monde.

LIRE  Le BDS diffuse une affiche sanglante contre l’Orchestre de Jérusalem au Chili

Source www.i24news.tv

Aucun commentaires

Laisser un commentaire