Le chef du Hezbollah menace « d’envahir la Galilée »

0
347

Le chef du Hezbollah a également mis en garde contre une invasion de la Galilée israélienne si une guerre plus large éclatait.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a menacé d’invasion de la région israélienne de Galilée et d’attaque contre Chypre lors d’un discours télévisé mercredi concernant la guerre du groupe terroriste contre l’État juif.

C’était la première fois que le mandataire iranien implanté au Liban menaçait directement la nation insulaire de la Méditerranée orientale.

Nasrallah a déclaré que Chypre serait considérée comme « une partie de la guerre » si Nicosie continuait à autoriser Israël à utiliser ses aéroports et ses bases pour des exercices militaires.

Selon le Cyprus Mail, on pense que les aéroports et les bases font référence à la Royal Air Force Akrotiri, une base militaire permanente qui soutient les opérations en cours dans la région et le soutien aux zones de souveraineté de Chypre.

Un RAF Tornado GR4 de retour à la RAF Akrotiri Chypre en 2014. Crédit : Wikimedia Commons.

« Ouvrir les aéroports et les bases chypriotes à l’ennemi israélien pour cibler le Liban signifierait que le gouvernement chypriote fait partie de la guerre, et que la résistance traitera cela dans le cadre de la guerre », a-t-il déclaré.

Le président chypriote Nikos Christodoulides a répondu à la menace de Nasrallah, affirmant que ces « déclarations ne reflètent pas la réalité ». Chypre reste à l’écart de tout conflit militaire et se positionne comme une partie de la solution et non comme un problème », a rapporté le Chypre Mail.

Christodoulidis a ajouté que « notre couloir humanitaire est la preuve de notre engagement en faveur de la paix et de la stabilité », faisant apparemment référence aux expéditions d’aide humanitaire vers la bande de Gaza via une route de la mer Méditerranée établie ces derniers mois, les navires partant du port de Larnaca.

Nasrallah a averti qu’Israël, et non le Hezbollah, devrait avoir peur et que nulle part en Israël ne serait en sécurité dans le cas d’une guerre plus large, ce que le Hezbollah ne recherche pas, selon lui, avec une armée terroriste combattant « sans règles » et « sans plafonds ». 

Le groupe terroriste s’en prend aux communautés du nord d’Israël depuis qu’il a rejoint la guerre en soutien au Hamas, un jour seulement après les attaques terroristes du 7 octobre. Des dizaines de milliers d’Israéliens ont été évacués des communautés frontalières, et les roquettes et drones du Hezbollah ont fait des dizaines de morts et de blessés, en plus de destructions physiques généralisées et, dernièrement, d’incendies majeurs, du côté israélien.

Israël a répondu par des frappes aériennes contre des cibles et des agents terroristes du Hezbollah dans tout le Liban. Toutefois, le conflit ne s’est pas transformé en une guerre à grande échelle.

« Une invasion de la Galilée reste sur la table si la confrontation s’intensifie », a proclamé Nasrallah.

Il a ajouté que le groupe terroriste continuerait à soutenir Gaza jusqu’à ce qu’un « cessez-le-feu complet et permanent » soit en place.

De gauche à droite : Commandant du Commandement Nord de Tsahal, le major-général Ori Gordin, chef d’état-major de Tsahal. Le lieutenant-général Herzi Halevi, le ministre de la Défense Yoav Gallant et le commandant de l’armée de l’air israélienne Tomer Bar lors d’une évaluation opérationnelle du secteur nord le 19 juin 2024. Photo d’Ariel Hermoni (IMoD).

« Se préparer à chaque scénario »

Pendant ce temps, le ministre de la Défense Yoav Gallant et le chef d’état-major général de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, ont procédé à une évaluation de la situation opérationnelle avec le commandement nord de Tsahal en compagnie du chef du commandement nord et du commandant de l’armée de l’air israélienne.

Selon un communiqué du ministère de la Défense, ils ont abordé les développements dans le nord du pays, Gallant soulignant la nécessité de contrecarrer la menace des attaques de drones et les efforts visant à éliminer les hauts responsables du Hezbollah.

« Nous sommes prêts sur terre et dans les airs, renforçons nos systèmes de renseignement et nous préparons à chaque scénario », a déclaré Galant.

Il a également rappelé que « nous devons tous nous rappeler que le Hezbollah a déclenché une guerre contre nous le 8 octobre » – un jour après que le Hamas a infiltré la frontière de Gaza et attaqué des communautés dans le sud d’Israël, assassinant 1 200 personnes et en kidnappant jusqu’à 250. « Nous avons Nous avons l’obligation de changer la situation dans le Nord et d’assurer le retour sécuritaire de nos citoyens dans leurs foyers, et nous trouverons un moyen d’y parvenir.

Le scénario d’une guerre totale Israël-hezbollah

Le coût pour le Liban serait énorme. La guerre du Liban de 2006 a été catastrophique pour l’économie libanaise, causant 3,5 milliards de dollars de dégâts aux infrastructures. Une nouvelle guerre serait encore pire pour un pays déjà confronté à une profonde crise économique.

La confrontation du Hezbollah avec Israël l’aiderait à obtenir un soutien dans le monde arabe, le laissant potentiellement dans une position intérieure renforcée.

Une guerre avec le Hezbollah aurait un impact régional beaucoup plus large, galvanisant notamment les acteurs extrémistes dans la région et aggravant l’instabilité au Moyen-Orient.

JForum.fr avec jns et HonestReporting
Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, à Beyrouth, le 8 mai 2023. Crédit : Mohammad Kassir/Shutterstock

Aucun commentaire

Laisser un commentaire