Zvi Yehezkéli : « Les Américains préservent le Hamas, ils ne veulent pas sa destruction »

0
313

Le commentateur des affaires arabes à propos de l’exil des dirigeants du Hamas : « Ils le présenteront comme une sorte de victoire. Il est parti avec un V dans les doigts. » • « Pourquoi les Palestiniens ne sont-ils pas encouragés, au moins mis devant eux l’option de l’immigration ?

Haredim 10

Tzvi Yehezkali, commentateur des affaires arabes, a commenté aujourd’hui (mercredi) dans une interview à Radio 103FM, le reportage sur l’exil des dirigeants du Hamas de Gaza et la question du « lendemain » à Gaza.

« L’idée d’expulser les dirigeants du Hamas est apparue au début de la guerre, quand on pensait éliminer la cause du problème, Sinwar », a déclaré Yehezkali. « Si vous l’éliminez, vous pourrez prendre soin de Gaza différemment. Tant que Sinwar n’est pas rattrapé, les choses risquent de se dérouler différemment. C’est peut-être une solution, le Hamas sait comment le faire, et je crois qu’ils le présenteront comme une sorte de victoire s’il sort avec un V entre les doigts. Tout dépend de la façon dont ils le marquent. Pourquoi ne pas considérer cela comme une victoire ? »

Il a ajouté : « Nas’hallah dit : ‘Comptons les points de la victoire pour vous’, et il compte avant tout sur l’opinion publique mondiale. » Il encourage les étudiants, il a vu les drapeaux du Hezbollah pour la première fois à l’Université de Columbia, pourquoi ne verrait-il pas cela comme une réussite ? Depuis sept mois, Israël n’a pas réussi à vaincre le Hamas. Sinwar nous a forcé à ne parler que de Gaza dans les années à venir. Dans ce domaine, ils ont réussi. Je pense qu’Israël devrait réfléchir à la manière de créer une voie vers la victoire. Pourquoi les habitants sont-ils autorisés à retourner dans ces lieux ? »

Selon lui, « dans les enquêtes de Nuhba, ils ont rapporté qu’en quittant le nord, ils y avaient laissé des caches d’armes et y sont rentrés sous la protection de la population. Il n’y a rien à faire, la population est un bouclier humain. Vous êtes à Jabaliya pour la deuxième fois et vous y reviendrez pour la troisième fois. On dit toujours « le lendemain » – qu’importe le « lendemain », si vous ne l’avez pas terminé d’une manière dont on ne peut pas parler ?

« Pourquoi les Palestiniens ne sont-ils pas encouragés, au moins à proposer l’option de l’immigration ? », a demandé Yehezkali. « Les Américains préservent le Hamas, ils ne veulent pas sa destruction, et je ne sais pas s’ils veulent le retour des kidnappés. »

Concernant le comportement des Égyptiens, il a déclaré : « Les Égyptiens dépendent de nous, après la crise en Ukraine, ils ont eu besoin de notre aide. Le fait qu’ils se comportent comme ils le font est à cause de nous. Ils ne voient pas que nous frappons sur la table. Il faut savoir comment se comporter. L’Égypte est tombée de sa grandeur, les gens vivent en dessous du seuil de pauvreté. Il est possible de dire aux Égyptiens lors d’une réunion secrète que nous n’avons aucun problème à ce qu’ils publient de tels messages pour faire semblant, mais qu’ils devront souffrir certaines choses à cause de la guerre que le Hamas a lancée contre nous. Il s’agit d’une conversation entre deux amis. La paix froide est une paix chaleureuse en termes de sécurité. Nous invitons le comportement envers nous, parce que nous ne nous défendons pas. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire