Cinq minutes de Chabbath de plus ! C’est tout.

0
130

Ce récit se déroule le jour du jeûne d’Esther en 2020.  Un Juif se rendit sur la tombe du ‘Hazon Ich aux confins de la ville de Bné Brak. Il voulait profiter de ce grand jour, propice aux délivrances, afin de prier pour sa détresse personnelle. Son épouse et lui-même attendaient depuis de longues années de devenir parents, espérant vivre le jour où ils pourront avoir des enfants. Au fil des années, ils vivaient une déception après l’autre, et la délivrance ne semblait pas se profiler à l’horizon…

Alors qu’il se trouvait encore à côté de la tombe du ‘Hazon Ich et versait d’abondantes larmes, il remarqua un tsadik de la génération venu également prier sur ces lieux. L’homme se décida à profiter de l’occasion pour solliciter sa bénédiction, et le tsadik suggéra à l’homme de s’engager à prendre deux bonnes résolutions : la première, de réciter tout le Séfer Tehilim pendant la soirée de Pourim, et la seconde, de commencer le Chabbath cinq minutes avant l’allumage régulier des bougies. Ajouter 5 minutes de Chabbath !

La première résolution était facile, tandis que la seconde exigeait plus d’efforts de sa part. Comme c’est le cas de nombreuses personnes, ils avaient pris l’habitude de faire entrer le Chabbath à la dernière minute. Veiller à allumer les bougies chaque semaine 5 minutes plus tôt ? Cette mission leur paraissait impossible !

De plus, ce Juif suivait l’avis de Rabbénou Tam et dans sa communauté, ils priaient Min’ha de la veille de Chabbath plus tard que les autres. Donc, avancer l’allumage des bougies de 5 minutes allongeait la longue pause entre l’allumage des bougies et la prière de Min’ha, ce qui rendait cette résolution encore plus difficile.

Mais le couple décida néanmoins que pour obtenir une telle délivrance, il valait la peine de déployer des efforts. La première semaine, il leur fallut mobiliser d’immenses ressources. L’habitude d’accueillir le Chabbath à la dernière minute était ancrée dans leur foyer…Ils furent contraints de changer leurs habitudes et de commencer leurs préparatifs du Chabbath le jeudi, en évitant de laisser une longue liste de tâches pour le vendredi, le tout, pour 5 minutes supplémentaires en faveur de la reine du Chabbath !

Mais ces cinq minutes étaient très significatives…

La veille du Chabbath de la Paracha Vayéra 2022, cinq minutes avant l’allumage des bougies, naquit leur fils aîné. Oui, dans ces cinq minutes bénies qui font la liaison avec la source de la Berakha, dans ces cinq minutes de pureté, ils eurent le mérite de devenir parents. Au cours de ces cinq minutes de Tosséfeth Chabbath, ils vécurent la délivrance espérée depuis de longues années !

Chers frères ! Ce récit prodigieux, relaté par le rav Elimélekh Biderman chlita, est un exemple percutant du pouvoir du Tosséfeth Chabbath, comme l’a prouvé ce récit. Adoptons aussi cet usage, même si cela peut nous sembler difficile au départ, cela en vaut la peine.

En effet, celui qui prolonge le Chabbath approfondit sa relation avec la bénédiction du Ciel.  Celui qui mérite de respecter la Tosséfeth Chabbath bénéficie d’un supplément de la bénédiction céleste. Il verra ainsi comment la reine du Chabbath déverse la bénédiction sur lui. Chers frères, avançons notre accueil du Chabbath, et nous bénéficierons d’innombrables bontés !

Fait partie des enseignements du rav Acher Kowalski chlita.

Afin d’écouter son cours de daf hayomi ou d’autres sujets, veuillez composer le numéro suivant : 073-295-1342. Afin de recevoir le fascicule par email, merci de nous envoyer un courriel à l’adresse suivante : perles2paracha@gmail.com

Aucun commentaire

Laisser un commentaire