Le rav Zilberstein a fondé un parti, son gendre le rav Kook de Tibériade l’appuie

0
221

Par souci du caractère sacré du Chabbath, le rav Kook a dévié de son habitude et a émis une lettre soutenant son beau-père : « En effet, des vies sont en danger à chaque instant si le Chabbath n’est pas respecté, et il n’y a pas de plus grand honte qu’un « maire » qui profane le Chabbat. » C’est le cas à Ramath Gan.

Aroutz 2000 – M. Farid

Le le kabbaliste, rav Dov Kook de Tibériade, appelle dans une lettre rare à voter et à se placer aux côtés de son beau-père, dans le cadre du parti qu’il a lancé à Ramat Gan afin de lutter pour le caractère sacré du Chabbath dans cette ville.

Le nom du parti est « Ramat Gan dans la foi » et à la demande du rav , la personne qui dirigera le parti est le rav Shimon Ben ‘Hayim, chef de « Birkat Aharon » et des rabbanim de la ville de Ramat Gan. Il s’avère que le rav Zilberstein lui-même a contribué et financé l’ouverture du parti et de la liste, pour le caractère sacré du Chabbath.

Le rav Zilberstein, qui considère cette question comme un projet personnel et y consacre sa vie, s’est tourné ces derniers jours vers son gendre, le rav Dov Kook de Tibériade, connu pour sa grande influence dans tous les secteurs en Israël, et lui a demandé de l’aider et se joindre à la lettre spéciale qu’il a écrite. Dans la lettre, le rav Zilberstein appelle les habitants de Ramat Gan à voter pour le parti « Ramat Gan dans la foi ».

Le kabbaliste rav Kook a fait exception à son habitude et s’est adjoint à la lettre de son beau-père, se référant à ce qu’il avait écrit dans sa lettre, disant que si le Chabbat n’est pas observé, de nombreux dangers peuvent survenir au peuple d’Israël, et c’est ainsi que le rav Kook écrit : « C’est en effet un danger grave à chaque instant que le Chabbath n’est pas respecté, et il n’y a pas de plus grande honte que « le dirigeant d’une ville » profane le Chabbath sciemment et vient prier dans la synagogue en piétinant le Chabbath pendant son voyage. »

Le rav Kook ajoute qu’il se souvient de son père, le rav Na’houm Kook, qui a été rav du quartier « Tel Ganim » à Ramat Gan et a été l’un des plus grands militants pour le respect de la Torah et des mitsvoth dans cette ville : « Mon souvenir se porte sur une station de taxis qui fonctionnait le Chabbath contrairement à l’arrêté municipal, mon père œuvra de toutes ses forces contre cela, capable de s’assoir par terre au milieu de la rue devant tout le monde comme s’il s’agissait d’une entreprise ouverte, jusqu’à ce que cette compagnie ferme en ce saint jour. » Voici les rares mots du kabbaliste rav Kook.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire