Kacherouth : Le poulet impropre à la consommation ?

0
1140

Un nouveau problème a été soulevé dans le domaine des poulets, et il trouble actuellement la communauté orthodoxe : les services vétérinaires locaux exigent que les poulets, à la naissance, reçoivent certains produits médicamenteux, entre autres des antibiotiques.

Techniquement, ils sont administrés à l’aide d’une piqûre, soit dans la cuisse, soit dans la poitrine. Or, une vérification de l’état des poussins après cette injection a montré que la couleur de la cuisse change, à l’endroit de la piqûre. Quel est le problème ? Le fait que les nerfs puissent être coupés à cet endroit rend le poulet impropre à la consommation – taref !

Depuis quelques semaines, le public suit cette affaire avec inquiétude. On ne sait pas, pour l’instant, si la question est réellement sérieuse, ou s’il s’agit d’une crainte sans fondement. Divers rabbanim s’y intéressent. Certains groupes ont déjà décidé de fonder une nouvelle chaîne d’abattage des poulets, sans piqûres dans les jambes.

L’avenir nous rendra compte de l’ampleur du problème, et s’il s’agit d’une question sans lendemain.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire