Découverte de rares pièces byzantines vieilles de 1 400 ans  

Selon l’Autorité des Antiquités, ces pièces sont la preuve tangible de l'invasion perse de Jérusalem à la fin de la période byzantine.

0
226

Un trésor enfoui de neuf pièces de bronze bien conservées découvert par des archéologues lors d’une excavation près de la route 1 date de l’invasion perse de Jérusalem à la fin de la période byzantine, a annoncé dimanche l’Autorité des Antiquités d’Israël.

Selon l’Autorité des Antiquités, les pièces, datant du 7ème siècle, portant les images d’empereurs byzantins, ont été découvertes en juin lors des fouilles effectuées par l’autorité dans le cadre de l’élargissement de la route près d’Ein Hemed, à environ 7 kilomètres à l’ouest de Jérusalem.

Elles arborent les portraits des empereurs byzantins Justinien (483-565 EC), Maurice (539-602 EC) et Phocas (547-610 EC) en tenue militaire.

Les pièces ont été trouvées empaquetées dans un sac en tissu profondément enterré le long du mur d’un ancien pressoir. La cachette se trouvait à côté d’une zone de grandes pierres effondrées. Il semble que le propriétaire les a cachées à l’approche du danger, dans l’espoir de revenir pour les ramasser.

Apparemment, c’était pendant l’invasion des Perses sassanides, vers 614 EC.

Cette invasion avait été accueillie par les Juifs comme une libération des persécutions sans cesse aggravées par l’église orthodoxe de Byzance. Et le fait que les Perses leur aient accordé un gouvernement autonome à Jérusalem sous l’autorité d’un certain Ne’hémia ben ‘Houchiel leur a même fait espérer le début de la rédemption. Mais les Byzantins reprennent la ville en 629 et mettent fin à la prééminence d’Erets Israël comme centre effectif du peuple juif pour plus d’un millénaire. Toutefois c’est pour l’Empire d’Orient une victoire à la Pyrrhus. Epuisés par leur lutte séculaire, les empires chrétien et sassanide tomberont tous deux quelques années plus tard sous le joug de l’empire islamique naissant.

A l’approche de l’invasion de 614, les habitants chrétiens de la région qui craignaient pour leur vie ont enterré leur argent contre le mur d’un pressoir. Mais le site a été définitivement abandonné et détruit.

Le bâtiment du pressoir appartenait à un site plus grand s’étendant au-delà de ce qui est maintenant la route 1, près d’une église byzantine. Ce site situé le long de la route principale de Jérusalem était utilisé par les pèlerins chrétiens en route vers la ville sainte. C’est la raison pour laquelle des colonies chrétiennes étaient établies tout au long de cet itinéraire.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire